> La poésie de Lhasang Tsering

La poésie de Lhasang Tsering

Par |2018-10-22T10:24:18+00:00 20 octobre 2015|Catégories : Essais|

 

 Lhasang Tsering, né en 1952 au Tibet qu'il a fui huit ans plus tard pour l'Inde avec ses parents, tra­duc­teur des Chants du sixième Dalaï-lama “Ocean of Melody”, a à son actif une demi-dou­zaine de minces volumes de poèmes parus aux édi­tions TibetWrites de Dharamsala. Ces édi­tions qui oeuvrent à faire connaitre des poètes et des écri­vains tibé­tains, sont aidées finan­ciè­re­ment par un groupe de 40 poètes hol­lan­dais grâce à  la publi­ca­tion d'un volume inti­tu­lé Blue Boeddha : Poets for Tibet. 

Sa vie est presque une légende dans la petite comu­nau­té tibé­taine en exil. En 1972 il renon­ça à par­tir étu­dier aux Etats-Unis pour rejoindre l'armée de résis­tance tibé­taine opé­rant depuis l'Ouest du Népal. Dans ces années il fut actif dans le déve­lop­pe­ment et la direc­tion des écoles pri­maires et secon­daires TCV (Tibetan Children's Villages) où sont accueillis et édu­qués les jeunes Tibétains qui, seuls ou avec leus parents ont fui leur pays sou­vent au péril de leur vie.

Sa thé­ma­tique majeure, comme chez nombre des poètes tibé­tains réfu­giés en Inde ou dans d'autres par­ties du monde, est l'appel à la liber­té, rang­zen, de son pays. Néanmoins, en 1990, alors pré­sident de l'association des jeunes tibé­tains, il démis­sion­na pour mar­quer son désa­cord avec la poli­tique de la “Voie du Milieu” menée par le  Dalaï-lama, récu­sant sa poli­tique d'autonomie du Tibet aux dépens de son indé­pen­dance com­plète ; tout en lui vouant allé­geance en tant que chef spi­ri­tuel. Après les révoltes de 2008 qui vit au Tibet l'arrestation et un mas­sacre des Tibétains révol­tés contre la lourde sujé­tion de leur culture et de leur foi (l'enseignement du tibé­tain dans les écoles est de plus plus éva­cuée au pro­fit du chi­nois seul recon­nu par l'administration de leur pays) il s'est démis de tous ses acti­vi­tés poli­tiques et il dirige aujourd­hui avec sa femme la  librai­rie Bookworm à Dharamsala.

Il fut l'un des pre­miers à écrire en anglais une poé­sie sou­vent rhé­to­rique, par­fois méta­phy­sique et ora­toire  avec des rémi­nis­cences word­swor­thiennes voire bla­kiennes, des poèmes sou­vent décla­mée en public ou inter­pré­tés par des groupes rock. Sa thé­ma­tique dépasse aujourd'hui la seule évo­ca­tion du drame vécu par le pays du Lion des Neiges au pro­fit d'autres com­bats éco­lo­giques pla­né­taires.

Les poèmes qui suivent sont tirés de deux recueils publiés tous les deux en 2012 : Hold On et Wondering .

 

La Revue des Ressources   http://​www​.lare​vue​des​res​sources​.org/​p​o​e​m​e​s​-​d​u​-​t​i​bet libre,2795.html  pré­sente trois poèmes dif­fé­rents du Poète que l'on peut voir et écou­ter lire l'un d'eux.

_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​

 

Florilège

tra­duc­tions de Michèle Duclos

 

 

BACK TO THE LAND OF SNOW

 

India has been our Spiritual Homeland,
Since the day we recei­ved the Dharma ;
And so it has been for cen­tu­ries past –
For the people of the Land of Snow.

India today is our Second Homeland,
Since the day we lost our Freedom ;
And yet our hearts are tur­ning ever –
Back ; back to the Land of Snow.

India bas recei­ved with open arms,
Every Tibetan see­king refuge ;
And yet our hearts are tur­ning ever –
Back ; back to the Land of Snow.

Though scat­te­red in far and dis­tant lands,
Tibetans have been recei­ved with kind­ness ;
And yet our hearts are tur­ning ever –
Back ; back to the Land of Snow.

