> Gille BAUDRY : Sous l’aile du jour

Gille BAUDRY : Sous l’aile du jour

Par | 2018-01-06T16:06:53+00:00 14 juin 2016|Catégories : Critiques, Gilles Baudry|

(…) oser le chant
Pour conju­rer la nuit

… on lit dans un autre poème :

(…) Et la voix per­due de l’enfance
T’accorde le chant inté­rieur
Qui des­celle la nuit

Tu recouvres la vue.

L’ange est diurne.

Gilles Baudry, Sous l’aile du jour, Rougerie, 2016, 72 pages, 13€

Rappel d’une évi­dence : qu’au revers des nuits res­sas­sées dans la com­pa­gnie des anges ambi­gus du der­nier roman­tisme, il était ce jour. Délaissée la lumière, peut-être parce que l’Enfer était plus jouis­sif que l’exigeant Paradis :

(…) ce pay­sage aban­don­né à lui-même
Qui nous enseigne
La sou­ve­raine modes­tie

Offrir notre regard

Malgré la nuit les aubes
Naissent
Nos épaules se touchent et nous mar­chons
Sans hâte ni retard

Comme chez Dante, le Paradis est une construc­tion très éprou­vante :

L’homme réduit à rien
A son ques­tion­ne­ment et ce n’est pas
Le vide
Mais pro­fu­sion du manque.

L’être nous est don­né dans un dépas­se­ment into­lé­rable de l’être” écri­vait Bataille dans sa pré­face à Mme Edwarda. Nous sommes depuis l’épigraphe sous la conduite de Clancier : … Car il n’est point mort à jamais ce dieu. Mais foin de toute pos­ture spi­ri­tua­liste, Gilles Baudry a sim­ple­ment l’air de s’approcher, au plus près, des choses, des ani­maux : Quelle vel­léi­té t’accorde papillon /​ Cet ins­tant sans durée ? J’insiste sur le bon­heur lucide que pro­curent les poèmes sur les bêtes.

Tant de beau­té
Comment s’y habi­tuer
En faire un ordi­naire ?

Ce qui est célé­bré ici, c’est l’attention, à la vie et aux œuvres, comme celle de Klee : Il peint avec une lon­gueur d’avance /​ Les enfants qui ne sont pas encore nés /​ Il joue /​ Sur tous les tableaux à la fois. Voilà qui gué­rit de beau­coup d’études sur l’art moderne ! Une poé­sie de véri­té qui rend Morandi par­ti­cu­liè­re­ment sen­sible : Longtemps /​ Longtemps /​ Écouté les objets se taire (…)

Peu de mots et cepen­dant nulle ascèse. Ce qui compte c’est le mot juste : Ose des mots /​ Sur l’invisible /​ Et donne-leur /​ Une âme qui les rende justes (…)

Je vais
Titubant dans les mots
Comme l’abeille va aux fleurs

Dans ce « aux », presque fami­lier, le poème se fait geste, élan tan­gible.

Présentation de l’auteur

Gilles Baudry

 

Gilles Baudry est moine et poète. Son œuvre est publiée aux édi­tions Rougerie et Ad Solem.

Autres lec­tures

Chronique du veilleur (2) – Gilles Baudry

Gilles Baudry prie et écrit dans l’abbaye de Landevennec. Son œuvre, publiée chez Rougerie, témoigne de son expé­rience du sacré, de cette approche de l’invisible dans le visible que tous les poètes, plus [...]

Demeure le veilleur de Gilles Baudry

Ici, nous aimons Gilles Baudry. Pour Recours au Poème, Gilles Baudry est un poète des pro­fon­deurs. L'un des plus émi­nents. Et com­ment pour­­rait-il en être autre­ment avec la vie que cet homme a choi­si [...]

Rencontre avec Gilles Baudry

Cher Gilles Baudry, mer­ci d'accepter cet entre­tien depuis ce lieu de silence et de prière qu'est l'Abbaye de Landévennec dans laquelle vous vivez. Vous êtes moine. Vous êtes poète dont l'œuvre est publiée [...]

Gille BAUDRY : Sous l’aile du jour

(…) oser le chant Pour conju­rer la nuit ... on lit dans un autre poème : (…) Et la voix per­due de l’enfance T’accorde le chant inté­rieur Qui des­celle la nuit Tu recouvres la [...]

Naissance du blanc, Gilles Baudry & Nathalie Fréour

En cette créa­tion artis­tique, le poète Gilles Baudry et la plas­ti­cienne Nathalie Fréour dia­loguent et nous offrent à décou­vrir un lieu qui se tient à la lisière du visible et de l’invisible. Les [...]

mm

Eric Pistouley

Débuts lit­té­raires au Temps qu’il fait : Une poé­tique du livre, un essai qui explore l’instant où, avant d’en lire la pre­mière ligne, on prend un livre dans ses mains. Quand finit l’objet ? Où com­mence le texte ? Histoires de fron­tières, de pas­sages, de che­vau­che­ment, de jeu entre des ter­ri­toires. Suivi d’un clone de la Religieuse por­tu­gaise, Lettres de Ré, d’une bluette sous pseu­do et diverses col­la­bo­ra­tions dont celle depuis bien­tôt dix ans avec la revue Espace(s).

X