> Parrot from Columbia

Parrot from Columbia

Par | 2018-02-26T00:28:11+00:00 8 septembre 2013|Catégories : Blog|

 

Jolie voix. Jolies plumes. Mais j'ai dû

te vendre à Willie d'Afrique du Sud –

Il n'a pas osé non plus te por­ter chez lui,

même gra­tui­te­ment, même avec une prime. Alors je t'ai ame­né

 

à Pékin, où tu as chan­gé à peine pas­sée la fron­tière.

Maintenant que tu es dans ma chambre tu ne veux même pas

me dire deux fois bon­jour. Tu as appris le self-control, l'autocensure,

comme un pou­let châ­tré. Tu véri­fies autour de toi

 

avec tes  yeux,  avec ton nez, et tes oreilles.

Si mes voi­sins disent Oui, tu sor­ti­ras un Non

de ma bouche. Si je dis quelque chose à voix haute, tu l'effaceras.

Tu effaces mes mots tous les jours et tu les manges,

m'épargnant de t'apporter des vita­mines avi­coles

Si bien que je reste assise et écris encore quelques lignes.  Tu te penches

 par-des­sus mon épaule, jettes un coup d'œil, si quelque chose

paraît déli­cat à tes yeux, tu pousses un seul cri per­çant,

si  ton nez le trouve déli­cat, tu cries deux fois

et trois fois si c'est déli­cat à tes oreilles ;

 

Tu as tou­jours l'odeur des che­wing-gums à la menthe,

mais à Pékin,  tu les avales,

tan­dis qu'à Medellin tu les cra­chais sur les sol­dats

et les poli­ti­ciens – là, J'avais dû te sau­ver  du

mar­ché de la poé­sie.

(tra­duit par Marilyne Bertoncini)

 

 

Lovely voice. Lovely fea­thers. But I
had to sell you to Willie from South Africa —
he didn’t dare to take you home either,
even for free, even if with a bonus. So I brought you to

Beijing, where you chan­ged as soon as you cros­sed the bor­der.
Now you’re in my room but won’t even say good mor­ning
to me twice. You’ve lear­ned self-control, self-cen­sor­ship,
like a cas­tra­ted chi­cken. You check around

with your eyes, your nose, and your ears.
If my neigh­bors say Yes, you’ll take No
out of my mouth. If I say some­thing loud, you’ll erase it.
You erase my words eve­ry­day and eat them,
saving me time from brin­ging you bird vita­mins

so I sit here and write a few more lines. You lean
over my shoul­der, peek, if you see some­thing
sen­si­tive to your eyes, you screech one time,
if sen­si­tive to your nose you screech twice
and you’ll screech three times if it’s sen­si­tive to your ears.

You still smell like spear­mint che­wing gums,
but in Beijing you swal­low them,
whe­reas in Medellin you spit them out on the sol­diers
and the poli­ti­cians — I had to rescue you
from the poe­try mar­ket there.

(trans­la­ted by the author)
 

 

 

哥伦比亚的鹦鹉

 

仍然是羽毛光滑,伶牙俐齿,仍然是二级保护对象,
而我不得不把你转手,廉价卖给南非诗人 — —
倒给钱他也不肯带走。于是我不得不把你带回北京,

而你进了家门不治而愈,连早安都不肯多说一句 — —
你学会了节制,学会了自我审查,净身
的种种程序,我开空调你会查一下电阻丝。你察言观色,

邻居说“是”,你从我口里删除“不是”,
我若说出带颜色的暗语,你马上擦掉。你把橡皮擦
当早餐,省去我打开一罐鸟维他命的时间,

于是我坐下又多写几行。你趴在我肩上,偷看,
看得顺口不顺眼的,你叫一声,看得顺眼不顺鼻子的
叫两声,顺鼻子不顺耳的叫三声,你声音

仍然有口香糖的薄荷味,只不过在北京
你爵完了吞进喉咙,而在哥伦比亚,你吐在军人脸上,
政客鼻子上 —  — 我曾用五硬币把你从麦德林早市救出来。