> Sans fin

Sans fin

Par | 2018-02-21T23:40:00+00:00 6 février 2014|Catégories : Blog|

 

Quelque part tout près, peut-être dans une phrase
d’enfant, peut-être dans un geste qui
décri­vait une assu­rance fac­tice, quelque part,
en tout cas, où le bon­heur
n’est pas don­né par grande bou­chée.
La toile d’araignée plane au-des­sus de la porte,
le son doux se ter­mine dans les cordes vocales.
J’ai pris ma place dans tout ce qui a été
énu­mé­ré et essayé d’en tirer
un ensei­gne­ment. Une impres­sion. De l’insérer
dans mon kaléi­do­scope ver­sa­tile.
Comme les grains de lumière dans une cathé­drale.

Quelque part, ni près ni tout à fait loin,
j’entends mur­mu­rer les rêveurs.
Dans les vases des sou­cis ont pour­ri,
un médi­ca­ment sur le che­vet
résiste à la curio­si­té.
Les lèvres humides, froides disent :
je pleure. Mais, ce n’est qu’en pas­sant.
Cela s’oublie sans peine et assu­ré­ment
ne laisse pas de trace.
Mozart mou­rant réus­sis­sait encore
à négo­cier avec Dieu.
Il pen­sait que der­rière lui res­tait
encore tant de choses à dire.
Mais Dieu en savait plus et pour cela
lui par­don­nait tout.

Le der­nier fil de la toile d’araignée qui là
fré­mit pai­si­ble­ment, la voix qu’on n’entend
plus, ce sont les points dans les­quels
se ren­contrent des extré­mi­tés. Que
les mar­chan­dages du mou­rant rap­prochent
de l’oreille de Dieu. Qui avec deux petits verres
de kaléi­do­scope créent l’infini.

 

Traduit du croate par Brankica Radić 

Sommaires