Two new gene­ra­tions have grown up in Tibet,
Two gene­ra­tions who have never known Freedom ;
And yet they are dying for Freedom –
Freedom for the Land of Snow.

Two new gene­ra­tions have been born in exile,
Two gene­ra­tions who have never seen Tibet ;
And yet their hearts are tur­ning ever –
Back, back, to the Land of Snow.

Back, back, to the land to which we belong,
Back, back, to the land that belongs to us ;
Back, back, to the land where we wish to live,
Back, back, to the land – the Land of Snow.

18 October 2010
Exile House

 

 

Retour au Pays des Neiges

 

L'Inde est notre Patrie Spirituelle,
Depuis le jour où nous avons reçu le Dharma ;
Il en est ain­si depuis des siècles
Pour le peuple du Pays des Neiges.

L'Inde aujourd'hui est notre Seconde Patrie,
Depuis le jour où nous avons per­du notre Liberté ;
Et pour­tant nos coeurs res­tent tour­nés à jamais-
Vers, vers le Pays des Neiges.

L'Inde a reçu à bras ouverts
Chacun des Tibétains cher­chant refuge ;
Et pour­tant nos coeurs res­tent tour­nés à jamais –
Vers, vers le Pays des Neiges.

Bien qu'éparpillés en des terres loin­taines,
Les Tibétains ont été accueillis avec  bon­té ;
Et pour­tant nos coeurs res­tent tour­nés à jamais –
Vers, vers le Pays des Neiges.

Deux nou­velles géné­ra­tions ont gran­di au Tibet,
Deux géné­ra­tions qui n'ont jamais connu la Liberté ;
Et pour­tant elles meurent pour la Liberté –
Liberté pour le Pays des Neiges.

Deux nou­velles géné­ra­tions sont nées en exil,
Deux géné­ra­tions qui n'ont jamais vu le Tibet
Et pour­tant leurs coeurs res­tent tour­nés à jamais-
Vers, vers le Pays des Neiges.

Vers, vers la terre à laquelle nous appar­te­nons ;
Vers, vers la terre qui nous appar­tient ;
Vers, vers la terre où nous vou­lons vivre,
Vers, vers la terre  – le Pays des Neiges.

18 octobre 2010
Exile House
(Wondering)

_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​

 

 

GREEN

 

Green – green is my favou­rite colour ;
Green has always been my favou­rite colour ;
Green was the colour of my school uni­form ;
Green – in school – was also my House-colours ;
Though these dee­pe­ned –
Deepened my love for green ;
They were flot the pri­ma­ry­rea­sons why –
Why my favou­rite colour is – green.

The pri­ma­ry rea­son why –
Why my favou­rite colour is green ;
Is because green is the colour –
The colour I most clo­se­ly asso­ciate with nature.

The hil­ls and val­leys where I loved to walk ;
The hil­ls and val­leys are all green ;
And ; during the school holi­days ;
While most other boys were in dark movie halls ;
I was out ; under the clear blue sky ;
In the bright ; gol­den sun­shine ;
Walking in the green hil­ls and val­leys.

This then sea­led my love –
My abi­ding love for green ;
And not just my love ;
But also my res­pect –
My deep res­pect for green ;
Because green is the colour –

The colour that sup­ports life on earth ;
For it is, indeed, the green –
The green in the various plants ;
Yes ; in all the plants and trees ;
Which plays a vital role to feed us.

And green – yes ; it is the green –
The green in the tiny blades of grass ;
The green in the leaves of trees ;
The green in all the other plants ;
Which alone can use the sun's ener­gy ;
To release oxy­gen into die air ;
Oxygen – without which there would be –
There would be no life on this earth ;
No life ; at least ; as we know it now.

And so ; the fact that there is life ;
That there is life on this pla­net ;
Is all thanks to the colour – green ;
Yes ; my favou­rite colour – green.

Therefore ; in conclu­sion ; I can say ;
That the colour of life is green ;
Yes ; my favou­rite colour – GREEN !

