Poète, tra­duc­teur, jour­na­liste, mili­tant révo­lu­tion­naire, Juan Gelman est né à Buenos Aires en 1930 et mort tout récem­ment à Mexico, le 14 jan­vier 2014. Touché dans sa chair par la dic­ta­ture des années 76-82 (son fils et sa belle-fille dis­pa­raî­tront dans les geôles de mili­taires) il connaît un long exil en Europe durant les­quels il écrit ses textes les plus impres­sion­nants. Lauréat des plus pres­ti­gieux prix de poé­sie his­pa­niques comme le Prix Cervantès, le Nobel espa­gnol en 2007, il est consi­dé­ré comme l’un des plus grands poètes lati­no-amé­ri­cains de son temps. Plusieurs de ses recueils ont paru en fran­çais dont Salaires de l’impie et autres poèmes, tra­duit par Jean Portante, (édi­tions PHI, Luxembourg, 2002), L’opération d’amour, tra­duit par Jacques Ancet, (Gallimard, 2006), Lettre ouverte, sui­vie de Sous la pluie étran­gère tra­duit par Jacques Ancet (Caractères, 2011), L’Amant mon­dial tra­duit par Jean Portante (Caractères, 2012), Com/​positions tra­duit par Jacques Ancet (Caractères, 2013), Les autres tra­duit par Jean Portante (Caractères, 2014) et Vers le sud et autres poèmes, tra­duit par Jacques Ancet (Poésie/​Gallimard, 2014).

            Vient de paraître chez Caractères La Lumière et les cendres « milon­ga pour Juan Gelman », de Jacques Ancet tra­duit en argen­tin par Rodolfo Alonso.

mm

Ketevan Kokozashvili

Ketevan Kokozashvili est tra­duc­trice géor­gienne. Elle tra­duit du fran­çais en géor­gien et du géor­gien en fran­çais. Elle a tra­duit en géor­gien des poèmes d’ Arthur Rimbaud, de Paul Verlaine, De Guillaume Apollinaire, de René Char, de Paul Éluard etc. ,"Correspondance" d’ Arthur Rimbaud, ,"Correspondace"--Albert Camus et René Char, les nou­velles d’ Albert Camus, du géor­gien en fran­çais — des poèmes de Temour Chkhetiani et de Bessik Kharanaouli. Elle publie dans des revues lit­té­raires.