Pierre Tanguy, Silence hôpital

Par |2018-01-03T01:24:17+01:00 19 octobre 2017|Catégories : Critiques, Pierre Tanguy|

Vivre la maladie, en poète

Petit recueil mais, on le sait, le nom­bre de pages n’a rien à voir avec la den­sité. Dans l’univers de l’hôpital, tout compte de son poids de souf­france. Pour en par­ler, il serait indé­cent de tomber dans le mélo, d’en rajouter. L’amenuisement, la faib­lesse physique exi­gent l’économie des mots et cela ne saurait déplaire à Pierre Tan­guy, fam­i­li­er de l’art du haïku.

Hos­pi­tal­isé le temps d’un cycle entier de saisons, le malade dont l’identité demeure incer­taine (est-ce Pierre Tan­guy ou l’un de ses proches ?) passe de longs moments couché sur le dos tel un han­neton épuisé. Il en prof­ite pour observ­er quand ses forces le lui per­me­t­tent ce monde clos où le temps s’écoule comme le goutte à goutte ou s’évalue aux min­utes passées dans l’ascenseur avant de rejoin­dre la salle d’opération. Atten­tif à repér­er ce qui échappe aux biens por­tants, comme les tâch­es de couleur qui tranchent avec le blanc des lits et des mains sor­tant des blous­es blanches.

Pierre TANGUY, Silence hôpital, éditions La part commune, février 2017, 83 pages, 13 €.

Pierre TANGUY, Silence hôpi­tal, édi­tions La part com­mune, févri­er 2017, 83 pages, 13 €.

Près du lit
le soleil couchant
dans les poches de perfusion
L’aiguille dans la veine-
 le sang bleu
Soudain rouge

Rouge encore, la pointe de la cig­a­rette d’une femme en peignoir…
Et c’est avec la même sen­si­bil­ité, la même dis­cré­tion qu’est évo­quée la douleur de l’épreuve, de la séparation

Une tête penchée
au creux d’une épaule
deux cœurs navrés
Des san­glots
au fond du couloir
– quelqu’un vient de mourir

Cir­cu­lant dans l’hôpital, le poète radio­gra­phie les paysages bre­tons accrochés aux murs et nous fait partager le quo­ti­di­en dans lequel l’extérieur s’immisce par petites touch­es, notam­ment par le biais des saisons.

Après l’automne, ses châ­taignes, ses mar­rons et ses feuilles mortes, vient l’hiver sur lequel il ne s’attarde pas. Puis, c’est enfin le temps des nids, des iris, de l’élagage du camélia
Le recueil s’achève sur cette renais­sance et cette interrogation :

Fera-t-il beau cet été ?

Présentation de l’auteur

Pierre Tanguy

Pierre Tan­guy est orig­i­naire de Lesn­even dans le Nord-Fin­istère. Ecrivain et jour­nal­iste, il partage sa vie entre Quim­per et Rennes. En 2012, il a obtenu, pour l’ensemble de son œuvre, le prix de poésie attribué par l’Académie lit­téraire de Bre­tagne et des Pays de la Loire.

Ses recueils ont, pour la plu­part, été pub­liés aux édi­tions ren­nais­es La Part com­mune. Citons notam­ment  Haïku du chemin en Bre­tagne intérieure  (2002, réédi­tion 2008), Let­tre à une moni­ale (2005),  Que la terre te soit légère (2008), Fou de Marie (2009), Les heures lentes (2012), Silence Hôpi­tal aux édi­tions La Part com­mune (2017).

Il est égale­ment l’au­teur de recueils de haïkus

 Haïku du chemin en Bre­tagne intérieure, La Part Com­mune 2002, réédi­tion 2006. Post­face de Alain Kervern

Haïku du sen­tier de mon­tagne, La Part Com­mune, 2007. Pré­face de Alain Kervern

Ici même,  avec des pein­tures du Michel Remaud, La Part Com­mune, 2014. Post­face de Alain Kervern

Silence hôpi­tal,  La Part Com­mune, 2017, post­face de Alain Kervern

En antholo­gies ou livres collectifs

Chevauch­er la lune, antholo­gie du haïku français con­tem­po­rain, édi­tions David (Québec), 2001

Antholo­gie du haïku en France, bilingue français-anglais, édi­tions Aléas, 2003

L’arbre sort du bois, édi­tions Pip­pa, 2017

Le petit livre du haïku, First édi­tions 2018

Sav-Heol, Soleil lev­ant, Ris­ing sun,  haïkus et tankas de Bre­tagne et du Japon, Futures­can, 2019

Haïkus d’hommes, édi­tions Pip­pa, 2020

 

 

 

 

Pierre Tanguy

Autres lec­tures

« J’écris dehors », sur Pierre Tanguy

J’écris dehors Pierre Tan­guy Com­bi­en révéla­trice de son œuvre est cette con­fi­dence de Pierre Tan­guy. Oui, à la manière des pein­tres impres­sion­nistes qui sor­tirent bross­es et chevalets des ate­liers académiques, Pierre […]

Pierre Tanguy et Michel Remaud, Ici Même

  Les belles édi­tions ren­nais­es La Part Com­mune pub­lient Ici même sous la plume de Pierre Tan­guy rehaussée du sub­til pinceau de Michel Remaud. Ouvrage où il nous est don­né à con­tem­pler, De […]

Pierre Tanguy, Silence hôpital

Vivre la mal­adie, en poète Petit recueil mais, on le sait, le nom­bre de pages n’a rien à voir avec la den­sité. Dans l’univers de l’hôpital, tout compte de son poids de souffrance. […]

Antoine Arsan et son « éloge du haïku »

Encore un essai sur le haïku, direz-vous ? Le genre poé­tique n’en finit pas, en effet, de sus­citer com­men­taires et appré­ci­a­tions de toute nature. Avec le livre d’Antoine Arsan, pub­lié dans la pres­tigieuse collection […]

mm

Olivia Elias

Poète de la dias­po­ra pales­tini­enne, née à Haï­fa, Olivia Elias a vécu au Liban où sa famille s’était réfugiée après avoir été con­trainte à l’exil. Elle a effec­tué ses études supérieures au Cana­da où elle a enseigné les sci­ences économiques au niveau uni­ver­si­taire, puis s’est établie au début des années 1980 en France.

Olivia Elias écrit depuis tou­jours mais n’a décidé de pub­li­er que récem­ment. Après Je suis de cette bande de sable pub­lié en mai 2013 (épuisé), est paru L’espoir pour seule pro­tec­tion, pré­face de Philippe Tancelin (édi­tions alfabarre, févri­er 2015), puis Ton nom de Pales­tine (édi­tions Al Man­ar, jan­vi­er 2017). Elle a eu l’occasion d’en lire des extraits dans divers cadres/lieux : Maisons de la poésie en France et en Ital­ie, Print­emps des poètes, médiathèques… Plusieurs de ses poèmes ont été traduits en ital­ien par le poète Gian­car­lo Cav­al­lo. D’autres sont parus dans le sup­plé­ment lit­téraire de L’Orient le jour, les revues Phoenix et Con­cer­to pour marées et silence ain­si que sur Recours au poème et Terre à Ciel. Olivia Elias finalise actuelle­ment son prochain recueil de poésie.


A lire dans Recours au poème : “Coeurs-Tam­bours et autres poèmes”

Aller en haut