> Loin de moi ces mains nouées…

Loin de moi ces mains nouées…

Par |2018-08-18T04:37:59+00:00 27 avril 2017|Catégories : Blog|

 

 

Trois Poèmes

(Quito – La Chimba, 2016)

 

 

Guayasamín
Loin de moi ces mains nouées ces os brû­lés par le tra­vail
ces petits ven­deurs enfants à ciga­rette à coca
Loin de moi ces cos­tumes sans parade
ces oiseaux sans envol
Loin de moi son cou bri­sé dans son cadre noir
sa peau jaune ses yeux sans pupille
La madre indi­gène
Un visage sans relief une souf­france plate unie
qui refuse de se dis­traire
Celle qui noie le rouge dans le lait
Celle qui se penche sur l'enfant
Loin de moi
Cette dou­ceur
ces sour­cils qui se rejoignent et s'apaisent
un toit pour le vent des Andes
un refuge pour la pous­sière des laves sèches
Loin de moi
Celle qui tient au silence
Celle dont les poi­gnets se détachent

 

               ***

 

 

Dans la des­cente
le chien blanc contre un mur blanc
L'homme s’arrête de taper le bois
sus­pend son mar­teau pour me regar­der
Les voi­tures freinent et couinent
contre les fleurs jaunes
La rouille dégou­line sur les portes claires
tra­çant les fron­tières d'un pays
Dans la des­cente
Mon corps à l'aube mes mains au soleil

 

              ***

 

 

Il donne la clé pour l’appartement 303
et attend que toutes les cou­ver­tures du jour
rouges ocres bleues se déplient jusqu'aux bro­de­ries des étoiles
Le concierge rou­pille et attend la der­nière pel­le­tée
de la der­nière gale­rie de la der­nière mine d'argent

La fin de l'écho les gorges blanches des porcs

Huit heures viennent s'éteindre dans l'eau du vase
La robe fri­pée des œillets blancs
ven­dus par des mains noc­turnes
Des mains
qui portent un len­de­main pâle à leurs bouches

 

              ***

 

 

 

 

 

X