> Pour Jean-François et Magali

Pour Jean-François et Magali

Par |2018-10-17T12:14:04+00:00 16 juillet 2012|Catégories : Blog|

 

Les outre­mers ont débar­qué
Nuit de paroles sans limites
Grains de sable cou­lés dans l’émerveille
Et les louves ont léché des langues de terres réin­ven­tées
Fraternité farouche
Tendresse des pous­sières sou­ve­raines
                             En peau de lune
                             En peau de tam­bour
Vie obs­ti­née sous l’empreinte du mar­queur
Du plus haut lan­gage à bout por­tant des mots
Ne serait-ce que l’éclosion d’un autre visage
Au dia­pa­son des atomes
                                                                         du monde
Soleils bles­sés de pré­ci­pices en pré­ci­pices
                                De tra­ver­sées en tra­ver­sées
Au plus secret d’un long voyage de cœur à cœur
                                          D’une longue semence de mers consa­crées
                                          D’un las­so d’oiseaux et de piments
L’étoile qui met le cap aux iles
L’étoile qui coud l’éventail de l’arbre du voya­geur
L’étoile pié­gée dans la nasse des soli­tudes
Eperdue d’aimer d’autres len­de­mains
                                              Où
De quel côté vont toutes ces paroles à la lisière des jours sans chaînes
                            La  liber­té au bout de la langue
                            Syllabe de rosée noire
Et ce que nous com­mé­mo­rons ce sont des bar­ri­cades d’étoiles
D’immenses                     méta­mor­phoses de fos­siles
O dan­seuse
                                             amie des grands fonds et des souf­frances
                                             Dansant
O dan­seuse
                                             amie des tour­billons
Les cou­rants indo­ciles portent ta traine de feu
                                             Gifle des sons
                                             Semailles de sons
Nous por­tons la cou­ronne des marées
Les îles sont d’éloges et de fureurs inquiètes
Les îles sont d’éloges et de rumeurs inquiètes
                                             Des bains démar­rés
                                             Des cavernes de por­ce­laine
                                             Des épées de fumée

 

II

Les outre­mers ont débar­qué
Tapis de plaies sonores
Tapis des mers constel­lées
                                                 Bouts de terres
                                                 Boutures
                                                 Rhizomes
                                                 Signaux de fumée
                                                 Galets d’étoiles éveillées
Et il n’est pas un dic­tion­naire pour nous don­ner le sens exact
D’ailleurs il n’y a rien à dire sinon que nous sommes les pétales d’une immense fleur des mers
Que nous sommes des terres
Des peuples et des pays
Que nous soyons petits fait notre gran­deur
Que nos mots tombent en gouttes d’amitié pure
                                               La musique est venue
                                               Oui la musique
Comme un fruit qui éclate et livre son soleil
                                               Comme le bat­te­ment intact
                                               La pul­sa­tion d’une ruche
                                               Le son intime
                                               La réso­nance
                                               L’écho des liber­tés
Et puis la danse bleue est venue
                                               Brûlis des pas de papillons
                                               Le corps tresse sa flamme
Le corps secoue la terre comme un tor­rent qui fond
Le corps picore le cœur d’un tam­bour sin­cère
Et les gouffres se referment
Et Gorée explose
Et nos îles rejoignent les pyra­mides
Et le monde tres­saille comme un arc-en-ciel tout neuf
Et c’est nous
Pays-mêlés
Lumière bles­sée d’imprévisible lave
Nous sans masques
Lame bat­tante des fra­ter­ni­tés
Nous qui avons l’haleine des Grands Malheurs
Nous qui sommes reve­nus de si loin
Nous qui ouvrons les bras d’un monde trop fer­mé
Nous les dépo­si­taires des cou­leurs du monde
Tout le monde est d’outre-mer
Venus du plus vieux sang
Et des plus jeunes matins
Nous sommes les étin­celles de l’univers

 

Lyon
Le 10 Mai 2011

 

X