Accueil> La minute lecture : Bernard Bretonnière, Je suis cet homme, fiction suprême

La minute lecture : Bernard Bretonnière, Je suis cet homme, fiction suprême

Par |2021-03-21T15:20:16+01:00 19 mars 2021|Catégories : Bernard Bretonnière, Critiques|

Bernard Bretonnière, que François Bon sur­nom­ma un jour « poète-énu­mé­ra­teur » (le poète ayant en effet la spé­cia­li­té des listes), ne se dépar­tit pas ici de l’anaphore qui était l’impulsion de ses deux pré­cé­dents textes chez le même éditeur. 

Dans ce recueil, accom­pa­gné des des­sins inédits de Jean Fléaca,  il dresse le por­trait sans conces­sion d’un homme (dont on se doute bien qu’il s’agit de lui-même), avec ses failles, erreurs, décou­ra­ge­ments,  lâche­tés, fatigues, ten­dresses, soli­tudes, fra­gi­li­tés. La lec­ture nous ramène assez vite à nous-mêmes, et cha­cun peut s’approprier les vers de ces poèmes, qui auraient aus­si pu com­men­cer par « Je suis cette huma­ni­té ». Humanité de l’expérience : une matu­ri­té qui semble souf­fler à l’auteur cha­cun de ses mots, et une luci­di­té tou­chante qui fait sou­rire de cette vul­né­ra­bi­li­té avouée, assu­mée, presque reven­di­quée. Familière et universelle.

Tu peux com­man­der ce beau texte chez ton libraire pré­fé­ré, être toi aus­si cet homme, mais en atten­dant, je t’invite à écou­ter un extrait ici :

Bernard Bretonnière, Je suis cet homme, fic­tion suprême, édi­tions L’Oeil Ébloui, col­lec­tion Poésie, jan­vier 2021.

Présentation de l’auteur

Bernard Bretonnière

Bernard Bretonnière est né le 5 août 1950. Après ses études supé­rieures, il a tra­vaillé dans le jour­na­lisme, l’action cultu­relle et les métiers du livre.

Journaliste, il a consa­cré de nom­breux articles, por­traits et inter­views à des écri­vains et artistes, parus dans dif­fé­rents jour­naux et revues, dans la col­lec­tion de livres de la MEET – Maison des Ecrivains Etrangers et des Traducteurs de Saint-Nazaire – publiés par les Éditions Arcane 17 ou dans la revue de la Maison de la Poésie de Nantes Gare mari­time. Notamment, pour les écri­vains : Michel Seuphor, Howard Buten, Raymond Cousse, Caio Fernando Abreu, Cesar Aira, Arnaldo Calveyra, Anne-Marie Berglund, Marosa Di Giorgio, Buster C. Daniels, Furio Bordon, Harry Laus, Daniel Biga, Luisa Futoranski, Hugo Gola, Luis Goytisolo, Giuseppe Conte, Milo De Angelis, Enzo Cormann, Eugène Savitzkaya, Daniela Fischerová, Gao Xingjian, Nedim Gürsel, Inger Christensen, Hawad, Michal Láznovský, Alan Pauls, Giancarla de Quiroga, Mang Ke, Armonía Somers, Juan Jose Hernández, Milton Hatoum, András Forgách, etc.

Traducteur occa­sion­nel (en col­la­bo­ra­tion avec sa sœur Marie-Charlotte Bretonnière), il a abor­dé la lit­té­ra­ture his­pa­nique avec des auteurs tels que Miguel Angel Campodónico (Uruguay), Juan Carlos Mondragón (Uruguay) et Juan Antonio de Blas (Espagne – Passage des mau­vaises pen­sées, roman, Librairie L’Atalante).

Écrivain, il a fait paraître une ving­taine de livres peu clas­sables, croi­sant notam­ment les genres de la poé­sie et du théâtre, et sou­vent construits sur des anaphores.

PRINCIPAUX ARTICLES

CONSACRÉS À des ÉCRIVAINS 

(sans men­tion des chro­niques cri­tiques prin­ci­pa­le­ment parues sur les sites Poezibao et Mobilis)

Entretiens :

– Caio Fernando Abreu (Bien loin de Marienbad, Éditions Arcane 17, col­lec­tion M.E.E.T., 1994 extraits cités dans la post­face de Claire Cayron à Qu’est deve­nue Dulce Veiga ?, Éditions Autrement, 1994)

– Cesar Aira (Nouvelles impres­sions du Petit-Maroc, Éditions Arcane 17, col­lec­tion M.E.E.T., 1991)

– Jacques Ancet (Gare mari­time, 2008)

– Pierre Autin-Grenier (Gare mari­time, 2005)

– Hubert Ben Kemoun (Encres de Loire n° 11, juin1999)

