Une revue qui fête un cen­tième numéro, ça se salue ! La fidél­ité au tra­vail, le sou­tien des poètes et des abon­nés, tout ceci crée des liens et se moque des dis­tances. Cette revue porte bien son nom puisqu’elle offre à ses lecteurs de tra­vers­er plusieurs pays, plusieurs écri­t­ures, plusieurs regards.

Une revue imposante aus­si : presque 200 pages de poèmes et une nou­velle. Des poèmes qui vont du haïku au son­net, en pas­sant par le petit pavé de prose ou le poème dit libre.

Un peu plus d’une ving­taine d’auteurs à décou­vrir, à retrou­ver, à suivre…

Une revue toute sim­ple aus­si, quelques pho­tos en guise de pause : des anci­ennes cou­ver­tures, en couleur. Le texte, l’auteur. Sobriété ; beauté.

Par­mi les auteurs, j’en cit­erai trois qui m’ont inter­pelé plus par­ti­c­ulière­ment : William Cliff, Philippe Leuckx et Michel Ménaché.

 

Revue Tra­ver­sées n°100, 2022 I, abon­nement : 30€ les trois numéros, https://revue-traversees.com

mm

Patrick Joquel

Pour démar­rer l’année 22 : paru­tion du cairns 30 sur le thème de l’éphémère à nos petites édi­tions de la Pointe Sarène. Quelques ren­con­tres avec des class­es réus­sis­sent à se main­tenir, sou­vent avec des effec­tifs réduits cepen­dant. l’année 2021 s’est ter­minée par deux paru­tions : — photo/poésie avec Flo­ra Div­ina-Touzeil pour les pho­tos, Regards félins, aux édi­tions de la Pointe Sarène. Mod­èle du pho­tographe : une chat­te noire. Haïkus et tankas les accom­pa­g­nent. — Canal de la Siagne, édi­tions Csprod. Livre de pho­to du canal de la Siagne et de celui du Loup qui ali­mentent en eau potable la ville de Cannes et son bassin. J’ai été chargé d’en écrire les pages rela­tant l’histoire du canal et en con­séquence celle de l’essor Can­nois. Des haïkus accom­pa­g­nent égale­ment quelques pho­tos. Et une ré-impres­sion de notre photo/haïkus sur le Parc Naturel Région­al du pays Gras­sois. Mal­gré les con­di­tions san­i­taires, l’agenda s’est déjà bien rem­pli pour cette année. Espérons que cela tienne… www.patrick-joquel.com Je suis né à Cannes, en 1959 ; je vis à Mouans-Sar­toux. J’ai enseigné dans les Alpes Mar­itimes, au Séné­gal, en Angleterre. J’aime autant la mer que la mon­tagne, le soleil que la neige. J’aime nag­er, marcher ou ski­er. Je suis curieux, éclec­tique et plutôt lent. Mes goûts vont des ravi­o­lis niçois au poulet mafé de M’bodiène, du tabouleh de Bey­routh au fish and chips de Whit­by en pas­sant par les plats de Kyoto ou de Mal­o­los… J’aime voy­ager mais j’aime aus­si m’arrêter chez moi, chez l’autre ou en bivouac de mon­tagne. Je voy­age aus­si à la ren­con­tre des lecteurs, avec mes lunettes et mes livres. www.patrick-joquel.com