> Jean-Marc Sourdillon, Au commencement

Jean-Marc Sourdillon, Au commencement

2017-12-30T00:35:54+00:00

 

Au com­men­ce­ment
est l’écoulement de l’eau,
l’origine des bruits.

 

Puis, c’est le pépie­ment des oiseaux,
le pas­sage du train, le rou­le­ment
des voi­tures.

 

Tard, bien tard, vient la voix humaine
avec en elle quelque chose
d’enfant encore qui traîne.

 

Longtemps après, quand le soleil est vers midi,
les mots durs, dans leur découpe sombre
deviennent audibles, avec une voix grave
pour les dire ou le long silence
pour les écrire.
Mais c’est tard. Impossible d’oublier
d’où ils viennent :
ce trem­ble­ment clair, dans la gorge, de l’eau,
ces hési­ta­tions
ces bégaie­ments.

 

Balbuciendo, alors,
tous, même les plus fiers,
bal­bu­cien­do, oui bal­bu­cien­do
et peut-être même pour quelques-uns,
les meilleurs,
san­glot. Absolument.

 

 

Les Miens de per­sonne,  La Dame d’onze heures (2010)
 

Présentation de l’auteur

Jean-Marc Sourdillon

Jean Marc Sourdillon est né en 1961.  A publié des livres poé­tiques :

  • Les Tourterelles (La Dame d’onze heures, pré­face de Philippe Jaccottet, encres d’Isabelle Raviolo, 2009).
  • Les Miens de per­sonne (La Dame d’onze heures, pré­face de Jean-Pierre Lemaire, lavis de Gilles Sacksick, 2010),
  • Dix secondes tigre (L’Arrière-pays, 2011),
  • En vue de naître (L’Arrière-pays, 2017),
  • La vie dis­con­ti­nue (La part com­mune, 2017),
  • des essais et des nou­velles, Les voix de Véronique (Le Bateau Fantôme, 2017).

A tra­duit María Zambrano et édi­té les Œuvres de Philippe Jaccottet dans la Pléiade.

Jean-Marc Sourdillon

Autres lec­tures

Jean-Marc Sourdillon La vie discontinue

Exaltations et angoisses, heurs et mal­heurs, fureurs et silences, émer­veille­ments et déso­la­tions : la vie « dis­con­ti­nue » peut nous faire pas­ser, on le sait, de cha­rybde en scyl­la. Dans huit textes [...]

X