Pierre Tanguy, Ai-je tout dit ? et autres poèmes

Par |2021-07-06T18:19:44+02:00 6 juillet 2021|Catégories : Pierre Tanguy, Poèmes|

Un ensem­ble con­fié à recours au poème en décem­bre 2013.

Renon­cules d’eau
dressées comme des cierges
sur la table des nénuphars.

Fleurs mauves des ronciers
pâlis­sant le long du sentier.

Ai-je tout dit de ce pays
quand l’oiseau lance ses trilles
au faîte des peupliers ?
N’y‑a-t-il dans les sous-bois
que l’orchis à l’ombre des fougères ?
Dois-je atten­dre pour me lever
le départ d’une fourmi
dans son labyrinthe d’herbe ?

Le print­emps ter­gi­verse aujourd’hui.
Mon vis­age tourné vers le ciel,
je capte seule­ment le message
des nuages bas qui par­tent nonchalants
vers l’intérieur des terres.

Les clair­ières de soleil franc
sont toutes minutées.

La girolle est une pépite
dans le talus de mousse.
Je ramasse des brindilles
pour ma cheminée.

Il coule il coule
le ruis­seau dans la prairie.
Les tau­reaux sont ébahis.

Sous de som­bres futaies,
pays de fougères et de frênes,
la marche est sévère.

Petit chat à l’écluse,
tu t’ennuies et tu pleures.
Tu viens salir tes chaus­sons blancs
sur le sen­tier boueux.
 

La chute d’eau
n’est pas un tor­rent de montagne.

La nuque dans le trèfle
que buti­nent les abeilles,
j’entends les joueurs de boules
qui poussent un peu loin le bouchon.

La chute d’eau
n’est pas un tor­rent de montagne.
Je peux même entendre
des mères penchées sur des berceaux.

Cathé­drale de verdure,
son parvis de trèfle et d’épilobe.
Gloire du peuplier,
son chant dans le ciel bleu.

Une branche de chêne
me pro­tège d’un soleil ardent.
Un nuage se disperse
comme un trou­peau de moutons.

Le chemin transpire,
il a bu les ondées.
Des hommes s’affairent
autour des moissons.

A flanc de colline,
les chevaux blancs à l’ombre.
Éclat bleu de la libellule
sur la feuille d’ortie.

J’explore des parfums,
des goûts de miel.
Les vach­es tranquilles
s’approchent des abreuvoirs.

Cam­pagne ardente
rafraîchie par le ruis­seau brun.
Les papil­lons blancs
ont droit de cité.
 

(cinq haïkus)

Chapelle de la Palud
Sainte Anne instru­it Marie
Au son de la bombarde

Jardin des moines
Les pommes anciennes
Mûris­sent en silence

En fleurissant
Les plants de giroflée
Ressus­ci­tent ma mère

Dans la mare
Tra­ver­sée par un rayon
Un big­orneau tranquille

Du sang sur mes lèvres
Je mouline
Ma con­fi­ture de cassis

Présentation de l’auteur

Pierre Tanguy

Pierre Tan­guy est orig­i­naire de Lesn­even dans le Nord-Fin­istère. Ecrivain et jour­nal­iste, il partage sa vie entre Quim­per et Rennes. En 2012, il a obtenu, pour l’ensemble de son œuvre, le prix de poésie attribué par l’Académie lit­téraire de Bre­tagne et des Pays de la Loire.

Ses recueils ont, pour la plu­part, été pub­liés aux édi­tions ren­nais­es La Part com­mune. Citons notam­ment  Haïku du chemin en Bre­tagne intérieure  (2002, réédi­tion 2008), Let­tre à une moni­ale (2005),  Que la terre te soit légère (2008), Fou de Marie (2009), Les heures lentes (2012), Silence Hôpi­tal aux édi­tions La Part com­mune (2017).

Il est égale­ment l’au­teur de recueils de haïkus

 Haïku du chemin en Bre­tagne intérieure, La Part Com­mune 2002, réédi­tion 2006. Post­face de Alain Kervern

Haïku du sen­tier de mon­tagne, La Part Com­mune, 2007. Pré­face de Alain Kervern

Ici même,  avec des pein­tures du Michel Remaud, La Part Com­mune, 2014. Post­face de Alain Kervern

Silence hôpi­tal,  La Part Com­mune, 2017, post­face de Alain Kervern

En antholo­gies ou livres collectifs

Chevauch­er la lune, antholo­gie du haïku français con­tem­po­rain, édi­tions David (Québec), 2001

Antholo­gie du haïku en France, bilingue français-anglais, édi­tions Aléas, 2003

L’arbre sort du bois, édi­tions Pip­pa, 2017

Le petit livre du haïku, First édi­tions 2018

Sav-Heol, Soleil lev­ant, Ris­ing sun,  haïkus et tankas de Bre­tagne et du Japon, Futures­can, 2019

Haïkus d’hommes, édi­tions Pip­pa, 2020

 

 

 

 

Pierre Tanguy

Autres lec­tures

« J’écris dehors », sur Pierre Tanguy

J’écris dehors Pierre Tan­guy Com­bi­en révéla­trice de son œuvre est cette con­fi­dence de Pierre Tan­guy. Oui, à la manière des pein­tres impres­sion­nistes qui sor­tirent bross­es et chevalets des ate­liers académiques, Pierre […]

Pierre Tanguy et Michel Remaud, Ici Même

  Les belles édi­tions ren­nais­es La Part Com­mune pub­lient Ici même sous la plume de Pierre Tan­guy rehaussée du sub­til pinceau de Michel Remaud. Ouvrage où il nous est don­né à con­tem­pler, De […]

Pierre Tanguy, Silence hôpital

Vivre la mal­adie, en poète Petit recueil mais, on le sait, le nom­bre de pages n’a rien à voir avec la den­sité. Dans l’univers de l’hôpital, tout compte de son poids de souffrance. […]

Antoine Arsan et son « éloge du haïku »

Encore un essai sur le haïku, direz-vous ? Le genre poé­tique n’en finit pas, en effet, de sus­citer com­men­taires et appré­ci­a­tions de toute nature. Avec le livre d’Antoine Arsan, pub­lié dans la pres­tigieuse collection […]

Aller en haut