> “Nous entrerons aux splendides villes”

“Nous entrerons aux splendides villes”

Par | 2018-05-26T17:34:24+00:00 26 février 2014|Catégories : Blog|

 

(Rimbaud : Une sai­son en enfer)

Dins lo cra­mar fresc dei bar­bas­tas,
Te’n vas. L’ostau s’es esca­pat.
Una rama­da tara­bas­ta
Ton suc caud e tròp ocu­pat.

Coma lei bar­ca­tiers dei flu­vis,
Es dins l’aura qu’as ton des­velh.
Siás Arca, Bestiari, Deluvi ?…
…Ai país trempes, ton uelh vei.

Vei lei Faidits trau­ca-confin­has,
L’indian d’aram amont plan­tat
L’aur viu qu’una àrpia lo gra­fin­ha
Per crom­par d’estranhas san­tats,

Vei lo tre­mont masc dei fugi­das
Quand pès-des­cauç per lei tra­vèrs,
Romias ai lunas refre­gi­das,
Tei cants d’estiu, tei cants d’ivèrn.

Vei lo rodaire que s’aplica
Au Zodiac, ai trins e au temps,
Vei lo fie­lat dei Rets Publicas
Que lo Maelström au mieg s’i tèn.

Vei lei mans-de-glò­ria espe­li­das
Au pè deis òrts enve­ri­nats,
La pega que raja, enlu­si­da,
De cada jorn que t’es donat,

Vei un circ d’ulhauç, l’Escabèla
De Jacòb, tocant lo non-res,
Lo muditge que te pivè­la,
L’amor sens paur, lo don représ.

Vei un cant rauc que se miral­ha
Coma lei lops, dins l’aiganèu,
La ròsa de carn que badal­ha,
Lei bateus sens rema ni anèu,

Vei lo fre­min dei labras blan­cas
Ai bòmis deis arcòls ancians,
Lo sègle fèr qu’òm l’espalanca,
E leis esmòus de l’aicí-siam !

Vei Babel malau­ta que i dan­ça
Lo res­son bret dei Promiers Cèus,
Lei frònts cli­nats, l’orguelh de França,
Lei desi­riers coma un bacèu,

Vei lei tran­seis dei ram­pe­laires
Sus lo Mercat Universau,
E l’Arc-de-Sueja amont dins l’aire
Amb sei pen­jats plo­rant la sau.

Vei d’uelhs emblan­quits, mar vue­ja­da
Que son escru­ma de colors
Dins la parau­la fa raja­da.
Vei la Sèrp d’Aram, crotz e flor.

Vei la sang cau­da e lei Romecas,
Bòla, cam­pèstre, ado­ba­dor,
Tuban coma nebla que seca.
En que sèr­von lei Trobadors ?…

…Somiant de teis enfàn­cias lis­cas,
Dei mòts poputs que fau dom­dar
Coma un pintre leis oda­lis­cas,
Crosas lo rei-ladre : un sor­dat,

Un jovent cai­gut dins lei sòr­gas,
E ta varal­ha, d’ara-enlai,
Aurà, amb lo chuc dei fatòr­gas,
L’afogament fosc dau verai.

La Ciutat cra­ma sei cala­das,
Après Mazas e lei Fauborgs .
La vida es de cam­biar ? De-badas !
Aurem lei fèbres per sabor.

A setze ans, aviás pron de cam­ba
Per la bar­rul­la emai per l’art
D’inventar de len­gas de flam­ba,
Sant-Esperit mes a des­part.

Lei mes de Mai son de Comunas,
E dau pitre lei boli­ments.
Leu te siás fach romiu, amb una
Tebaïda, per for­ni­ment,

Dins ta bia­ça. As gar­dat de tis­sas
De felen deis uelhs desla­vats,
Quand sens mutar tibas de dris­sas
Dei Egiptas fins qu’ai Javàs.

Estraç de cèu e pèus fan pacha
Ai dar­sas, dins lei caba­rets.
De Brussela a Harar se tra­cha
De l’Èrme emai dau mas­ca­ret.

…Mas s’ansin te tren­ca­van vena,
o un pecol ene­gre­sit ?
lo vam ven dau vent e t’avena,
vivères de viure-cau­sir.

As lais­sat lei Prius de ran­cu­ra,
Pavons emplu­mats de ver­tut,
Pofres qu’ambé sa boca escu­ra
An racat sa ten­cha sus tu.