– Anne-Marie Berglund (Les Momies de la plage, id., 1996)

– Daniel Biga (Jungle n° 16, 1996 ; Gare mari­time 2008)

– Furio Bordon (Les Dernières Lunes, Éditions Anrane 17, col­lec­tion M.E.E.T., 1994)

– Arnaldo Calveyra (Face-B n° 8, 1987)

– Miguel Angel Campodónico (Homme sans mots, Éditions Arcane 17, col­lec­tion M.E.E.T., 1991)

– Francis Carco (Enquête « Faut-il relire Francis Carco », Face-B n° 6, mai à octobre 1986)

Buster C. Daniels Thomas Gratt (La Mise en corps, id., 1995)

– Inger Christensen (Brev n° 1, 1987)

– Marcelo Cohen (Inoubliables soi­rées, Éditions Arcane 17, col­lec­tion M.E.E.T., 1995)

– Giuseppe Conte (Face-B n° 9-10, 1988 et Le Manuscrit de Saint-Nazaire, Éditions Arcane 17, col­lec­tion M.E.E.T., 1989 publié sur inter­net www​.sis​tel​.it/​m​a​l​a​t​e​s​t​a​/​e​n​t​r​e​t​i​e​n​.​h​tml) ; et Le Roi Arthur et le sans-logis, id., 1995).

– Enzo Cormann (Les Cahiers Gilles de Rais n° 1, Éditions joca seria, 1992 ; dos­siers Théâtre La Chamaille, 1994)

– Raymond Cousse : voir Comédiens.

– Milo De Angelis (L’Océan autour de Milan, Éditions Arcane 17, col­lec­tion M.E.E.T., 1993 tra­duit en ita­lien in Poesia n° 72, Milan, avril 1994, cité par Bernard Simeone dans Lingua La jeune poé­sie ita­lienne page 24, Éditions Le Temps qu’il fait, 1995)

– Michel Desbruères (publi­ca­tion spé­ciale des Éditions joca seria, 1993)

– Marosa Di Giorgio (Missels, Éditions Arcane 17, col­lec­tion M.E.E.T., 1994)

– Daniela Fischerová (Fantomima, id., 1995)

– Alain Finkielkraut (Face-B n° 9-10, 1988)

– Miguel de Francisco (Histoire des Four Roses et des sept sœurs, Éditions Arcane 17, col­lec­tion M.E.E.T., 1989)

– Luisa Futoranski (L’Assaut n° 4, 2013)

– Gao Xingjian (Dialoguer – Interloquer, id., 1993)

– Hugo Gola (Variations, id., 1991)

– Luis Goytisolo (Le Groupe de Barcelone, id., 1990)

– Julien Gracq (Encres de Loire, xxx 2008)

– Nedim Gürsel (Hôtel du désir, id., 1995)

– Han Shaogong (L’Obsession des chaus­sures, id., 1992)

– Hawad (Buveurs de braises, id., 1995)

– Mark Henshaw (Dernières pen­sées d’un mort, id., 1990)

– Gil Jouanard (Gare mari­time, 2006)

– Charles Juliet (Jungle n° 17, 1996)

– Petr Kràl (Arsenal, Éditions Arcane 17, col­lec­tion M.E.E.T., 1994)

– Roger Lahu (Gare mari­time, 2005)

– Peter Laugesen (Building le bun­ker, id., 1992 tra­duit en espa­gnol par Hugo Gola in Poesía y poé­ti­ca n° 11, Universidad Iberoamericana, Mexico 1992)

– Harry Laus (La Première Balle, id., 1989 tra­duit en por­tu­gais par Ilona Hoffmann Wolff in Tempo e andan­ças de Harry Laus 1922-1992, Universidade Federal de Santa Catarina, Editora DAUFSC, Centro de artes Fundação cultu­ral Prometheus Libertus, Florianópolis, Brésil, 1993)

– Michal Láznovský (Le Mensonge, id., 1993)

– Michèle Métail (Gare mari­time, 2008)

– Jean-Pierre Milovanoff (, jour­nal de la Bibliothèque de Saint-Herblain n° 4, 1998)

– Céline Minard (Gare mari­time, 2006)

– Juan Carlos Mondragón (Le Centre de carène, Éditions Arcane 17, col­lec­tion M.E.E.T., 1991)

– Victor Paskov (Big Business, id., 1993)

– Alan Pauls (Wasabi, id., 1995)

– Éric Pessan (Numé­ro 13, 2002)

– Ricardo Piglia (Une ren­contre à Saint-Nazaire, id., 1989)

– Ricardo Prieto (Affaire clas­sée, id., 1995)

– Olivier Py (, jour­nal de la Bibliothèque de Saint-Herblain n° 3, 1997)

