> Pierre Tanguy, Cantique de l’été

Pierre Tanguy, Cantique de l’été

2018-01-03T01:17:06+00:00

 

Cathédrale de ver­dure,
son par­vis de trèfle et d’épilobe.
Gloire du peu­plier,
son chant dans le ciel bleu.

Une branche de chêne
me pro­tège d’un soleil ardent.
Un nuage se dis­perse
comme un trou­peau de mou­tons.

Le che­min trans­pire,
il a bu les ondées.
Des hommes s’affairent
autour des mois­sons.

A flanc de col­line,
les che­vaux blancs à l’ombre.
Éclat bleu de la libel­lule
sur la feuille d’ortie.

J’explore des par­fums,
des goûts de miel.
Les vaches tran­quilles
s’approchent des abreu­voirs.

Campagne ardente
rafraî­chie par le ruis­seau brun.
Les papillons blancs
ont droit de cité.
 

Présentation de l’auteur

Pierre Tanguy

Pierre Tanguy est ori­gi­naire de Lesneven dans le Nord-Finistère. Ecrivain et jour­na­liste, il par­tage sa vie entre Quimper et Rennes. En 2012, il a obte­nu, pour l’ensemble de son œuvre, le prix de poé­sie attri­bué par l’Académie lit­té­raire de Bretagne et des Pays de la Loire.

Ses recueils ont, pour la plu­part, été publiés aux édi­tions ren­naises La Part com­mune. Citons notam­ment  Haïku du che­min en Bretagne inté­rieure  (2002, réédi­tion 2008), Lettre à une moniale (2005),  Que la terre te soit légère (2008), Fou de Marie (2009), Les heures lentes (2012), Silence Hôpital aux édi­tions La Part com­mune (2017).

 

Pierre Tanguy

Autres lec­tures

« J’écris dehors », sur Pierre Tanguy

J’écris dehors Pierre Tanguy Combien révé­la­trice de son œuvre est cette confi­dence de Pierre Tanguy. Oui, à la manière des peintres impres­sion­nistes qui sor­tirent brosses et che­va­lets des ate­liers aca­dé­miques, Pierre [...]

Pierre Tanguy et Michel Remaud, Ici Même

  Les belles édi­tions ren­naises La Part Commune publient Ici même sous la plume de Pierre Tanguy rehaus­sée du sub­til pin­ceau de Michel Remaud. Ouvrage où il nous est don­né à contem­pler, De [...]

Pierre Tanguy, Silence hôpital

Vivre la mala­die, en poète Petit recueil mais, on le sait, le nombre de pages n’a rien à voir avec la den­si­té. Dans l’univers de l’hôpital, tout compte de son poids de souf­france. [...]

Antoine Arsan et son « éloge du haïku »

Encore un essai sur le haï­ku, direz-vous ? Le genre poé­tique n’en finit pas, en effet, de sus­ci­ter com­men­taires et appré­cia­tions de toute nature. Avec le livre d’Antoine Arsan, publié dans la pres­ti­gieuse col­lec­tion [...]

X