> Solitude

Solitude

Par | 2018-05-22T00:36:48+00:00 16 janvier 2014|Catégories : Blog|

 

Epaulant ma soli­tude
                Comme on épaule un fusil
                               Sans même savoir viser
Je chan­celle au ciné­ma
                Grimpe tout en haut de l’écran
                               Clair de lune à nuages
L’abandon en ban­dou­lière
                Ma qua­ran­taine exi­lée
                               Je ne suis que de pas­sage
J’ai froid sous la pluie sans vous
                Vous étiez ma pro­messe
                               Et j’étais vos len­de­mains
Si j’ai gar­dé mes seize ans
                Dans la mai­son han­tée par
                               Votre fan­tôme et le mien
J’ai tour­né dos à la foule
                Et j’ai fui les bara­tins
                               Je vou­lais fer­mer le livre
N’ai pas pu tour­ner la page
                Et j’ai bâti un empire
                               Avec le sel de mes larmes
Mon réveil, chaque matin
                A côtés, bras grands ouverts
                               Votre absence que j’enlace.
Bien des feuilles sont tom­bées
                Bien des hommes s’en sont allés
                               Captive, je tends les mains
Seul le miroir me répond
                Aucune trace ne reste
                               Dans le brouillard du matin
Comme mon corps auprès du vôtre
                Effacé à tout  jamais
                               Nuit sans lune,  nuit sans étoiles
L’étreinte per­due en silence.
                J’écoute tous vos bai­sers
                               Aux portes de tous les mondes
Je ne res­sens jamais rien
                Redonnez-moi mes empreintes
                               Gardez tous mes sou­ve­nirs
L’art de mes dési­rs est mort
                A la porte des cha­grins
                               Il ne revien­dra jamais.
Cette his­toire qui me vide
                Comme un voyage pour rien
                               Aller simple dans un mur
Je peux tout aban­don­ner
                Tout ce que nous connais­sions
                               Jamais avoir peur de rien.
C’est cela qui me sou­tient
                C’est ma retraite secrète
                               Et l’envie de vos tem­pêtes.

 

Solitude

Par | 2018-05-22T00:36:48+00:00 22 juillet 2012|Catégories : Blog|

 

Solitude pen­sive
sur pierre et rosier, mort et réveil,
où libre et cap­tive,
figée dans son vol blanc,
chante la lumière bles­sée par le gel.

Solitude au style
de silence sans fin et d’architecture,
où la démarche indé­cice
de l’oiseau dans les haies
ne réus­sit pas à clouer ta chair obs­cure.

En toi je laisse oubliée
la fré­né­tique pluie de mes veines,
ma cein­ture déco­rée,
et bri­sant des chaînes,
rose fra­gile je serai par­mi les sables.

Rose de ma nudi­té
sur tis­sus de chaux et feu sourd,
lorsque rom­pu déjà le nœud,
lavé de lune et aveugle,
croise tes fines ondes de calme.

Dans la boucle du fleuve
le double cygne chante sa blan­cheur.
une humide voix sans froi­deur
sourd de sa gorge,
et par­mi les joncs roule et se lève.

Avec sa rose de farine
un enfant nu mesure la rive,
tan­dis que le bos­quet accorde
sa musique pre­mière
en une rumeur de cris­taux et de bois.

Des chœurs d’immortelles
tournent affo­lés deman­dant des éter­ni­tés.
leurs signes expres­sifs
blessent les deux moi­tiés
de la carte qui suinte des soli­tudes.

La harpe et sa plainte
prise dans des nerfs de métal doré,
si doux ins­tru­ment
réson­nant ou sub­til,
cherchent, ô soli­tude, ton règne gelé.

Tandis que toi, inac­ces­sible
à la verte lèpre du son,
il n’est pas de hau­teur pos­sible
ni de lèvre fami­lière
par où te par­vienne notre gémis­se­ment.
 

X