> Ta beauté ne peut renaître qu’effacée

Ta beauté ne peut renaître qu’effacée

Par | 2018-05-27T21:43:05+00:00 19 octobre 2013|Catégories : Blog|

Dessin 1 (fond vert, Orphée en noir enca­dré de gris).

 

Ta beau­té ne peut renaître qu’effacée
ton visage en moi
comme appui de lumière
je suis immo­bile à la porte

je t’ai per­due je te per­drai encore
je me per­drai
c’est ain­si que je chante
le chant veut un silence plus amou­reux

la tris­tesse Eurydice
la belle aus­si légère qu’un fris­son
jamais l’abandon aux jalouses qui jurent
aux gar­diens à semelles de glaise

le visage dans l’ombre
Eurydice
jamais la fausse lumière des rai­sons
mais rêver l’altitude où res­pi­rer devient joie

mon âme que j’aimais
jamais je n’abdiquerai ton royaume
ta cou­ronne est ma lyre
va le dire au dieu de la mort
un autre après moi même les cordes cas­sées
repren­dra dans sa geste
le sou­ve­nir que nous eûmes du jour
va dire au dieu de la mort l’impuissance des roses

et le par­fum qu’elles en puisent

 

 

« Sur le pas de l’ombre » (Variations sur le thème d’Orphée à par­tir de des­sins de Michèle Iznardo).

 

X