Alain Santacreu, L’armure du lieu

2018-02-01T16:17:17+01:00
à Gwen Garnier-Duguy

Le Dieu trine est vivant, il respire.
l’Esprit est le souf­fle de Dieu.
Ô Marie,  revêtez-moi de l’armure du lieu où l’Esprit respire,
Ô Vierge, adoubez-moi
Cheva­lier du Sacré-Cœur !
Que l’Esprit m’anime et m’extraie du joug de la pesante loi,
Dis­posez, s’il vous plaît, des ascen­sions dans mon cœur,
Que l’Amour me tienne lieu de foi.
Que le souf­fle, puisé à la bouche même du Verbe, me bap­tise et me fasse
À son image,
Respir­er à sa mesure :
inspir­er à son inspir,
expir­er à son expir.
Ô, Vierge glorieuse,
Rosier de l’Emmanuel
Épelez-moi le Nom de  Gloire
Où la rose interne reverdie.

« L’Armure du Lieu » est parue dans le numéro 20 de la revue POÉSIEDirecte.

 

Présentation de l’auteur

Alain Santacreu

La quête d’Alain San­tacreu se joue depuis des années autour d’un mot : con­tre­lit­téra­ture. Dans une post­face remar­quable à un recueil de ses essais, Au cœur de la talvera, Matthieu Bau­mi­er a dit de lui : « Le sait-il seule­ment ? Alain San­tacreu est un poète. Je le sais bien moi qui ai recon­nu la poésie en l’écriture née du dedans de lui » ; et, plus loin, il ajoute : « Alors, si l’écriture vis­i­ble de San­tacreu s’exprime apparem­ment en forme d’essai, l’état d’esprit qui ani­me mots et let­tres tracés est cepen­dant celui de la poésie. » La con­tre­lit­téra­ture est une poé­tique, cela est si pro­fondé­ment vrai que la démarche sin­gulière d’Alain San­tacreu a par­fois recours au poème… 

À lire : Alain San­tacreu, Au cœur de la talvera,  (post­face de Matthieu Bau­mi­er), Arma Artis, 2010.

Site de l’auteur : contrelitterature.com

Alain Santacreu

Autres lec­tures

Aller en haut