> Sans pause ni soupir

Sans pause ni soupir

Par |2018-08-18T04:38:47+00:00 7 février 2016|Catégories : Blog|

 

 

Quand écrire s’est ajou­té à par­ler,
La bouche est des­cen­due dans la main.

                                        Bernard Noël

 

 

 

L’alphabet de l’invisible
je pour­suis

déta­chant les fils
du laby­rinthe stel­laire

brouillant le ciel
bala­frant sa toile d’azur                               

si peu d’esprit dans les doigts
tant de nuages où se perdre

 

         

 

***

 

 

 

Paume nue paume obs­cure
l’oubli t’ignore

nul trem­ble­ment
          nul vacille­ment

en ton creux de silence
la pliure du ciel se réflé­chit

paume nue paume vibrante

tu es signe de feu
sur l’ivoire de la mémoire

 

         

 

***

 

 

 

L’esprit léger sur le bout des doigts

je cherche l’espace dans l’espace
je devine le temps hors du temps

j’avance chan­ce­lante
la trans­pa­rence me dis­sipe

blême l’ombre de mes traces
sur le mot retrou­vé

 

 

 

***

 

 

 

Entre deux paren­thèses
les mots s’évaporent

rumeurs de syl­labes
sous mes lignes

l’impatience flam­boie

com­ment pal­per
la chair du monde ?

entre deux paren­thèses
les astres nébu­leux

com­ment écrire
la nos­tal­gie de l’aile ?

rumeurs de syl­labes
tâton­nantes
         tré­bu­chantes
                 bal­bu­tiantes

sacre de l’inachèvement

entre deux paren­thèses
les mots se mur­murent

jusqu’à l’élégie

 

 

 

***

 

 

 

Hors des bif­fures de la feuille

je tisse de points confiants
l’essentiel de ma ges­tuelle

noces somp­tueuses
de la voix secrète
et de l’encre jaillis­sante

je rêve l’instant du mot
qui res­ti­tue à la pen­sée

son infime pesée

 

 

 

***

 

 

 

Haleine dépê­chée sur le papier
à encer­cler à incrus­ter

je dis­tille en perles extrêmes
le sang d’encre
au bout de mes doigts

points d’œuvre à faire vibrer
fris­son­ner pal­pi­ter

comme le jour
sur la paume
de l’espace

quand s’annonce fur­tif
le vol du coli­bri

dans le ciel du poème

 

 

 

***

 

 

 

Partition pagi­nale
sans pause ni sou­pir

les mots s’agitent
me brûlent les doigts

flam­bée de notes

blanches et noires cré­pitent
dans la sub­stance de la page

par­ti­tion abys­sale
sans pause ni sou­pir

le poème flambe
gouffre de réso­nance

 

              

 

***

 

 

 

D’une aile fas­tueuse
prendre forme

d’une aile soyeuse
prendre ciel

j’ouvre mes cinq doigts

d’une aile hou­leuse
fendre page

d’une seule plume

je grave les ondu­la­tions
de la parole qui s’achemine

ara­besque flam­boyante

 

                   

 

***

 

 

 

Sans se frois­ser ni se bri­ser
sans perdre ses ailes

épou­ser les lignes
les dis­po­ser ver­ti­cales

une à une
              deux à deux

ne pas perdre ses ailes

je mime sur la page
le désir d’envol
du poème nais­sant

sans se frois­ser ni se dis­soudre
sans demeu­rer silen­cieuse

hors de mes pul­sions tra­çantes
ne pas perdre mes ailes

 

                   

 

***

 

 

 

Toucher la chair du ciel
du bout des doigts

avec len­teur sans frayeur
la creu­ser la fouiller

faire brèche majes­tueuse

 

 

 

 

 

 

 

Suite inédite de poèmes pui­sés dans le manus­crit en cours « Du ciel sur la paume », suc­cé­dant aux livres publiés aux édi­tions Voix d’encre, Eurydice désor­mais (pein­tures de Pierre-Marie Brisson, pré­face d’Hédi Kaddour, 2011) et à L’insoupçonnée ou presque (pein­tures de Laurent Reynès, pré­face de Bernard Noël, 2013, sélec­tion du Prix Mallarmé 2014).

X