> Monte Verita. Ascona et le génie du lieu de Kaj Noschis

Monte Verita. Ascona et le génie du lieu de Kaj Noschis

Par | 2018-05-21T05:01:20+00:00 31 janvier 2014|Catégories : Blog|

Monte Verita. Ascona et le génie du lieu

 

Analyste jun­gien, ensei­gnant les idées de Jung à l’université, vivant à Lausanne, le fin­lan­dais Kaj Noschis donne ici le pre­mier et néces­saire livre sur cet endroit ou ces endroits en proxi­mi­té que sont Monte Verita et Ascona. Son par­ti pris, pour le moins jus­ti­fié, est qu’il y a un génie du lieu, au sens antique de l’idée, à l’œuvre dans cet espace suisse. Et com­ment ne pas le suivre en si bon che­min ? Monte Verita, col­line qui domine le lac Majeur et Ascona, autre­fois vil­lage iso­lé, aujourd’hui ville bal­néaire. Il y a un siècle, tout ou presque était sau­vage ici. Et cet espace natu­rel libre est deve­nu un espace humain lui-même libre, tant en ce qui concerne la vie que la pen­sée. Le genre d’endroit et le genre de choses pra­ti­quées ici… Faites un peu la même chose, pen­sez un peu libre­ment ain­si aujourd’hui, n’importe où en Europe (à Tarnac tiens pas exemple) et vous ver­rez, vous serez vite entou­rés de plus d’uniformes ou de cos­tumes sombres que de brins d’herbes. Le capi­ta­lisme n’est pas seule­ment un vec­teur d’économie, c’est un tota­li­ta­risme psy­cho­lo­gique. Et ses col­la­bo­ra­teurs sont nom­breux. Pour Monte Verita, Kaj Noschis parle d’un « jaillis­se­ment des esprits » comme si la terre, atti­rant les plus pré­cieux esprits du siècle, avait fait jaillir en eux une sorte de pen­sée /​ source. Et sans aucun doute est-ce cela. Car le lieu a vu agir, pen­ser, dan­ser, rêver, théo­ri­ser… Herman Hesse, Jung, Mircea Eliade, Otto Gross, Max Weber, entre autres. C’est aus­si l’un des lieux qui a don­né nais­sance à la cho­ré­gra­phie contem­po­raine, cette sœur insé­pa­rable de la poé­sie. Impossible de dire ici la richesse extra­or­di­naire de ce lieu – on lira ces pages. Que l’on sache seule­ment que ce fut le lieu des ren­contres d’Eranos qui, tout au long du siècle pas­sé, virent les plus grands esprits se réunir dans la dis­cré­tion et pen­ser le lien orient/​occident. Une aven­ture mer­veilleuse.

 

 

 

 

X