> C’est le printemps !

C’est le printemps !

Par |2018-10-16T17:23:45+00:00 8 avril 2015|Catégories : Essais|

 

Les cinq livres de ce mois d'avril
chez Recours au Poème éditeurs

pour découvrir et/​ou se procurer un de ces livres
cliquez sur le lien ci dessous :

La librairie en ligne de Recours au Poème éditeurs

 

Les livres numé­riques Recours au Poème édi­teurs peuvent être lus par tout le monde, avec et sans liseuse ou tablette. Un simple ordi­na­teur suf­fit.

 

  

 

Raymond Farina est né en 1940 à Alger. Il a vécu dans dif­fé­rentes régions de France – notam­ment en Bretagne, en Lorraine et en Provence −, ain­si qu’au Maroc et en Centrafrique Après ses études supé­rieures à l’Université de Nancy, il a ensei­gné la phi­lo­so­phie en France, au Maroc et à la Réunion où il réside depuis 1991 avec sa famille. Il a publié une dizaine de recueils et col­la­bo­ré à de nom­breuses revues fran­çaises et étran­gères Il a éga­le­ment tra­duit des poètes comme Wallace Stevens, Theodore Roethke, Vittorio Sereni, Margherita Guidacci, Denise Levertov. Il a tra­duit récem­ment un choix de poèmes de Linda Pastan, publié, sous le titre de Une semaine en avril par Recours au Poème édi­teurs.

 

  

Sylvie Fabre G. est née à Grenoble en 1951. Elle a com­men­cé à publier en 1976 dans la revue pari­sienne Sorcières. Depuis elle est pré­sente dans de nom­breuses revues et antho­lo­gies en France et à l’étranger. Elle a publié une qua­ran­taine de recueils poé­tiques, livres d’artiste et récits chez dif­fé­rents édi­teurs et obte­nu pour Frère humain le prix Louise Labé en 2013. Première Éternité est son recueil le plus ancien. Sa repu­bli­ca­tion s’insère dans un cycle sur l’enfance qu’elle pour­suit avec la publi­ca­tion conjointe en avril 2015 de Tombées des lèvres à L’Escampette, après celle de De petite fille, de voix et d’oiseaux au Pré car­ré. 

 

  

Charles Simic est poète, essayiste, et tra­duc­teur. Il a publié une ving­taine de recueils de poé­sie, six livres d’essais, un mémoire, et de nom­breuses tra­duc­tions. Il a reçu plu­sieurs prix, entre autres le Prix Pulitzer, le Prix Griffin, et une bourse MacArthur. En 2007 Simic a été le quin­zième Poète Lauréat nom­mé Conseiller en Poésie à la Bibliothèque du Congrès. Son recueil  New and Selected Poems : 1962-2012, a été publié en mars 2013.

 

  

Hélène Révay est née à Paris en 1987. Après des études de phi­lo­so­phie à la Sorbonne, elle a sui­vi un Master 2 de Lettres à Paris 7 et a tra­vaillé son mémoire sous la direc­tion de Laurent Zimmermann. Ce mémoire por­tait sur la poé­sie de Samuel Beckett et plus par­ti­cu­liè­re­ment sur les recueils Poèmes sui­vi de mir­li­ton­nades et Peste soit de l’horoscope et autres poèmes.

Elle a publié dans plu­sieurs revues de poé­sie numé­riques et papiers : Neiges, Francopolis, Comme en poé­sie, Le capi­tal des mots et Recours au Poème.

Ses ins­pi­ra­tions poé­tiques vont de Samuel Beckett, Rilke et Rimbaud, à Pasolini, en pas­sant éga­le­ment par la poé­sie de Thomas Bernhard. Hélène Révay écrit aus­si du théâtre et viens de ter­mi­ner une pièce sous forme de mono­logue inti­tu­lée L’Acteur.

"Il y eut d’abord dans nos rela­tions un cer­tain côté maître et dis­ciple, du fait que mes propres connais­sances étaient, plus encore que lacu­naires, désor­don­nées et sans rap­port pos­sible avec l’attirance vague mais pro­fonde qu’elles exer­çaient sur moi. Il a suf­fi de trois mots – ceux sur les­quels Le Seul com­mence – pour opé­rer dans mon esprit une brusque syn­thèse, et don­ner qua­si­ment la forme d’une équa­tion à une expé­rience de mon enfance. En dépit de son inten­si­té ou à cause d’elle, je n’avais jamais jusqu’alors péné­tré le sens qu’elle pou­vait prendre, non seule­ment dans le domaine de la pen­sée mais en tant que levier tout-puis­sant de la masse énig­ma­tique du monde : La pré­sence dis­pa­raît. Avec sa conci­sion par­faite, cette phrase me semble retrou­ver l’énergie des for­mu­la­tions d’une époque où méta­phy­sique et phy­sique ne se dis­tin­guaient pas, et rendre à la pre­mière la capa­ci­té d’être la clé d’une porte que le seul cal­cul entrouvre, avec l’autre, devant l’impatience de l’esprit."

Extrait du texte de Jacques Réda

 

Recours au Poème éditeurs propose aussi deux formules très simples d’abonnement à ses livres 

Cliquer ici pour décou­vrir l’abonnement décou­verte : cet abon­ne­ment per­met de rece­voir deux livres par mois

 

 

Cliquer ici pour décou­vrir l’abonnement de sou­tien à notre action poé­tique : cet abon­ne­ment donne accès à tous les livres parus l’année de l’abonnement

X