> Max Alhau

Max Alhau

Par | 2018-02-21T04:29:04+00:00 17 septembre 2012|Catégories : Blog|

Max Alhau est né le 29 décembre 1936 à Paris.
Son recueil de nou­velles "La ville en crue" a obte­nu le Grand Prix SGDL de la Nouvelle. Il fut récom­pen­sé éga­le­ment du Prix Antonin Artaud pour son recueil de poé­sie "Sous le sceau du silence" ain­si que du prix Charles Vildrac de la SGDL pour son recueil "Proximité des loin­tains" (L'Arbre à paroles).
Max Alhau ren­contre en 1960 le poète Louis Guillaume qui l'encourage à écrire, lit ses pre­miers poèmes et pré­face en 1961 son recueil  : "Sur des rives abruptes". Par la suite la décou­verte de la poé­sie d'Alain Borne à qui il consa­cre­ra son mémoire de Diplôme d'Etudes Supérieures (1967) l'oriente vers une concep­tion du tra­gique qui est mar­qué par la han­tise de la mort. Il fau­dra la décou­verte des Alpes et de ses pay­sages pour que son écri­ture célèbre les grands espaces et l'unité entre l'homme et le monde.
Si la mort est tou­jours pré­sente, elle est entre­vue comme une sorte de fusion avec le cos­mos. Ce ne sont pas les voyages loin­tains qui bou­le­ver­se­ront son pay­sage inté­rieur : il reste fidèle à la mon­tagne, à ces lieux qui consti­tuent un havre pai­sible. Sa poé­sie d'un lyrisme dis­cret n'en est pas moins humaine. Ayant ban­ni de son écri­ture le "je", il parle au nom de tous ceux en qui il se recon­naît. Sa poé­sie est aus­si mar­quée par l'empreinte du temps, par le retour vers un pas­sé jamais oublié et par son goût pour l'infini. Ce sont les carac­té­ri­tiques de ses der­niers recueils : Proximité des loin­tains ( l'Arbre à paroles, 2006 ), D'asile en exil ( Voix d'encre, 2007 ), Du bleu dans la mémoire  ( Voix d'encre, 2010 ).
Il par­ti­cipe à de nom­breuses revues de poé­sie et contri­bue à la tra­duc­tion de poètes espa­gnols ou sud-amé­ri­cains (Porfirio Mamani-Macedo, Mario Campaña, etc.) Il est membre de l'Académie Mallarmé.

Sommaires