> The Inner Man

The Inner Man

Par | 2018-05-26T08:27:56+00:00 31 mai 2013|Catégories : Blog|

 

It isn’t the body
That’s a stran­ger.
It’s someone else.

We poke the same
Ugly mug
At the world.
When I scratch,
He scratches too.

There are women
Who claim to have held him.
A dog fol­lows me about.
It might be his.

If I’m quiet, he’s quie­ter.
So I for­get him.
Yet, as I bend down
To tie my shoe­laces,
He’s stan­ding up.

We cast a single sha­dow.
Whose sha­dow ?
It’d like to say :
“He was in the begin­ning
And he’ll be in the end,”
But one can’t be sure.

At night
As I sit
Shuffling the cards of our silence,
I say to him :

Though you utter
Every one of my words,
You are a stran­ger.
It’s time you spoke.”

 

 

L’Homme inté­rieur

Ce n’est pas le corps
Qui est un étran­ger.
C’est quelqu’un d’autre.

Nous four­rons le même
Vilain museau
Au nez du monde.
Quand je me gratte,
Il se gratte aus­si.

Il y a des femmes
Qui pré­tendent l’avoir tenu dans leurs bras
Un chien me suit d’un endroit à l’autre
Qui est peut-être le sien.

Si je me tais, il se tait plus encore.
En consé­quence je l’oublie.
Toutefois, me pen­chant pour lacer mes chaus­sures,
Il se met debout.

Nous pro­je­tons la même ombre.
L’ombre de qui ?
J’aimerais bien pou­voir dire :
“Il était dans le com­men­ce­ment
Et il sera dans la fin.”
Mais on ne peut pas être cer­tain.

La nuit
en m’asseyant ain­si
pour mêler les cartes de notre silence,
Je lui dis :

Quoi que tu pro­nonces
Chacune de mes paroles,
Tu es un étran­ger.
Il est temps que tu parles.”

 

Traduction en fran­çais d’Elizabeth Brunazzi
 

X