Albane Gellé, Eau

Par |2021-02-22T06:59:24+01:00 21 février 2021|Catégories : Albane Gellé|

Dans la col­lec­tion Poèmes pour grandir, Albane Gel­lé offre ici une série de courts poèmes en prose sur le thème de l’eau. L’eau, élé­ment indis­pens­able à la vie. 

L’eau, de la source au tor­rent. L’eau douce ou l’eau salée. Avec toutes les vies qu’elle abrite dans ses pro­fondeurs. Avec toutes ses couleurs. La pluie

Eau ver­ti­cale, trombes de pluie, eau accélère puis ralen­tit, cadeau du ciel pour la terre, eau trait d’union, eau recom­mence à l’infini, sait que tout passe, et passera.

L’eau cachée du puits. L’eau souter­raine et sa patience… L’eau de notre corps, les larmes, l’eau de la nais­sance… Les eaux fos­siles de Mars… L’eau source de vie, cause de mort. Son cycle que l’on étudie en classe.

 

 

Albane Gel­lé, Eau,  Cheyne édi­teur, illus­tra­tions de Mar­i­on Le Pen­nec, 2020.

L’eau, et sa lumière, sa trans­parence ou au con­traire son opac­ité, ses mys­tères. La rosée du matin. Les musiques de l’eau. L’eau des jeux d’enfants, bar­rages, marées, flaques

L’eau dans tous ses états : vapeur, liq­uide, cristal de neige, glace. Tout un panora­ma de mots pour ten­ter de dire l’eau, d’exprimer notre rela­tion à l’eau. Comme un hom­mage, comme une louange et comme un respect.

À l’heure où se pro­fi­lent des com­bats pour l’eau, où les humains s’inquiètent de réchauf­fe­ment, de sécher­ess­es ou d’inondations, ce livre vient sim­ple­ment rap­pel­er que l’humanité demeure frag­ile et dépen­dante de la planète de sa naissance.

Un livre qu’accompagnent les encres de Mar­i­on Le Pen­nec. Encres de chine qui jouent des con­trastes entre noir et blanc et dont la flu­id­ité résonne avec les mots.

Un livre à don­ner à lire dès sept ans et bien au delà, à enten­dre bien avant. Il accom­pa­g­n­era ain­si les réflex­ions des enfants, des ado­les­cents et même des adultes. Un livre qui per­met, comme sou­vent en poésie, de penser autant que de se sen­tir plus accordé au monde.

Eau potable en réponse à nos soifs, eau minérale, eau naturelle, dans des bouteilles de toutes les tailles ou jail­lis­sant du robi­net, eau cadeau de tous les jours qu’on oublie de remerci­er, eau à boire, eau bue, eau en glaçons, eau en carafe ou dans de grands ver­res trans­par­ents, eau dans la bouche, dans la gorge, eau vitale.

Présentation de l’auteur

Albane Gellé

Textes

Albane Gel­lé est une poète française.

© Crédits pho­tos (sup­primer si inutile)

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Patricia Cartereau & Albane Gellé, Pelotes, Averses, Miroirs

Patri­cia Cartereau & Albane Gel­lé, Pelotes, Avers­es, Miroirs, L’espace. Avant même l’alternance des dessins et des poèmes, nous remar­quons le blanc, vaste, omniprésent, intact. Pri­mor­diale inno­cence ? En tout cas nous nous […]

Albane Gellé, Eau

Dans la col­lec­tion Poèmes pour grandir, Albane Gel­lé offre ici une série de courts poèmes en prose sur le thème de l’eau. L’eau, élé­ment indis­pens­able à la vie. L’eau, […]

mm

Patrick Joquel

Pour démar­rer l’année 22 : paru­tion du cairns 30 sur le thème de l’éphémère à nos petites édi­tions de la Pointe Sarène. Quelques ren­con­tres avec des class­es réus­sis­sent à se main­tenir, sou­vent avec des effec­tifs réduits cepen­dant. l’année 2021 s’est ter­minée par deux paru­tions : — photo/poésie avec Flo­ra Div­ina-Touzeil pour les pho­tos, Regards félins, aux édi­tions de la Pointe Sarène. Mod­èle du pho­tographe : une chat­te noire. Haïkus et tankas les accom­pa­g­nent. — Canal de la Siagne, édi­tions Csprod. Livre de pho­to du canal de la Siagne et de celui du Loup qui ali­mentent en eau potable la ville de Cannes et son bassin. J’ai été chargé d’en écrire les pages rela­tant l’histoire du canal et en con­séquence celle de l’essor Can­nois. Des haïkus accom­pa­g­nent égale­ment quelques pho­tos. Et une ré-impres­sion de notre photo/haïkus sur le Parc Naturel Région­al du pays Gras­sois. Mal­gré les con­di­tions san­i­taires, l’agenda s’est déjà bien rem­pli pour cette année. Espérons que cela tienne… www.patrick-joquel.com Je suis né à Cannes, en 1959 ; je vis à Mouans-Sar­toux. J’ai enseigné dans les Alpes Mar­itimes, au Séné­gal, en Angleterre. J’aime autant la mer que la mon­tagne, le soleil que la neige. J’aime nag­er, marcher ou ski­er. Je suis curieux, éclec­tique et plutôt lent. Mes goûts vont des ravi­o­lis niçois au poulet mafé de M’bodiène, du tabouleh de Bey­routh au fish and chips de Whit­by en pas­sant par les plats de Kyoto ou de Mal­o­los… J’aime voy­ager mais j’aime aus­si m’arrêter chez moi, chez l’autre ou en bivouac de mon­tagne. Je voy­age aus­si à la ren­con­tre des lecteurs, avec mes lunettes et mes livres. www.patrick-joquel.com
Aller en haut