.Exile House
10 November 2009

 

 

Le Vert

 

Le vert est ma cou­leur favo­rite –
Le vert a tou­jours été ma cou­leur favo­rite ;
Le vert était la cou­leur de mon uni­forme d'écolier ;
Le vert – à l'école – était aus­si la cou­leur de ma Maison *.
Bien que tout ceci ait été appro­fon­di ;
Approfondi autour de mon amour du vert ;
Ce n'est pas pour ces rai­sons que –
Que ma cou­leur favo­rite est le vert.

La rai­son pour laquelle –
Pour laquelle ma cou­leur favo­rite est le vert ;
Est que le vert est la cou­leur –
La cou­leur que j'associe inti­me­ment avec la nature.

Les col­lines et les val­lées où je me plai­sais à mar­cher ;
Ces col­lines et ces val­lées sont toutes vertes ;
Et pen­dant les vacances sco­laires,
tan­dis que les autres gar­çons étaient dans les salles de ciné­ma obs­cures,
J'étais dehors, sous le ciel bleu clair,
Dans le soleil brillant et doré,
Marchant dans les val­lées et les col­lines vertes.

Cela a scel­lé mon amour –
Mon amour durable pour le vert,
Et pas seule­ment mon amour
Mais mon res­pect pro­fond pour le vert
Parce que le vert est la cou­leur

L a cou­leur qui informe la vie sur terre ;
Car c'est vrai­ment le vert –
le vert des diverses plantes,
Oui, de toutes les plantes et des arbres
Qui joue un rôle vital pour nous nour­rir.

Oui, oui c'est le vert –
Le vert des minus­cules brins d'herbe,
Le vert des feuilles des arbres,
Le vert de toutes les autres plantes,
qui seul peut pui­ser l'énergie du soleil ;
L'oxygène sans qui il n'y aurait pas –
Il n'y aurait pas de vie sur cette terre ;
Pas de vie – du moins telle que nous la connais­sons main­te­nant.

Et ain­si le fait qu'il y a de la vie,
Qu'il y a de le vie sur cette pla­nète,
Est dû entiè­re­ment à la cou­leur – verte.
Oui, à ma cou­leur favo­rite – le vert .

En conclu­sion j'affirme :
Que la cou­leur de la vie est le vert ;
Oui, ma cou­leur favo­rite est : le VERT !

Exile House,
10 novembre 2009

 

NdT : Selon  le sys­tème sco­laire anglais, dans les TCV (Tibetan Children's Village) numé­ri­que­ment très impor­tants où les enfants sont orphe­lins ou cou­pés de leurs familles res­tées au Tibet, les inter­nats sont divi­sés en petites uni­tés de vie col­lec­tive  indé­pen­dam­ment de l'enseignement pro­pre­ment dit. 

 

— —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  — —

 

 

            THE MONK AND THE NUN *

 

Their faces look the same –
 But that is only natu­ral ;
They are both Tibetan.

Their robes also look the same –
But that too is to be expec­ted ;
Their Dharma is the same.

And ; it is not just their robes,
Nor also just their­faces ;
Their vows are the same.

Why then is one of them –
The ample-bel­lied big one ;
Dashing around in a Toyota ?

And ; why is the other one –
The frail, sad loo­king lit­tle one ;
Selling post­cards by the road­side ?

Well ; that is sim­ply because –
The big one is a monk ;
And the other – only a nun.

And ; while it is not true –
That all monks are rich ;
Nor all nuns poor ;
Yet ; bet­ween the monk and the nun –
There seems to be a dis­cre­pan­cy ;
Which does not favour the nun.

BOOKWORM 2002

           

* This was writ­ten after Dr K Delbray from Scotland des­cri­bed to me an actual inci­dent that took place near the main Buddhist Stupa in McLeod Ganj. Dr Delbray had stop­ped to ask a nun sel­ling some post­cards by the road­side why she was doing so. The nun was tel­ling him that it was to raise funds for her nun­ne­ry when a new Toyota jeep, dri­ven by a monk noi­si­ly dashed by – rai­sing a cloud of dust and a few ques­tions.

