> Le petit commis

Le petit commis

Par |2018-08-18T08:25:43+00:00 2 mai 2016|Catégories : Blog|

[1]

 

 

 

je suis muet

je ne suis pas muet
je ne parle pas

je suis aphone
j'ai froid
mais quand il bruine dans ma gorge
je chante

je ne suis pas sourd
j'entends à tra­vers les murs
j'entends à tra­vers les nuages
j'entends la langue du sou­ve­nir

je chante

je suis homme à tout faire
et je souffre de l'être
à per­sonne je ne ferais de mal
j'ai en hor­reur l'odeur de la mort
j'ai l'odorat très fin
je dois tenir la jatte sous l'échancrure rouge
le sou­ve­nir c'est le filet de sang qui goutte dans la jatte
j'ai l'oreille fine
j'ai l'oreille fine
le sou­ve­nir c'est le coui­ne­ment de la gorge sous la pointe du cou­teau
je tiens la jatte sous l'échancrure rouge

je suis encore un enfant

j'ai le che­veu de mon père
j'ai l'oreille et le nez de ma mère

mon père ne m'a pas connu
ma mère ne m'a pas vou­lu
ou n'a pas pu

je n'ai la langue de per­sonne

 

 

 

 

 

[2]

 

 

 

 

 

On disait :
Un gar­çon sera utile Il don­ne­ra aux cochons
Il cure­ra les loges
Il cure­ra les fosses
Les jours de cochon­nailles
Il tien­dra l'écuelle sous la plaie
Il cueille­ra le sang frais Il lave­ra la cour

 

 

 

 

 

[3]

 

 

 

 

 

je ne mange pas de viande

ni poil ni plume

je mange des fruits
je mange des graines
je mange de l'herbe
je mange du bois
je mange de la terre

j'aime les mar­ron­niers

à cinq ans
j'ai vu la bête
et j'ai vu le cou­teau
j'ai vu la main sur le cou­teau
j'ai vu le cou­teau sur la gorge
et j'ai vu la bas­sine

j'ai enten­du le cri
et le sang cou­ler

j'ai vu le sang

c'était jour de cochon­nailles

 

On disait :
Le gar­çon Il faut l'habituer au sang si plus tard il doit faire la guerre

 

 

 

 

 

[4]

 

 

 

 

 

Je parle en secret

Je parle à mes jouets
Je parle au chat
Je parle au chien
Je parle aux oiseaux
Je parle aux nuages
Je parle aux étoiles
Je parle aux insectes
Je parle au papillon
Je parle à la mouche
Je parle à la guêpe
Je parle au sca­ra­bée
Je parle au cor­beau
Je parle au renard
Je parle au bou­sier
Je parle au loup

Je parle

Je parle à la terre
Je parle à l'herbe
Je parle à la boue
Je parle au ruis­seau
Je parle au che­min
Je parle au caillou
Je parle à la pous­sière
Je parle à l'air
Je parle au vent
Je parle à la bruine
Je parle à la pluie
Je parle à l'orage
Je parle à l'éclair
Je parle à l'éclat
Je parle au ton­nerre
Je parle à l'arbre
Je parle à la feuille
Je parle au tronc

je parle au mar­ron­nier

Je ne peux pas par­ler à la dame
Je parle à ses chaus­sures

 

 

 

 

 

[5]

 

 

 

 

 

On disait :
Il n'y a pas moyen de rien lui arra­cher
Quand on parle au gar­çon Il reste coi
Il ne dit mot et baisse les yeux
Il a per­du sa langue
Il l'a don­née au chat
Il est deve­nu muet
Il se moque bien de nos boni­ments
Il vit de l'air du temps
Il est heu­reux à sa manière
Il est sim­plet Il est res­té enfant
C'est un petit homme
C'est un petit ani­mal
C'est un végé­tal

C'est un mar­ron­nier

Quand il est seul Il chante

On disait :
Et quand il chante
On ne sait pas si c'est qu'il chante
Ou qu'il pleure
On ne sait pas
Qu'il pleuve ou qu'il vente
S'il égrène le pas­sé
Ou nous invente le futur

Parfois le soir Tout en chan­tant
Il valse avec une chaise

X