Ton  cœur de cris­tal s’est éteint sur ma joie.
Tes doigts effi­lés m’ont par­cou­ru le dos
Et tes che­veux se sont mis à pous­ser
Comme des hiron­delles
Babylone ma belle et tes jar­dins sus­pen­dus,
Où sont tes dieux au regard peint.