First publi­shed in MUSES IN EXILE:An Anthology of Tibetan Poetry

edi­ted with an intro­duc­tion by Buchung D. Sonam and publi­shed in 2004

by Paljor Publications ; New Delhi

           

 

Le moine et la nonne

 

Leurs visages sont sem­blables –
Mais c'est natu­rel ;
Tous deux sont tibé­tains.

Leurs robes sont les mêmes –
Mais on doit sy attendre ;
Leur Dharma est le même.

Et ce n'est pas seule­ment les robes
Ni juste les visages ;
Leurs voeux sont les mêmes.

Pourquoi alors l'un d'eux –
Gros, pan­su,
Passe-t-il en trombe dans une Toyota ?

Et pour­quoi l'autre –
Frêle, mélan­co­lique, petite ;
Vend-elle des cartes pos­tales sur le bord de la route ?

Eh bien c'est sim­ple­ment que l'un –
Le gros est un moine ;
Et l'autre – une simple nonne.

Et s'il est inexact –
Que tous les moines sont riches ;
Ni toutes les nonnes pauvres ;
Pourtant, entre le moine et la nonne –
Il semble y avoir un écart ;
Qui n'est pas en faveur de la nonne.

Bookworm  2002

Note du Poète : Ceci fut écrit après que le Dr K. Delbray d'Ecossem'ait rap­por­té un véri­table inci­dent qui se dérou­la près du prin­ci­pal Stupa de McLeodGanj.  Le Dr Delbray s'était arrê­té pour deman­der à une none pour­quoi elle ven­dait des cartes pos­tales sur le bord de la route​.La nonne lui expli­quait qu'il s'agissait de récol­ter de l'argent pour son couvent – quand une Toyota neuve  conduite par un moine pas­sa en trombe -sou­le­vant un nuage de pous­sière et quelques ques­tions.

Première publi­ca­tion dans MUSES IN EXILE:An Anthology of Tibetan Poetry

diri­gée avec une intro­duc­tion par  Buchung D. Sonam et publiée en 2004 par Paljor Publications ; New Delhi.                

_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​

 

 

 

Beijing   2008

An Appeal To the Youth of the Free World

Let it be said – said at the very begin­ning ;
This is not an appeal – an appeal not to go to Beijing ;
Indeed – I unders­tand and I accept – you must go to Beijing ;
Because I know and I accept — you will not –
Yes ; you can­not be young again !

I know it was for the sake – for the sake of Big Business ;
I know it was in the inter­est – the inter­est of Power
Politics ;
That — kno­wing full well about Berlin 1936 ;
Knowing that Beijing is also guil­ty of geno­cide –
Yet ; and yet awar­ded Beijing with Olympics 2008 !

Knowing that the need to go to Bcijing was not of your
making ;
I know there will be no joy when you go to Beijing ;
I know and I accept – it is for the glo­ry –
For the glo­ry of sports .– you need to go to Beijing ;
I know and I accept – it is for the honour —
For the honour of your coun­try — you must go to
Beijing !

However ; bet­ween Berlin 1936 and Beijing 2008 –
There is a dif­fe­rence – an essen­tial dif­fe­rence ;
In the case of Berlin 1936 – the holo­caust,
The tra­gic holo­caust and the Great War –
came after -only after the Olympics.

In the case of Beijing2008 – the geno­cide –
China's ongoing geno­cide in Tibet and other occu­pied
coun­tries ;
And China's gro­wing threat to world peace ;
Has been going on for decades and conti­nues –
Yes ; conti­nues to this very day !

Somewhere the Olympics is not just a mere tool ;
Here the Olympics – the sym­bol of youth and
friend­ship —
Is more like an award — an award for geno­cide !
And yet we appeal — appeal to the youth of the Free
World ;
Indeed to go to Beijing !

But as you com­pete — com­pete for Bronze and Silver,
As you seek – seek Gold and Glory,
Please ; please remem­ber – that our places of wor­ship –
More than six thou­sand ancient temples —
Were loo­ted ; desee­la­ted and des­troyed — by Beijing !

Please ; please remem­ber –
Our devas­ta­ted land, our bro­ken homes and our
shat­te­red lives,
Please, please remem­ber –
Mere than one mil­lion Tibetans were mur­de­red — by
Beijing.

