> Voix d’ombre voix de neige

Voix d’ombre voix de neige

Par |2018-10-23T18:15:22+00:00 8 mars 2013|Catégories : Blog|

 

                                                                                  à Gunvor Hofmo
                                                                                 voix de Norvège

                                                                                  à Per Buvik

 

                 La poé­sie (…) : cette parole qui
                 recueille l’infini là où n’arrivent
                 que du mor­tel et du pour rien.

                 Paul Celan              

De tes neiges intimes
Tu nous brûles à vif

 

De ton mur­mure d’infini
Ta voix cris­tal­lise
Nos ombres tran­si­toires

Mouette constel­lée
En plein vol déchi­que­tée

 

Tes ailes s’éparpillent
De leurs éclats macabres
Qui s’engouffrent en ellipse
Dans notre âme sidé­rée

Voix d’ombre
                 Voix de neige

 

Ton mur­mure trans­cende
Notre cri sacri­fié

De tes ombres intimes
Tu accèdes à l’éclat du deuil

 

Voix d’ombre
                 Voix de neige

Ta dou­leur nous fou­droie
De son mur­mure d’apothéose

 

                     *

 

 

Braises mur­mu­rantes
Tes paroles se fau­filent

 

Pour per­cer le silence

Comment l’effleurer
De notre écoute déchi­rée

 

Entre l’effroi de ta dou­leur
Et le cri de notre révolte

Comment l’effleurer
Ta voix de l’entre-deux

 

Assoiffée de confins
Sous une lune qui débusque

Une à une
           tes étoiles
                       explo­sées

 

Braises mur­mu­rantes
Tes paroles défilent

Sur l’autel impla­cable
Du néant qui cré­pite

 

Pour mettre à feu notre mémoire

Là-bas de l’autre côté
Ta voix de nuit deve­nue

 

                   *

 

De givre de feu
De flamme de glace

Ta voix s’engloutit
Dans les gouffre muets
Des confins cruels

 

De givre de feu
De flamme de glace

Ta voix d’outre- nuit
Qui se refuse l’oubli

 

Quand tes pas se tracent
Quand tes pas se perdent

Peu à  peu hap­pés
Par le silence tor­tu­ré        

 

De givre de feu
De flamme de glace

Ta voix d’outre- nuit
Qui se refuse le cri

 

                                                      Du cruel oubli

         *

 

 

De soli­tude abso­lue
Ta poé­sie qui ne s’est tue

 

Procession de rêves bri­sés
L’élan s’y fait tor­ture

Figé dans le rythme funèbre
De tes poèmes ame­nui­sés

 

Chorégraphie trem­blée
Autour de l’oubli redou­té

Soudain l’élan t’arrache vive
Aux larmes de glace
Qui te lacèrent les lèvres

 

Danse de mots ravi­vés
Ton cor­tège inté­rieur
De sou­pirs de cris de deuil

Jusqu’à la tombe de l’amie
Au creux des nuages

 

                *

 

On peut lire dans Europe n° 983, mars 2011, p.352-354, la pré­sen­ta­tion de Tout de la nuit est sans nom de Gunvor Hofmo (1921-1995) par Muriel Stuckel, à pro­pos de la toute pre­mière publi­ca­tion en fran­çais de ses poèmes, tra­duits du nor­vé­gien par Pierre Grouix et Grete Kleppen, aux Editions Rafaël de Surtis.
Cet évé­ne­ment édi­to­rial fut à l’origine du sémi­naire orga­ni­sé par Per Buvik, pro­fes­seur à l’Université de Bergen, le 16 octobre 2009, au Centre de coopé­ra­tion fran­co-nor­vé­gienne en sciences sociales et humaines, Maison des Sciences de l’Homme, 54 Boulevard Raspail, Paris : « Gunvor Hofmo , une poé­tesse moderne du Nord ».

 

 

X