…Insurgent d’escarsas parau­las,
Raufèlas, plan, coma un Leupard,
Risent dins tu, trau­cas la fau­la
De Diu, a l’ast, de part en part.

A-de-còps grè­pias dau gelibre,
Tei mans de mura­tier drol­làs
Durbián lei vilas e lei libres,
E de tei pon­hets lei colàs.

Onte, autrei-fes, cavau reguergue,
Dintrant dins lei sedas dau vent,
Voliás qu’una ciu­tat t’aubergue ?
…Lei remembres fan vai-e-vèn :

« Cafè : ges. Taulas cari­ven­das.
Pèus de cabras. Evòris… » Res
Que faguesse un pauc de beven­da
Per tei mer­cats de mar­rit prètz.

Mentre a ton costat te sola­ça,
Fondent lo lugran dau tris­tum,
Djami. Eu, l’Èrme non l’alassa,
E vei dins tu de revo­lums.

Sauprem pas ges se fau qu’òm degue
Traïnar lei dolors sens mutar.
Au país rast de tei fon­degues,
L’aura d’espinas t’a butat.

Crosada dei exilhs, Marsilha
Sus son espal­la e son palanc
Te pòr­ta. L’auba que te vil­ha,
Es tomple, mar, fam, sòm, fuòc blanc.

Trafegaire d’armas, en bos­ca
D’Aur zeni­tau, fiu dau solèu,
Fraire freg dei pure­tats fos­cas,
Un briu, dau mond as fach man­lèu

Coma desem­puei Adam, cada
Passant de la tèr­ra, o fasèm.
Mas nos brul­la ton espos­ca­da,
Sensa tu, paure clar­vesent !

Bautesar d’azard, as fach rota
Vèrs tei reiaumes de Sabà.
Lei vièlhs fusius, l’estrada rota :
De bri­sums qu’aviás der­ra­bats

De la còma de ton estè­la.
Pèira Negra, gra­vas dei puegs,
Ganivet d’òs, saca de tèla
Dau mari­nier d’entre lei nuechs…

Ton des­pa­char : dar­rier mis­tè­ri,
Ai cor­re­dors, prò­chi aqueu blu.
Puei pus ren. Lo Jòi que qui­tè­ri
Aviá lo gost de tei belucs.

Reminiscéncias d’Arthur Rimbaud

 

 

 

“Nous entre­rons aux splen­dides villes”
(Arthur Rimbaud : Une sai­son en enfer)

 

Dans le feu clair des gelées blanches,
Tu pars. La mai­son s’est enfuie
Tes per­cus­sions sont les orages,
Tête chaude et trop habi­tée !

Comme les mari­niers des fleuves,
Tu te réveilles avec le vent.
Tu es l’Arche, les Bêtes, le Déluge ?…
Sur la terre trem­pée, ton œil voit…

Il voit les Faidits perce-fron­tières,
L’indien de cuivre plan­té là-haut
La toi­son d’or vivant qu’on râcle
Pour payer d’étranges san­tés,

Il voit tes départs aux soirs sor­ciers
Lorsque pieds-nus par les talus,
Tu ron­ronnes aux lunes de gel,
Tes chants d’été, tes chants d’hiver.

Il voit le rôdeur dans sa quête
Du Zodiaque, des trains et du Temps,
Et la toile des Voies Publiques,
Et le Maëlstrom en son mitan.

Il voit les mains-de-gloire éclore
Au pied des jar­dins véné­neux
Et cou­ler la résine d’or
De chaque jour qui t’est don­né,

Il voit la Grand’Côte, l’Échelle
De Jacob mon­ter au néant,
Le silence qui t’hypnotise,
L’amour sans peur, le don repris.

Il voit se mirer un chant rauque,
Comme les loups, dans l’eau de neige,
La rose de chair qui pal­pite,
Les bateaux sans rame ni anneau.

Il voit les lèvres qui fris­sonnent
En vomis­sant d’anciens alcools,
Tout ce siècle qu’on écar­tèle,
Les émois d’ici et main­te­nant !

Il voit Babel malade où danse
L’écho bri­sé des Premiers Ciels,
Les fronts cour­bés, l’orgueil de France,
Les dési­rs comme coups au coeur,

Il voit les prê­cheurs dans leurs transes
Sur le Marché Universel,
Et l’Arc-de-Suie où les pen­dus,
Tout là-haut, ont des pleurs de sel.

