> La collection Folio + collège

La collection Folio + collège

Par | 2018-02-22T19:47:22+00:00 27 avril 2017|Catégories : Revue des revues|

 

 

Calée sur les pro­grammes de col­lège, cette col­lec­tion offre un texte inté­gral assor­ti d’un dos­sier. Celui-ci est clas­si­que­ment orga­ni­sé autour de 4 pôles : la décou­verte du texte, l’analyse, l’expression de l’élève (écri­ture poé­tique et débat) et les pro­lon­ge­ments vers les textes contem­po­rains et les œuvres d’art. Classique, mais j’observe un soin par­ti­cu­lier appor­té dans la clar­té des infor­ma­tions, que ce soit dans les notes de bas de page du texte que dans le dos­sier. Prenons par exemple le cha­pitre sur la ver­si­fi­ca­tion des Romances sans paroles :

Une métrique de poé­sie ou de chan­son ?

Le mètre est le nombre se syl­labes pro­non­cées dans un vers. Lors de la publi­ca­tion des romances sans paroles, les vers les plus fré­quem­ment uti­li­sés res­tent (…) On trouve éga­le­ment dans le recueil des vers de quatre, cinq, six, sept, neuf, onze syl­labes, ce qui est une palette très dive­si­fiée pour l’époque ! De plus Verlaine uti­lise le vers impair, un vers alors très rare (…) L’hendécasyllabe, héri­té de la chan­son (…) Selon Verlaine, cette insta­bi­li­té donne davan­tage de musi­ca­li­té au vers.

 

Dans le Prévert, on ne pour­ra que louer le glos­saire sur l’argot pari­sien qui, outre l’intelligence des poèmes, peut faire l’objet d’un sup­port de cours sur les registres de langue.

Les ques­tions posées au jeune lec­teur, loin d’être déco­ra­tives, sont claires et sans ambi­guï­té, aidant à s’ouvrir à l’œuvre et à ouvrir son atten­tion au sens, au style, au monde. Les pro­lon­ge­ments forment d’intéressants grou­pe­ments de textes et d’œuvres, les­quelles pro­fitent de la qua­dri­chro­mie des 2ème et 3ème de cou­ver­ture.

 

Fidèle à sa tra­di­tion d’élégance, la mai­son Gallimard pro­pose une mise en page qui mérite le détour des élèves et de leurs ensei­gnants.

La pré­sen­ta­tion des poèmes est dans une typo­gra­phie clas­sique gara­mond, qui donne un aspect « vrai livre lit­té­raire ». Des polices plus « docu­ments » sont réser­vées au dos­sier. Dans ce der­nier, on ne peut qu’être séduit par les pic­to­grammes intel­li­gents conçus par Laura Yates. Intelligence qui, loin d’être acces­soire, par­ti­ci­pe­ra uti­le­ment à une for­ma­tion de l’œil de l’élève.

Sommaires