> Isabelle Lagny, Le sillon des jours

Isabelle Lagny, Le sillon des jours

Par | 2018-02-18T00:36:25+00:00 15 mars 2015|Catégories : Critiques|

UNE SOURIANTE MÉLANCOLIE

 

 

LA voix qui parle ici est, tour à tour, légère et grave, simple et com­plexe, lucide et rêveuse. Elle s’insinue en vous et vous prend sans crier gare. Elle est là, vous l’entendez. Elle dit d’abord la fusion des corps et des élé­ments, l’éblouissement du désir et la perte de soi (« Et j’ai tout oublié/​ sauf ce désir qui ram­pait »). Elle dit qu’elle va racon­ter : « C’était juillet » Le sillon des jours est ce récit.

        Construit comme un jour­nal ou un album, ce livre croise les épi­pha­nies et les vacille­ments de l’amour (« pour lui /​ pour elle/​ pour lui »), l’émerveillement des sou­ve­nirs d’enfance, la beau­té du monde et sa vio­lence. D’où ces images en écho où la légè­re­té cris­tal­line se heurte à la dure­té de vivre :

 

                Nous allons ensemble désor­mais
                cou­verts de la pous­sière et du relent des jour­nées chaudes
                avec, dans mon sac à main
                au milieu du désert
                un jouet d’enfant
                et le peigne
                pour le moment des retrou­vailles

 

        Car la vie est dure, oui, et si cette écri­ture est por­tée par l’illumination des images, c’est peut-être l’humour, donc la dis­tance et sa sou­riante mélan­co­lie qui la tra­verse, qui la rend si convain­cante :

 

                J’ai écrit le mot « luci­di­té »
                avec un sty­lo neuf
                j’ai vou­lu le mettre en tête
                comme une loco­mo­tive
                comme une mère cane avec ses petits

                Il était là, posé sou­dai­ne­ment sur la table
                il me tirait
                m’invitait au voyage
                alors que dému­nie
                je cher­chais à sai­sir
                dans le matin
                le plus frêle rayon de joie

 

        Avec ce « frêle rayon de soleil », il s’agit bien ici de résis­ter au mal­heur, à la mort, à la folie des hommes, de s’obstiner à plan­ter dans le « sillon des jours » ces quelques graines d’espoir et de lumière qui font sou­dain luire l’existence, là-bas, comme sur une autre rive, et qu’on appelle des poèmes :

 

De grands cyprès
plan­tés comme des cou­teaux
habillent la cam­pagne

De la neige sur la rive ?
La rive…
C’et au-delà de la fenêtre du train

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sommaires