Il voit les yeux blancs, mer vidée
Dont les écumes de cou­leurs
Envahissent toute parole,
Et le ser­pent d’Airain, croix et fleur.

Il voit le sang des morts-vivants
Leurs bols, leurs champs, leurs abat­toirs,
Fument comme vapeur qui sèche…
À quoi peut bien ser­vir le chant ?…

Revoyant tes enfances lisses,
Les mots de chair qu’il faut domp­ter
Comme un peintre les oda­lisques,
Tu croises le Roi-Lépreux : un sol­dat,

Jeune, tom­bé dans la rivière.
Et ton voyage, désor­mais,
Aura, mélan­gé aux magies,
La pas­sion obs­cure du vrai.

La ville brûle ses pavés,
Après Mazas et les fau­bourgs .
Il faut chan­ger la vie ? Peut-être.
Les fièvres lais­se­ront leur goût.

À seize ans tu avais la manière
De l’errance, et tu savais  l’art
D’inventer des langues de flammes,
Tout Saint-Esprit lais­sé à part.

Les mois de Mai sont des Communes,
Comme les élan­ce­ments du sang.
Bientôt ton feu t’appelle et une
Thébaïde est ton paque­tage.

Tu gar­dais des tics et des gestes
Du pays aux bleus déla­vés,
En tirant, muet, les cor­dages,
Des Égyptes jusqu’à Java.

Lambeaux de ciel et peaux s’accordent
Sur les ports, dans les caba­rets.
De Bruxelles à Harar, l’histoire,
C’est le désert et la marée.

Mais si on t’en tran­chait les veines,
Ou bien quelque membre noir­ci ?…
L’énergie vient du vent et t’épuise,
Tu as vécu de choi­sir ta vie,

Laissant les maîtres des ran­coeurs
Les paons emplu­més de ver­tu,
Les pieuvres dont la bouche d’ombre
En cra­chant son encre, s’est tue.

Insurgé aux rares paroles,
Tu feu­lais bas comme un léo­pard,
D’un rire tu embro­chais la fable
D’un Dieu vide, de part en part.

Engourdies, par­fois, quand il gèle,
Tes grosses mains de ter­ras­sier
Ouvraient les villes et les livres,
Et les chaînes de tes poi­gnets.

Où vou­lais-tu, che­val rétif,
En entrant dans la soie du vent,
Qu’une cité soit ton refuge ?
Les sou­ve­nirs viennent et vont :

« Pas de café. Étals trop chers.
Peaux de chèvres, ivoires… » Guère
De béné­fice à récol­ter
Pour tes mar­chés à fonds per­dus,

Tandis qu’à ton ton côté t’apaise,
Djami, chas­sant les astres noirs.
Lui, au désert, rien ne lui pèse.
Dans toi, il voit des tour­billons.

On ne sau­ra jamais si l’on doit
Traîner les dou­leurs sans rien dire.
Vers tes comp­toirs de terre sèche,
Un vent d’épines t’a pous­sé.

Carrefour des exils, Marseille
Sur son épaule et son palan­quin,
Te porte. L’aube qui te veille
Est gouffre, mer, faim, nuit, feu blanc.

Trafiquant d’âmes, à la recherche
D’Or zéni­thal, fils du soleil,
Frère froid des pure­tés sombres,
Un ins­tant tu emprun­tas le monde,

Comme depuis Adam, cha­cun
Des pas­sants de la terre l’a fait.
Mais ton écla­bous­sure nous brûle
Même sans toi, pauvre voyant !

Balthazar de hasard, tu as fait route
Vers tes royaumes de Saba.
Les vieux fusils, la fin des pistes…
Des lam­beaux que tu as arra­chés

A la che­ve­lure de ta comète.
Pierre Noire, éclats de mon­tagnes,
Couteau d’os et sac de toile,
Du marin qui cou­rait les nuits…

Tu étais pres­sé : der­nier mys­tère,
Dans les cou­loirs, près de ce bleu.
Puis plus rien. La joie que je quitte
Avait ce goût étin­ce­lant.

Réminiscences d’Arthur Rimbaud
1854 – 1891
2004, Belgique et Marseille

X