> Mes poèmes ne changeront pas le monde

Mes poèmes ne changeront pas le monde

Par | 2018-02-26T00:24:26+00:00 30 août 2013|Catégories : Blog|

 

Mes poèmes ne changeront pas le monde

(extraits)

 

Qualcuno mi ha det­to
che cer­to le mie poe­sie
non cam­bie­ran­no il mon­do.

Io ris­pon­do che cer­to sì
le mie poe­sie
non cam­bie­ran­no il mon­do.

Quelqu’un m’a dit
que c’est sûr mes poèmes
ne chan­ge­ront pas le monde.

Moi je réponds que oui c’est sûr
mes poèmes
ne chan­ge­ront pas le monde.

* * *

In un pun­to del loro acu­to svol­ger­si
s’empivano di verde gli occhi del gat­to,
spec­chio bre­vis­si­mo e atten­to
degli albe­ri e dell’erba. E ripe­te­va il ges­to
sen­za saperne lo splen­dore.

 

En un point de leur per­çant affai­re­ment
ils s’emplissaient de vert, les yeux du chat,
miroir bré­vis­sime et atten­tif
des arbres et de l’herbe. Et il répé­tait son geste
sans en savoir la splen­deur.

* * *

 

Anche quan­do sem­bra che la gior­na­ta
sia pas­sa­ta come un’ala di ron­dine,
come una man­cia­ta di pol­vere
get­ta­ta e che non è pos­si­bile
rac­co­gliere e la des­cri­zione
il rac­con­to non tro­va­no neces­si­tà
né ascol­to, c’è sempre una paro­la
una paro­let­ta da dire
maga­ri per dire
che non c’è niente da dire.

 

Même quand il semble que la jour­née
a pas­sé comme une aile d'hirondelle,
comme une poi­gnée de pous­sière
jetée et qu'il n'est pas pos­sible
de ramas­ser et que la des­crip­tion
le récit ne trouvent néces­si­té
ni écoute, il y a tou­jours un mot
un petit mot à dire
ne serait-ce que pour dire
qu'il n'y a rien à dire.

 

* * *

 

Da scal­fit­tu­ra diven­tare abis­so,
da fra­gile mem­bra­na diven­tare
la cor­da tesa delle vibra­zio­ni incos­tan­ti.

Comincia la sta­gione delle gran­di cacce
da Aquila Reale, e la rosa
guar­derà i suoi peta­li cadere
ad uno ad uno.

D'éraflure deve­nir abîme,
de fra­gile mem­brane deve­nir
la corde ten­due aux vibra­tions incons­tantes.

S'ouvre la sai­son des grandes chasses
façon Aigle Royal, et la rose
regar­de­ra ses pétales tom­ber
un à un.

 

* * *

È vero qualche vol­ta
ti assen­ti qua­si ti addor­men­ti :
come un bam­bi­no svo­glia­to
che guar­da il sof­fit­to
quan­do viene sgri­da­to.

C’est vrai quel­que­fois
tu t’absentes presque tu t’endors :
comme un enfant bla­sé
qui regarde le pla­fond
quand il est gron­dé.

 

* * *

Dolcissimo è rima­nere
e guar­dare nel­la immo­bi­li­tà
sovra­na bel­lez­za di una parete
dove il filo del­la luce e la lam­pa­da
esis­to­no da sempre
a garan­tire la loro per­ma­nen­za.

Montagna di luce ven­ta­glio,
pae­sag­gi pae­sag­gi ! come potrò
scio­gliere i miei pie­di, come
dis­cen­dere – regi­na delle rupi
e degli abis­si – al pas­so invo­lon­ta­rio,
alla mano che apre una por­ta, alla voce
che chiede dove andrò a man­giare ?

 

Extrême dou­ceur d’être là
et regar­der dans l’immobilité
sou­ve­raine la beau­té d’un mur
où le fil élec­trique et la lampe
existent depuis tou­jours
garan­tis­sant leur per­ma­nence.

Montagne de lumière,
pay­sages, pay­sages ! com­ment vais-je pou­voir
déga­ger mes pieds, com­ment
des­cendre – reine des rochers
et des abîmes – au pas invo­lon­taire,
à la main qui ouvre une porte, à la voix
qui demande où je vais aller man­ger ?

* * *

All’ombra di una meta­fo­ra
date­mi una mar­ghe­ri­ta
per­ché io pos­sa tener­la in mano
la mar­ghe­ri­ta.

À l'ombre d'une méta­phore
don­nez-moi une mar­gue­rite
pour que je puisse la tenir dans ma main
la mar­gue­rite.

