> Près des Seuils

Près des Seuils

Par | 2018-02-21T11:47:14+00:00 16 octobre 2015|Catégories : Blog|

 

La porte
à angle droit
            chasse les coins de l'ombre
            appelle
                        la venue

 

 le vent
   vif
tra­verse l'étendue
            hors de por­tée
à cru depuis l'enclave de mémoire

 

l'épaisseur se tasse en ses ren­for­ce­ments
passe ses fils sans fin
au plis des langues

s'articulent les légendes

 

c'est à deux bat­tants
que souffle pousse

 

il fait bou­ger les seuils 
            délivre l'origine

 

l'initiale
            saillit de l'ombre

 

vous enten­dez ce remue­ment ?

 

même la lumière s'y met
depuis les coups don­nés à la nais­sance
à l'âge des cou­teaux et des ques­tions sans cesse
et des
          silences

 

lin­ceuls
aux pages à décou­vert
jusqu'au sai­sis­se­ment des trois gouttes de sang sur la neige

 

les blancs en déban­dade
à débon­der la vie

 

le cadre rom­pu
la clar­té saute aux yeux
impla­cable
prête à ravir les marges

 

rapt
      à perdre sai­son  et sujet de rai­son

 

on croit voir le motif
en place
            à l'évidence

 


dans l'échappée offerte
de la porte au pla­teau qui bas­cule

 

le vent est large

 

est-ce le vide qui prend ?

 

Une parole
            sur l'éclat
            pour tenir
            si ténue

 

pal­pi­ta­tion
            au motif
dans la seconde même
            divi­sée

 

l'oeil dans le mou­ve­ment           
            au plus proche

 

            accom­mo­der sans cesse
au dedans     et pour­tant     sépa­ré
un pur bruis­se­ment d'aile
à peine tenu
pris dans le vol
juste

 

ébauche au temps-luciole
pou­droie­ment
exha­lé
de la nuit dans le jour
pour en croire ses yeux

 


au point
où ça
         se perd
contact avec le jade et le jas­min
un chu­cho­tis dans l'île des fruits d'or où se four­bit la mort

 

on ne tra­verse pas les mers sans vivre vague dif­fé­rée

 

har­cè­le­ment des éngmes
œil du sphinx
ou
sang des sirènes

 

chaque flot presse
                              le sui­vant
                   reprend
                              dans l'élan

 

les géo­lo­gies s'entassent
            du bistre au gris
            du bleu au bleu
tour d'écrou
per­cée nou­velle à file­ter le jour

 

« Détuire dit-elle »

 

on ne sac­cage pas les signes sans les mul­ti­plier

 

vani­té des excès
belle ava­lanche de dis­so­nances
l'espace est occu­pé

 

les mouches au ventre bleu s'égayent
au bruit des ailes chaudes
les entrailles ouvertes à l'autre insa­tiable
s'offrent dans leurs lui­sances
fouillées à coups de bec
cou­pées sec
c'est la loi
ventre à l'équarissage pour un ventre vorace
jusqu'à ce que les os résonnent comme pierre…

 

 

                                                                               à  suivre.

 

 

 

 

Sommaires