> La poésie de Marcelin Pleynet

La poésie de Marcelin Pleynet

Par |2018-08-17T13:22:00+00:00 14 février 2014|Catégories : Blog|

 

J’ai publié de nom­breux articles et des entre­tiens, depuis ma décou­verte à la fin des années 70 de son pre­mier recueil poé­tique : Provisoires amants des nègres (Seuil, 1962) sur et avec Marcelin Pleynet. Tous ses livres (poésie/​essais sur la peinture/​journal/​romans) signent une odys­sée du nom propre sous l’éclairage d’une pen­sée en alerte et de sen­sa­tions vécues. Ils tiennent la poé­sie en éveil dans la radi­ca­li­té d’un retrait qui prend sa source, notam­ment, chez Rimbaud et Lautréamont.

La poé­sie de Pleynet (qui passe sur­tout par la prose) est à l’écoute de ce qui s’obscurcit et de ce qui se déploie. Elle vibre au rythme d’une pen­sée pre­nant plai­sir à nom­mer : com­man­de­ment, souffle, parole, for­tune, grand mât dres­sé… avec le bat­te­ment du sang, l’ordre qui est un désordre heu­reux, l’art du dépla­ce­ment, le vers mené jusqu’à l’irisation de la pen­sée, et tou­jours dans la célé­ri­té des signes. Voici une poé­sie à la connexion d’écrits et de bio­gra­phie, confron­tée aux don­nées objec­tives comme à l’opacité de la nuit du monde et tou­jours située dans le pré­sent du « j’ai été ».

La pen­sée s’insère dans l’exercice de l’existence et de la liber­té, et de l’aventure poé­tique qui en découle. Lisant Pleynet, il ne fau­drait pas oublier la Chine, ne pas oublier Georges Bataille et le crime qui est au centre de l’agitation humaine, ne pas oublier Nietzsche et l’intelligence de la forme éprou­vée comme conte­nu, ni le fait que la prose occupe la poé­sie, ne pas oublier le dis­po­si­tif chant/​critique de Lautréamont, ni Rimbaud et sa liber­té libre.

Il ne s’agit pas ici, dans les pages de Recours au poème, de com­mé­mo­rer un tra­vail mais d’affirmer la pré­sence d’une démarche et d’une écri­ture médi­tées et riche d’enjeux. Cette très courte antho­lo­gie passe par l’oreille. Car le souffle de la néga­tion comme les perles d’or de la pluie tiennent tou­jours ensemble, dans la musique du poème.

 

X