* * *

Quella nuvo­la bian­ca nel­la sua dif­fe­ren­za
insegue l’azzurro sempre uguale :
len­ta­mente si strac­cia nel­la tras­pa­ren­za
ma per un po’ mi conso­la del vuo­to uni­ver­sale.
E quan­do cam­mi­no per le strade
e vedo in ogni pas­so una par­ten­za
vor­rei accan­to a me un bel viso natu­rale.

 

Ce nuage blanc dans sa dif­fé­rence
pour­suit le bleu tou­jours tel quel :
len­te­ment se déchire dans la trans­pa­rence
mais pour l’heure me console du vide uni­ver­sel.
Et quand je marche par les rues
et vois dans chaque pas une par­tance
je vou­drais à mes côtés un beau visage natu­rel.

 

* * *

La piog­gia mi ripor­ta
i pez­zi dis­per­si
degli ami­ci, spinge in bas­so i voli
trop­po alti, dà len­tez­za alle fughe e chiude
al di qua delle finestre final­mente
il tem­po.

 

La pluie me rap­porte
les mor­ceaux épars
des amis, rabat les envo­lées
trop hautes, donne len­teur aux fugues et enferme
de ce côté-ci des fenêtres fina­le­ment
le temps.

* * *

Non entra nel mio cer­chio
il tur­bine sab­bio­so dell’incontro
il pul­vis­co­lo paz­zo e infiam­ma­to
la lati­tu­dine degli occhi per­so­na­li
la conta improv­vi­sa­ta dell’ingaggio.
Quest’anno avrei volu­to un altro mag­gio.

N’entrent pas dans mon cercle
le tour­billon sableux de la ren­contre
la pul­vé­ru­lence folle et enflam­mée
la lati­tude des yeux per­son­nels
l’engagement impro­vi­sé.
Cette année j’aurais vou­lu un autre mois de mai.

 

* * *

Questa vol­ta non las­cerò che l’azzurro intra­vis­to
e vis­to da die­tro la fines­tra, dal mar­gine di un tet­to
all’altro, nell’unico gran­dio­so spie­ga­men­to
del­la ripe­ti­zione, tra­spor­tan­do lo sguar­do oltre
ogni limite oltre la visione delle dis­tanze,
ten­ta­zione e ricat­to di leg­ge­rez­za e movi­men­to, ques­ta vol­ta
non las­cerò che mi cor­rom­pa nel­la pro­mes­sa del­la luce.

Non las­cerò che il volo degli odo­ri, l’aria
sbat­tu­ta dai suo­ni e dalle ali, i rapi­di bale­ni
di un pic­cione che si ris­pec­chia nell’ombra
del­la gron­daia, che ne rica­ma il bor­do
pas­seg­gian­do, che si get­ta nel vuo­to per poi
risa­lire, mi tras­ci­ni­no nelle strade
per col­pire il mio cor­po, muti­lo d’ogni geo­gra­fia,
sme­mo­ra­to d’ogni incli­na­zione, per col­pire
in me la pia­ga addor­men­ta­ta del­lo stu­pore.

Cette fois je ne lais­se­rai pas le bleu entre­vu
et vu de der­rière la fenêtre, du bord d'un toit
à l'autre, dans l'unique gran­diose déploie­ment
de la répé­ti­tion, trans­por­tant le regard par-delà
toute limite par-delà la vision des dis­tances,
ten­ta­tion et chan­tage de légè­re­té et mou­ve­ment, cette fois
je ne le lais­se­rai pas me cor­rompre par la pro­messe de la lumière.

Je ne lais­se­rai pas l'envolée des odeurs, l'air
barat­té par les sons et par les ailes, les rapides éclairs
d'un pigeon qui se reflète dans l'ombre
de l'avant-toit, qui en fes­tonne le bord
en se pro­me­nant, qui se jette dans le vide pour ensuite
remon­ter, m'entraîner dans les rues
pour tou­cher mon corps, muti­lé de toute géo­gra­phie,
oublieux de toute incli­na­tion, pour tou­cher
en moi la plaie endor­mie de la stu­peur.

* * *

Il ces­pu­glio di mar­ghe­rite
tra­spor­ta­to dal­la spiag­gia
al vaso l’ho las­cia­to
a arruf­far­si nel suo umore
qua­si al buio.
I due ragni cadu­ti
nel­la vas­ca li ho las­cia­ti
a ripe­tere la mar­cia
illu­sa nel bian­co scon­fi­na­to.

Le pied de mar­gue­rites
trans­por­té de la plage
au vase je l’ai lais­sé
s’ébouriffer en son humeur
presque dans le noir.
Les deux arai­gnées tom­bées
dans la bai­gnoire je les ai lais­sées
à leur marche cré­dule
dans le blanc illi­mi­té

 

Patrizia CAVALLI
Mes poèmes ne chan­ge­ront pas le monde
Editions Des femmes-Antoinette Fouque, 2007 – 490 pages
Traduit de l'italien par Danièle Faugeras et Pascale Janot