Accueil> David Tacita, Histoires d’un soir, contes numériques contemporains, extraits

David Tacita, Histoires d’un soir, contes numériques contemporains, extraits

Par |2021-01-06T03:14:39+01:00 5 janvier 2021|Catégories : David Tacita, Essais & Chroniques|

Je m’étais endor­mi sur ton épaule, mes rêves.
Je n’arrivais à rien et pour­tant ça son­nait écran plat éteint.
Il n’y avait rien, si ce n’est le silen­cieux ron­fle­ment d’une hor­loge à demie engourdie.
Par cœur lumière éteinte, par le cœur le dos endolori.
Parlent et meurent paupières.

 

Deux par deux, les pilules sui­vaient leurs cycles régaliens.
À la une de mes élans nocturnes,
des champs, des sou­pirs, bulles gra­vées dans le sable, qui déchargent petit à petit l’illusion
et l’envie de rien.
Céder aux pay­sages qui ont bon dos.

 

Et voi­là que subi­te­ment je m’écrase mol­le­ment sans rien dire
qui­conque sort indemne de la jonque
se retrouve herbe haute
à crier pour se sau­ver de la honte.

 

Mais tout me revient,
j’étais au pre­mier rang des utiles clampins
fait d’ombres et de sèche raisin.
Il nous fal­lait croire que nous fai­sions pour le bien,
le bien commun,
mais frap­pait dans nos cœurs cette douce rancœur
d’un ave­nir meilleur.

 

Chapitre ciné­ma­tique
reviens,
le verre cise­lé et devin,
les ronces rouges ronges, à deux pas de l’espoir,
d’y mou­rir de rondes bulles d’ombres reviens,
c’est la sor­tie qui éreinte.

Présentation de l’auteur

David Tacita

Je des­sine depuis que je suis tout petit, en fai­sant des copies prin­ci­pa­le­ment. J’ai même vou­lu repro­duire la fresque de Michel Ange sur le mur de ma chambre mais cela n’a pas été pos­sible, hélas. Je suis donc prin­ci­pa­le­ment autodidacte.

Un jour, un copain m’a offert un dic­tion­naire de la BD qui a été ma source d’initiation  pen­dant long­temps. C’est celui-ci qui m’a per­mis de faire le lien entre le texte, le des­sin et la musique qui me suivent depuis lors car je suis aus­si auteur, com­po­si­teur, interprète.

Mes pre­miers pas­tels m’ont été offerts avec un énorme rou­leau de papier sur lequel j’ai des­si­né, des­si­né… Avec ma for­ma­tion d’art thé­ra­peute, j’ai abor­dé l’histoire de l’art et ce qu’est le pro­pos artis­tique. Ce qui m’a ame­né aujourd’hui à la notion de série. Des artistes tels que Baskia, Paul Klee, Nicolas de Stael, Frida Kalo ou Fernando Pesoa pour la poé­sie ont été des sources d’inspirations impor­tantes. Tant pour la pein­ture que pour le slam.

Ce qui m’amène à évo­quer les dif­fé­rentes com­pa­gnies pour les­quelles j’ai créé ou pari­ci­pé à des spec­tacle en tant que comé­dien et sla­meur, et auteur de pièce de théâtre « L’ange du dimanche » qui a été jouée à Cotonou au Bénin ain­si que come­dien auteur dans la com­pa­gnie Ayak’cha avec le spec­tacle « Nègre comme neige » qui a été joué notam­ment à Haïti ain­si que la com­pa­gnie Desmodium.

Je suis éga­le­ment auteur de plu­sieurs spec­tacles dont « Sol Note et les étoiles », « Mouche Bastille ».

 

Bibliographie (sup­pri­mer si inutile)

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Aller en haut