> Torild WARDENÆR

Torild WARDENÆR

Par | 2018-02-21T15:46:43+00:00 26 octobre 2013|Catégories : Blog|

CHOIX DE POEMES
avec la Contribution d’Anne-Marie Soulier

Torild Wardenær

Par | 2018-02-21T15:46:43+00:00 26 octobre 2013|Catégories : Blog|

Torild Wardenær est née le 30 novembre 1951 à Stavanger, sur la côte sud-ouest de la Norvège, où elle réside tou­jours. Elle a publié des pièces de théâtre, des essais, et plu­sieurs recueils de poèmes pour les­quels elle a reçu des prix impor­tants, par­mi les­quels le prix Herman Wildenvey, le prix Halldis Moren Vesaas (deux grands poètes nor­vé­giens) et le prix Brage, du nom de l’ancien dieu nor­dique de la poé­sie.
Elle est sou­vent invi­tée à des lec­tures et des per­for­mances dans son pays, mais aus­si en Suède, au Danemark, en Allemagne et en France (Paris, décembre 2005). Elle s’est éga­le­ment vu attri­buer des rési­dences en Espagne (Fondation Valparaiso), à Bruxelles, et tout der­niè­re­ment en Californie. Son écri­ture déjoue volon­tiers les effrois du quo­ti­dien en les pro­lon­geant par des inter­pré­ta­tions rêvées, voire fan­tas­tiques, échos d’une folie joyeu­se­ment reven­di­quée.

Parmi ses œuvres poé­tiques, toutes publiées par Aschehoug :
I Pionértiden (Au temps des pion­niers), 1994.
Null kom­ma to lux, 1995.
Houdini til minne (En mémoire d’Houdini), 1997.
Døgndrift (La dérive des jours), 1998.
Titanporten (Le Portail des Titans), 2001.
Paradiseffekten (Effet de para­dis), 2004.
psi  (pour la 23e lettre de l’alphabet grec), 2007.
Mens Higgsbosonetr gna­ger (Tandis que ronge le boson de Higgs), 2011

Sommaires