> La vie bon train d’Etienne Faure

La vie bon train d’Etienne Faure

Par | 2018-02-20T10:55:21+00:00 15 mars 2014|Catégories : Blog|

Depuis une ving­taine d'années les amou­reux de poé­sie suivent, au fil des revues puis des livres, une voix insis­tante et sin­gu­lière. Vagabonde pré­cise, elle nous emmène vers des pay­sages d'où l'extraordinaire et le sublime sont absents ; chan­tant, elle les recom­pose avec une sim­pli­ci­té savante grâce à quoi l'oeil effleure une diver­si­té d'objets — talus d'herbe, outils désuets, fenêtres, planches de théâtre… —  qui tous nous guident vers de vies humaines, pré­sentes ou abo­lies, pour nous patiem­ment réin­ven­tées. Aujourd'hui, Etienne Faure publie un qua­trième livre ; des proses. Sur un thème d'allure uni­ver­selle (qui ne prend ou n'a pris le train?) et qui se prê­te­rait aux sym­bo­lismes faciles, il répar­tit son maté­riau en quatre blocs nom­més par les sai­sons, les ponc­tuant à chaque fois d'un poème.

Aux grands aînés qui prirent le train en poé­sie fran­çaise il y a cent ans, l'auteur n'oppose aucune réfu­ta­tion ; il se situe ailleurs, dans un lyrisme sobre, conquis sur une obser­va­tion minu­tieuse du proche et du quo­ti­dien. Juste un coup de cha­peau joueur dans le sous-titre, évo­quant à la fois la Prose du Transsibérien et la lit­té­ra­ture dite de gare. L'écriture s'attache au frag­ment, au détail (mains, bagages, mots d'adieu…). Il sera ques­tion du voyage, mais plu­tôt moins que de ce qui l'entoure, zones du départ (retar­dé par­fois pour cause de grève) et de l'arrivée. Le pro­pos ne se limite pas à l'humain : il est ques­tion de végé­tal, d'oiseaux (moi­neaux, pigeons), de météo­ro­lo­gie (« Solstice d'hiver, sol­stice d'été »). Autant qu'aux voya­geurs, on s'intéresse à ceux qui ne partent pas : les familles, ami(e)s, amant(e)s, les ser­veurs de bar, les men­diants, « ces ramas­seurs d'écailles » (p. 56) ; une des plus belles pages, dans sa sym­pa­thie libre de toute miè­vre­rie, parle de ceux qui vivent et couchent dans les gares (« Une fois replié, leur domi­cile peu fixe en effet peut se dépla­cer de plu­sieurs mètres (…) »).

La prose ici invente sa propre construc­tion. Souvent des phrases courtes s'enchaînent, le texte peut s'ouvrir sur une ques­tion, jouer de l'accumulation pour décrire ; un mot seul, « repos », « silence », « oubli », « cym­bales »… se fera phrase, vers le milieu d'un texte qu'il aide à rebon­dir ou, plus rare­ment, à la fin, accé­lé­ra­tion ramas­sant la mise : « mou­ve­ment » ; « san­té ». L'allure rap­pelle par­fois les poèmes : pré­do­mi­nance de l'impair, moins nette ici mais sou­te­nue ; textes s'ouvrant sur une cir­cons­tance pour mener au cœur du pro­pos (« Du fin fond de la nuit, fin décembre » ; « Et puis le train n'arrivant pas ») ou s'achevant comme en mineur, en un léger gau­chis­se­ment du pro­pos, refu­sant le coup de trom­pette conclu­sif. Parfois gare ou voyage deviennent image d'autre chose. C'est rare, dis­cret, jamais atten­du. L'image fami­lière du fais­ceau des rails est ain­si vue comme un « arbre généa­lo­gique » (p. 82) ; plus loin, à la toute fin du recueil, c'est une « étoile » qui peut être « mau­vaise » (p. 116) : nous sommes là dans un texte très dense, mul­ti­ple­ment allu­sif, qui nous fait éprou­ver brus­que­ment tout le poids de l'histoire récente (les gares, atroce enton­noir) tout en s'interrogeant sur l'usage des méta­phores. Le poème final, « Voici l'hiver », reprend l'image généa­lo­gique, mais cette fois du point de vue de l'individu ; et l'on referme le recueil sur la vision du corps comme un

  wagon sans attache
  sans des­cen­dance, ni hoirs, ni rien d'approchant.

Mesdames et mes­sieurs les lec­teurs, en voi­ture !

Autres ouvrages d'Etienne Faure aux édi­tions Champ Vallon :

 

Légèrement frô­lée, poèmes, 2007

Vues pre­nables, poèmes, 2009

Horizon du sol, poèmes, 2011.

 

On pour­ra lire aus­si l'entretien très éclai­rant et très com­plet de l'auteur avec Tristan Hordé sur le site de poe­zi­bao :

http://poezibao.typepad.com/poezibao/2009/11/un-entretien-avec-etienne-faure-par-tristan-hordé.html

Ce texte a paru, sous une forme légè­re­ment plus courte, dans le n° 24 (juin 2013) de la revue N4728

Sommaires