> Resuscitation [I]

Resuscitation [I]

Par | 2018-05-25T01:19:50+00:00 26 octobre 2012|Catégories : Blog|

 

I fell
I trip­ped over the horse corpse and its dead bones cra­cked
I was stuck bet­ween the horse legs and they came with a clea­ver
Chop off the legs, they deman­ded
I chop­ped off the horse legs and the ver­min that sucked on the dead beast scram­bled across the
  floor­boards
I chop­ped the horse legs into thou­sands of pieces and they said what do you see
I said I see thou­sands of bone shards and blood and bits of hair and in each frag­ment there are vil­lages,
  towns, ham­lets, inlets, streets, sub­urbs, cities, states, and coun­tries
Nations or coun­tries ? They asked
Countries
They took the clea­ver and sat me on the splat­te­red horse legs and my body was cove­red in blood
They brought me stale bread and as I ate they said make some­thing for us, a work of art, with the horse
  legs
Hundreds and thou­sands of leg bits and in each one a city a state a coun­try and I made the big­gest    tower they had ever seen and when it was com­plete they said : des­troy it
I ran into the tower and horse bones flew eve­ryw­here
They fired thou­sands of bul­lets into the horse legs
They struck a match and asked me if I wan­ted to burn with the horse legs
I said yes I would like to burn with the horse legs but they said tough shit and pul­led me into the field
  by my hair
They rip­ped off my shirt and threw it into the flames
Find your­self ano­ther shirt, they said
Steal ano­ther shirt from one of the boys and don't let them say you can't have it
They fired a bul­let near my feet and I ran towards the dor­mi­to­ries
The boys were slee­ping
I found my friend on one of the bunks and asked him for his shirt
He gave me his shirt and wrap­ped him­self in a moth-eaten blan­ket and I wan­ted to crawl in his bed to
  keep him warm 
He gave me his shirt and we both knew he would freeze and when I went out­side they said you shit
  how dare you take the shirt from a dying boy and they beat me and cal­led me a heart­less
  coward
They rip­ped the shirt off my back and they said steal your­self ano­ther shirt
The sun on the snow and sha­dows mer­ged into doors and rooms
Crawl inside the doors and rooms, they said
I craw­led into the snow and stayed there until they grew bored of wat­ching me freeze

 

I

Je suis tom­bé.
J’ai tré­bu­ché sur le cadavre de che­val et ses os morts ont fis­su­ré
Coupe les jambes, ils ont com­man­dé
J’ai cou­pé les jambes de che­val et la ver­mine qui suçait la bête morte s’est dis­per­sée sur les planches
J’ai cou­pé les jambes de che­val en mille mor­ceaux et ils ont dit qu’est-ce que tu vois
J’ai dit je vois des mil­liers d’esquilles et du sang et des bouts de che­veux et dans chaque frag­ment il y a des vil­lages, des petites villes, des hameaux, des rues, des ban­lieues, des villes, des états et des pays
Nations ou pays ? Ils ont deman­dé
Pays
Ils ont pris le cou­pe­ret et m’ont assis sur les jambes écla­bous­sées de che­val et mon corps était recou­vert de sang
Ils m’ont appor­té du pain ras­sis et pen­dant que je man­geais ils ont dit fais-nous quelque chose, une œuvre d’art, avec les jambes de che­val
Des cen­taines et des mil­liers de bouts de jambes et dans cha­cun d’eux une ville un état un pays et j’ai fait la plus grande tour qu’ils n’aient jamais vu et lorsque le tra­vail était ache­vé ils ont dit : détruis
Je suis ren­tré dans la tour et des os de che­vaux se sont envo­lés par­tout
Ils ont tiré des mil­liers de balles dans les jambes de che­val
Ils ont allu­mé une allu­mette et m’ont deman­dé si je vou­lais brû­ler avec les jambes de che­val
J’ai dit oui je vou­drais brû­ler avec les jambes de che­val mais ils ont dit tant pis sale gueule et m’ont traî­né dans le champs par les che­veux
Ils m’ont arra­ché la che­mise et l’ont jetée au feu
Trouve-toi une autre che­mise, ils ont dit
Vole une che­mise d’un des gar­çons et inter­dis-leur de te dire que tu ne peux pas l’avoir
Ils ont tiré une balle à mes pieds et j’ai cou­ru vers les dor­toirs
Les gar­çons dor­maient
J’ai retrou­vé mon ami sur une des cou­chettes et lui ai deman­dé sa che­mise
Il m’a don­né sa che­mise et s’est enve­lop­pé d’une cou­ver­ture mitée et je vou­lais grim­per dans son lit le tenir au chaud
Il m’a don­né sa che­mise et nous savions tous les deux qu’il allait geler et lorsque je suis sor­ti ils ont dit espèce de merde com­ment tu oses prendre la che­mise d’un gar­çon mou­rant et ils m’ont bat­tu et m’ont trai­té de pol­tron sans cœur
Ils m’ont arra­ché la che­mise que j’avais sur le dos et ils ont dit vole-toi une autre che­mise
Le soleil sur la neige et les ombres se confon­daient en portes et en chambres
Rampe dans les portes et les chambres, ils ont dit
J’ai ram­pé dans la neige et suis res­té là jusqu’à ce qu’ils s’ennuient à me regar­der en train de geler

 

Le livre des corps impor­tuns (extrait)
tra­duc­tion : Nathanaël

 

X