> Thierry Jolif-Maïkov

Thierry Jolif-Maïkov

Par |2018-10-15T17:55:13+00:00 1 mars 2015|Catégories : Blog|

Né en 1972, Thierry Jolif-Maïkov est père de famille, chan­teur, musi­cien, écri­vain et essayiste bre­ton, créa­teur de la “cyber-revue” bre­tonne Nominoë et des blogues L'Alittéraire (Kritikos et Theoria) et de l'éphémère revue d'escriture inter­nelle Tropinka. Après avoir fon­dé et ani­mé, pen­dant plus de dix ans l’ensemble musi­cal expé­ri­men­tal et « tra­di­tion­nel » LonsaiMaïkov, il a étu­dié la civi­li­sa­tion cel­tique, le bre­ton et l’irlandais à l’Université de Haute-Bretagne. Il a scru­té et médi­té, durant plu­sieurs années, les aspects tant pré-chré­tiens que chré­tiens de la civi­li­sa­tion cel­tique (reli­gion, art, musique, poé­sie). Il est l’auteur de Mythologie cel­tique, Tradition cel­tique, Symboles cel­tiques et Les Druides dans la col­lec­tion B-A. BA. des édi­tions Pardès. Chrétien ortho­doxe ayant étu­dié la théo­lo­gie et la patro­lo­gie, il s’est par­ti­cu­liè­re­ment pen­ché sur les aspects théo­lo­giques, mys­tiques et éso­té­riques du Graal, ain­si que sur l’étude du sym­bo­lisme chré­tien, de l’écossisme maçon­nique, de la phi­lo­so­phie reli­gieuse russe et de l'histoire de la mys­tique et de la poli­tique byzan­tine. Il fut aus­si un col­la­bo­ra­teur de la revue Contrelittérature (ancienne ver­sion) dont la théo­rie cen­trale et cor­diale aura une influence déter­mi­nante sur "l'évolution" de ses rap­ports aux théo­ries éso­té­riques, tra­di­tio­na­listes et "lit­té­raires" (qu'il finit par trans­cen­der plus que reje­ter), il est éga­le­ment l'auteur de la pre­mière étude sur la tra­di­tion cel­tique parue dans le jour­nal péren­nia­liste amé­ri­cain SOPHIA. Dans la revue éphé­mère TROPINKA (2 occur­rences, en 2010, Avatar édi­tions) qu'il dirige pen­dant un temps il essaie de mettre en œuvre les idées nées de sa pra­tique de la lec­ture et de l'écriture. Les concepts qui res­sortent de cette expé­rience se nomment : trans­la­tion, outre-enten­de­ment, ceci­te­los (cf. Günther Anders), inachè­ve­ment, outre-texte. L'idée d'une "es-cri­ture" (ou ésoé­cri­ture) le mène sur les traces d'une totale relec­ture his­to­rio­lo­gique de la lit­té­ra­ture et de la phi­lo­so­phie occi­den­tale qu'il bap­tise du nom d'alittéraire (sans lien avec la théo­rie de Claude Mauriac sur "l'alittérature", quoique l'idée de "Dialogue inté­rieur" du même ne soit pas tout à fait étran­gère aux pers­pec­tives de Thierry Jolif qui, néan­moins lui pré­fé­re­ra cer­tai­ne­ment celle, moins sys­té­ma­tique, des « pen­sées vécues » et de la pen­sée par « at-trac­tion » de la cultu­ro­lo­gie-exis­ten­tiale de Guéorgui Gatchev ). Loin de tout conser­va­tisme fri­leux il fait de "l'inachèvement" l'axe prin­ci­pal de son actuel tra­vail et consi­dé­rant le texte comme supé­rieur au "livre" il met en place une exi­geante et per­ma­nente refonte des textes publiés sur les blogs autant qu'en for­mat papier. Il est, en outre, aujourd'hui jour­na­liste et chro­ni­queur pour le web­ma­ga­zine uni​di​vers​.fr et tou­jours actif, réac­tif et créa­tif au sein des ensembles musi­caux LonsaiMaïkov (avec, en par­ti­cu­lier, des col­la­bo­ra­tions récentes et fer­tiles avec les ensembles musi­caux russes et ukrai­niens Cisfinitum et Oda Relicta) et Dervenn…

X