> Dans la bouche du poète 1, Hölderlin, traductions de Elie-Charles Flamand 1

Dans la bouche du poète 1, Hölderlin, traductions de Elie-Charles Flamand 1

Par | 2018-07-23T19:36:57+00:00 28 juillet 2016|Catégories : Chroniques|

Publiées cette année, les trois chro­niques du tra­duc­teur (le lec­teur accè­de­ra aux deux autres à par­tir du nom de l'auteur) nous font entrer dans le tra­vail du texte très per­son­nel d'Elie-Charles Flamand qui, tel un arti­san expé­ri­men­té, com­bi­nait l'intuition et la pen­sée.

 

 

 

                                              Die Linien des Lebens sind ver­chie­den,
                                              Wie Wege sind und wie der Berge Grenzen,
                                              Was hier wir sind, kann dort ein Gott ergän­zen
                                              Mit Harmonien und ewi­gem Lohn und Frieden.

 

                                                     Friedrich Hölderlin

 

 

Diverses sont les lignes de la vie
De même que les che­mins et les limites des mon­tagnes.
Ce qu’ici nous sommes, un Dieu là-bas peut le par­faire
Dans l’harmonie, l’éternelle récom­pense et la paix.

 

                                                  Hölderlin

 

                       (tra­duc­tion Elie-Charles et Obéline Flamand)                                            

 

 

 

    Ce ful­gu­rant chef-d’œuvre fut écrit spon­ta­né­ment sur un mor­ceau de planche chez le brave menui­sier Zimmer qui avait recueilli le poète, après 1807, en état de folie.
    Les quatre rimes -en (ce qui est rare pour un qua­train) et la dis­po­si­tion des sind (sont) donnent au poème un rythme qua­si-incan­ta­toire qu’il est mal­heu­reu­se­ment impos­sible de rendre en fran­çais.

X