> The Dispirited Lover, Chastised

The Dispirited Lover, Chastised

Par | 2018-05-24T21:28:50+00:00 5 octobre 2013|Catégories : Blog|

 

Aussi éton­nant que  l’arrivée sur­prise de l’amour tar­dif,
son départ  a sac­ca­gé l’ascension de la décen­nie
vers le som­met – où une touffe de mousse
pousse encore dans une autre sai­son.
L’eau de source coule vers le bas
adou­cie non par la mémoire
mais par ce que la mémoire nie.
Elle coule sur des pierres qui ne donnent rien
et ne rap­pellent rien à per­sonne
hor­mis la perte et une der­nière caresse.
L’homme, mal­gré la brume inté­rieure,
épelle encore les mots d’autrefois
et ouvre sa bra­guette.
Sous les rives du toit et le fouet des vents,
les cou­tures nettes de l’amour s’effilochent –
« par erreur » – pleure-t-il, en gri­ma­çant.
Mais mal­heur à qui pro­clame
le mal­heur c’est moi : il y a des âmes bles­sées
dans l’infirmerie de la terre.

 

Traduction de Marilyne Bertoncini

 

 

The Dispirited Lover, Chastised
 

Wondrous as love arri­ved in late sur­prise,
its exit tra­shed the decade’s climb
to the peak – where a mos­sy patch
still grows undis­tur­bed in ano­ther sea­son.
Spring water runs down­hill
swee­te­ned not by memo­ry
but by what memo­ry denies.
It flows over stones that give nothing
and reminds no one of any­thing
other than loss and a final touch.
The man, des­pite his inter­nal haze,
still spells the old words
and zips down the line of his fly.
Under the eaves and whip­ping winds,
the tidy seams of love fray –
“in error” – he cries, win­cing.
But woe to him who says
woe is me : there are woun­ded souls
in earth’s infir­ma­ry.
 

X