> I GESTI DEL LAVORO

I GESTI DEL LAVORO

Par |2018-10-23T05:18:01+00:00 3 octobre 2012|Catégories : Blog|

 

E poi tal­vol­ta dai ges­ti opa­chi del lavo­ro
sci­vo­la fuo­ri il moti­vo di una dan­za.

Allora le mani acca­rez­za­no l'aria
le brac­cia diven­ta­no i rami di un melo che si apro­no
ver­so la luce, e salu­ta­no qual­co­sa.

E gli altri sono qui, tut­ti qui insieme :
tut­ti nel ges­to, tut­ti nel movi­men­to
di una mano che attra­ver­sa ere bio­lo­giche,
stringe una sab­bia lon­ta­nis­si­ma,
un cac­cia­vite, un mar­tel­lo, un amo, una lama di selce,
la pelle tie­pi­da di un ani­male scom­par­so,
un sas­so cal­do di fuo­co,
un ses­so vivo.

Allora è gra­no, semi di cerea­li, ven­to
che muove i pas­si, e can­ta : sot­to i pie­di
ci sono le gran­di pia­nure, le pietre bianche
di strade bianche di strade che por­ta­no al mare,
feste di sta­gione.

Allora seguo le oche sel­va­tiche, i bran­chi di pes­ci,
so tut­ti gli odo­ri del bos­co, i per­cor­si dell'acqua,
risal­go la schie­na d'erba delle mon­tagne,
le val­li del cie­lo.

Perché tal­vol­ta dai pove­ri ges­ti del mio lavo­ro
sci­vo­la fuo­ri il moti­vo di una dan­za.

Allora non ho più peso, e sono libe­ro
in fon­do al mio segre­to quo­ti­dia­no.

E se la luce si fa più lon­ta­na
ne cus­to­dis­co l'assenza.

 

LES GESTES DU TRAVAIL

Et par­fois, des gestes troubles du tra­vail     
émerge l’esquisse d’une danse.

Alors les mains caressent l’air
les bras deviennent les branches d’un pom­mier s’ouvrant
vers la lumière, saluant quelque chose.

Et les autres sont ici, tous ensemble :
tous dans le geste, tous dans le mou­ve­ment
d’une main qui tra­verse les ères bio­lo­giques,
serre du sable venu de très loin,
un tour­ne­vis, un mar­teau, un hame­çon, une lame de silex,
la peau tiède d’un ani­mal dis­pa­ru,
une pierre brû­lante de feu,      
un sexe vivant.

Alors c’est le grain, céréales, vent
qui se meut, et chante : sous les pas    
les grandes plaines, les pierres blanches
de routes blanches de routes qui mènent à la mer,
fêtes sai­son­nières.

Alors je suis les oies sau­vages, les bancs de pois­sons,
je connais toutes les odeurs du bois, les tra­jets de l’eau,
je remonte le dos her­bé des mon­tagnes,   
les val­lées du ciel.

Parce que par­fois des pauvres gestes de mon tra­vail
émerge l’esquisse d’une danse.

Alors je ne pèse plus rien, et je suis libre
au fond de mon secret quo­ti­dien.

Et si la lumière se fait plus loin­taine
j’en pré­serve l’absence.     

 

Traduit de l’italien par Mathilde Vischer

X