sur la déro­bade bar­bare
des formes
flambent
à la fenêtre
un rideau flotte qui vacille
avec le para­dis

et tou­jours cette ombrelle
cur­vi­ligne  la vie
lisse et claire et fru­gale
ras­semble ses essaims
de blond dis­tinct de blé dans le feu des étables

notre monde est l’oiseau pris dans les plis du vent

 

 

 

 

Carole Carcillo Mesrobian, Derelinquens mun­di,  lu et mis en image par Marilyne Bertoncini.