– Giancarla de Quiroga (« Une chambre à soi » à Saint-Nazaire, id., 1996)

– Julio Ricci (Le Désâmement, id., 1994)

– Peter Seeberg (Littératures scan­di­naves, Festival du livre à Nantes, 1987)

– Jens Smaerup Sørensen (Lettre d’un corps étran­ger, Éditions Arcane 17, col­lec­tion M.E.E.T., 1990)

– Pierre Tilman (Jungle n° 18, 1997)

– Andres Unger (Saint-Nazaire, id., 1991)

– Jabbar Yassin Hussin (Aubes, id., 1995 tra­duit en arabe dans le quo­ti­dien Al-Ouds, Londres, 2 août 1995)

u Inédits : Mang Ke, Armonía Somers, Juan Jose Hernández, Milton Hatoum, András Forgách…

Portraits :

– Caio Fernando Abreu, inter­view dans le film de Bruno Polidoro et Xxx Sobre sete ondas verdes espu­mantes, por­trait post­hume de l’auteur, Besouro filmes, tour­nage à Saint-Nazaire, sor­tie mars 2013.

– Daniel Biga (La Poévie de Daniel Biga, Éditions Gros textes, 2005)

– Pierre-Jean Buffy (Signes, 1998)

– Howard Buten (Face-B n° 9-10, 1988 ; tiré à part du Théâtre du Galion)

– Alain Coelho (Face-B n° 5, 1986)

– Raymond Cousse (Face-B n° 8, 1987 ; inédit, 1996)

– Guy Goffette (Gare mari­time 2001)

– Victor Haïm (Presse-Océan, 1976 ; L’Avant-Scène Théâtre, 1976)

– Kza Han (Face-B n° 4, 1985)

– Pierre Maldonado (Face-B n° 7, 1987)

– Myrielle Marc (Laissez-pas­­ser n° 3, 1983)

– Eugène Savitzkaya (Face-B n° 7, 1987)

– Michel Seuphor (Face-B n° 9-10, 1988)

– Pierre Tilman (Gare mari­time, 2001)

– Roland Topor, dans Topor, l’homme élé­gant (Les Cahiers de l’Humoir, 2004)

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

mm

Estelle Fenzy

Estelle Fenzy a vécu près de Lille puis à Brest. Actuellement, elle habite Arles où elle enseigne. BIBLIO : Publications en revues : Europe, Secousse, Remue​.net, Ce qui Reste, Ecrits du Nord (édi­tions Henry), Microbe, Les Carnets d’Eucharis, Terre à Ciel, Recours au Poème, Décharge, Possibles, FPM, Revu, Teste, Revue Alsacienne de Littérature, Phoenix, Le Journal des Poètes, La Terrasse, Arpa, Libération … Publications : CHUT (le monstre dort), édi­tions La Part Commune (2015) SANS, édi­tions La Porte (2015) ROUGE VIVE, édi­tions Al Manar (2016) JUSTE APRES, édi­tions La Porte (2016) L’ENTAILLE et LA COUTURE, édi­tions Henry (2016) LE PAPILLON, édi­tions du Petit Flou (2017) MERE, édi­tions La Boucherie Littéraire (2017), Prix de poé­sie René Leynaud 2018 PAR LA, édi­tions LansKine (2018) MON CORPS C’EST TA MAISON, édi­tions La Porte (2018) POEMES WESTERN, édi­tions LansKine (2018) LA MINUTE BLEUE DE L’AUBE, édi­tions La Part Commune (2019) GUEULE NOIRE, édi­tions La Boucherie Littéraire (2019) CODA (Ostinato), édi­tions Les Lieux-Dits (2020) LE CHANT DE LA FEMME SOURCE, édi­tions L’Ail des Ours (2020) Anthologies : SAXIFRAGE, dans Terre à Ciel, ini­tiée par Sabine Huynh MARLENE TISSOT & CO, édi­tions mgv2>publishing DEHORS</em<, édi­tions Janus (juin 2016) LESSIVES ETENDUES, dans Terre à Ciel, ini­tiée par Roselyne Sibille Livres et revue d’artistes : PETITE MANHATTAN, dans Le Monde des Villes, Brest 2, avec André Jolivet, édi­tions Voltije CONNIVENCES 6, édi­tions La Margeride VIA ARELATENSIS (de pierre et de vent), livre d’artiste avec des pein­tures de Robert Lobet, édi­tions La Margeride NUITS d’ENFANCE, trois poèmes dans trois livres-boîtes accom­pa­gnés d’un col­lage de gra­vures et mono­types de Colette Reydet A paraître : LE GOÛT DES MERVEILLES, édi­tions La Boucherie lit­té­raire (octobre 2021)
Aller en haut