> Quasi une sextine

Quasi une sextine

Par | 2018-05-26T08:24:33+00:00 24 juin 2017|Catégories : Blog|

tra­duc­tion Marilyne Bertoncini

 

QUASI UNE SEXTINE

 

Je désire ardem­ment des pêches, objets stéa­to­pyges à noyaux, pêches
mûres, ou non,
aus­si fort que les guêpes qui bom­bardent en piqué
dési­rent ardem­ment le café gla­cé de mon verre.
Laissez-moi goû­ter la blanche, humide
chair sexuelle

de pêches véni­tiennes sur la Riva degli Schiavoni
mûres ou non
si par­faites qu'elles devraient être inhu­mées dans du verre de Murano
avec des guêpes de verrre –
les fila­ments vert-blanc, humides
des pêches.

Je désire des pêches romaines jaunes
avec des guêpes de safran
en essaim sur elles au mar­ché de Campo dei Fiori, échar­nant
la nudi­té mûre de
Caravaggios sous verre.
Je veux dor­mir et rêver de cette humide et trouble
odeur. Ce n'est pas blanc. C'est frois­sé, fou­lé, bles­sé.

 

*

 

QUASI UNA SESTINA    

 

I crave peaches, stea­to­py­gous things with pits, peaches

unripe or ripe,

as much as dive­bom­bing wasps

crave iced cof­fee from my glass.

Let me taste the white, wet

sexual flesh



of Venetian peaches on the Riva degli Schiavoni

ripe or unripe,

so per­fect they should be entom­bed in Murano glass

along with glas­sy wasps–

fila­men­ted green-white, wet

peaches.


I desire yel­low Roman peaches

with saf­fron wasps

swar­ming on them in the Campo dei Fiori mar­ket, fle­shing

out the naked­ness of ripe­ned

Caravaggios under glass.

I want to sleep and dream this mud­dy wet
 odor.
It isn't white.  It's strai­ned, sprai­ned, brui­sed.

 

*

 

 

 

 

 

 

X