Reste à res­ti­tuer, hors écri­ture,
à la parole
                 ces espaces vibra­toires

ten­dus de foudre, de soleil
et d’armoise – et comme gor­gés
de silences en fusion,

cette énigme inten­sive où la parole,
incom­pres­sible, trouve
à régé­né­rer

sa voca­tion de feu géné­ra­teur