> La vie foudroyée

La vie foudroyée

Par | 2018-02-25T22:49:58+00:00 18 novembre 2012|Catégories : Blog|

 

A Bernard Mazo, IM

Tu avais deux paires de lunettes sou­vent
sur le nez et sur le front
pour ne jamais perdre de vue
ni la beau­té déses­pé­rée du monde
ni le ver­sant secret et la part sombre
que le poème retient dans ses filets.
Un salut d’une voix chan­tante,
le sou­rire à la proue, un bon mot
pour réchauf­fer un court ins­tant
le reflet gla­cé  des jours en cendre.
Et puis la main sur l’épaule amie,
cet autre qu’on écoute en fouillant
dans les gre­niers de nos mémoires
les odeurs fugi­tives et les fra­giles images
qui nous font des pro­messes d’éternité.
Oui, pen­ché sur ta table de tra­vail
dans l’obscure rumeur du temps,
tenant la dra­gée haute à la camarde
tu auras pris la parole
au nom de tout ce qui ne veut pas mou­rir
pour chan­ter le regret
de cette vie qui nous appar­tient si peu,
alors que ta mélan­co­lie devi­nait déjà
dans le froid mor­tel de l’exil,
ce cha­peau res­té sur la table
qui un jour à son tour
nous par­le­rait tel­le­ment de toi