> La parabole du S manquant

La parabole du S manquant

Par | 2018-05-27T07:12:29+00:00 3 octobre 2012|Catégories : Blog|

 

Il ache­ta une pierre dans une boîte. Dessus il y avait écrit Pierre Qui Change De Couleur Dès Que Tu La Regardes. Il cou­rut chez lui la regar­der tout entière. Là, il regar­da la pierre, la fièvre dans les yeux. Pendant des heures, mais elle ne chan­geait pas.

Il se dit Je suis aveugle ; ce que j'ai vu jusqu'ici je ne l'ai pas vu. La preuve, cette pierre qui change de cou­leur dès que tu la regardes. Il dit ces mots, bien humi­lié, lais­sa la pierre dans sa boîte et se recro­que­villa pour dor­mir.

(Il se recro­que­villa car cela n'a aucun sens d'être éveillé quand on n'influence rien. Même pas l'une de ces pierres ordi­naires qui changent de cou­leur dès qu'on les regarde.)

Et toute la soi­rée la pierre dans sa boîte.

Et pour­tant.

Pendant qu'il dor­mait, quelque chose remua sous sa peau. Il en sor­tit une écume vert sombre, puis des mil­liers de cou­leurs. Qui pous­saient sur lui en douce et fon­daient des colo­nies. Au point qu'il fut cou­vert d'une épi­lep­sie de cou­leurs. Mais tout s'effaça sans lais­ser de traces. D'un seul coup dès le matin.

(Car sur la boîte on avait oublié d'écrire un s : Pierre Qui Changes De Couleur Dès Que Tu La Regardes.)

Pierre se réveilla donc dans sa cou­leur natu­relle. Il prit la pierre, la regar­da, la fièvre dans les yeux. Pendant des heures.

Elle ne chan­geait pas.

 

 (Dortoir — Neuf para­boles noc­turnes, 1999)

 

Traduction du grec par Michel Volkovitch

X