Please, please remem­ber –
The dark and end­less night the living must endure ;
Many, many of whom –
Languish in dark and cold pri­son cells !

Please, please remem­ber –
The people ef Manchuria ; Of Southern Mongolia and
East Turkestan —
All under China's colo­nial rule –
Have suf­fe­red and died just like the Tibetans.

Please, please remem­ber —
The ordi­na­ry people of China have also suf­fe­red —
Suffered and died in their many ; many mil­lions !

Please, please remem­ber –
Through the export of nuclear wea­pons know-how
and rela­ted acti­vi­ties ;

China is today the grea­test threat to world peace !
Please, please remem­ber – even as you read this –
China is cau­sing per­ma­nent damage to the fra­gile
envi­ron­ment of Tibet –
The source of Asia's great rivers.

Please, please remem­ber –
China is des­troying – des­troying the Roof of the World ;
And this may adver­se­ly affect the life-giving mon­soon
rains !

Please, please remem­ber –
This same mur­de­rous regime has been ruling since
1949 ;
And so please, please remem­ber –
No one has been able to dig dee­per into the secrets –
The dark and hid­den secrets of Beijing's crimes against
huma­ni­ty !

But we do know -~ know for sure that –
Beijing 2008 is soa­ked in Blood –
The blood of mil­lions upon mil­lions of inno­cent lives !

And so please, please remem­ber –
Winning in Beijing — Beijing 2008 –
Cannot bring honour – no honour to your coun­try,
Because Beijing 2008 is not –
I repeat — is not being held for the glo­ry of sports !

Beijing 2008 is
A whi­te­wash for geno­cide in four occu­pied coun­tries –
and an unkown mum­ber of eth­nic mino­ri­ties !

Beijing 2008 is making a mocke­ry of the Olympics !
Beijing 2008 is a redu­cing the Olympics to a mere
cir­cus
Beijing 2008 is a cover-up for the crime of mul­tiple
geno­cide !

Therefore ; having won your Bronze and Silver,
Having won the much cove­ted Gold ;
Having ente­red the Record Books ;
You can now stand up for Justice and Freedom ;
Yes, you can say "NO" to Beijing's blood-stai­ned
medal !

 

THANK YOU EVERYONE !  THANK YOU ! AND
AGAIN  THANK YOU

Exile House

Note : Widely dis­tri­bu­ted by the Tibetan Youth Congress before

or during the Beijing Olympics.

 

 

·      Pékin  2008
(Appel à la Jeunesse du Monde Libre)

 

Qu'il soit dit – dit au tout début :
Ceci n'est pas un appel  – un appel à ne pas aller à Pékin ;
Oui – je com­prends et l'accepte – que vous devez aller à Pékin ;
Parce que je sais et l'accepte – vous ne serez –
Oui, vous ne pour­rez être jeunes à nou­veau !

Je sais que c'était au pro­fit – au pro­fit du Monde des Affaires ;
Je sais que c'était dans l'intérêt – dans l'intérêt de la Politique Régalienne ;
Celà – bien ren­sei­gné sur Berlin 1936 ;
Sachant que Pékin est aus­si cou­pable de géno­cide –
Et pour­tant, pour­tant, se voit récom­pen­sée par les Jeux de 2008.

Sachant que la néces­si­té d'aller à Pékin n'est pas de votre fait ;
Je sais que sans joie vous irez à Péking ;
Je sais et l'accepte – c'est pour la gloire –
Pour la gloire du sport – que vous devez aller à Péking ;
Je com­prends et l'accepte  – c'est pour l'honneur –
Pour l'honneur de votre pays  – vous devez aller à Péking !

Pourtant, entre Berlin 1936 et Péking 2008
Il y a une dif­fé­rence – une dif­fé­rence majeure ;
Dans le cas de Berlin 1936 – l'holocauste ;
L'holocauste tra­gique et la Grande Guerre
Sont venus après – seule­ment après les Jeux.
Dans le cas de Péking 2008  – le géno­cide –
Le géno­cide de la Chine en cours au Tibet et dans les autres pays occu­pés ;
Et la menace crois­sante à la paix mon­diale
Se déroulent depuis des décen­nies et conti­nuent –
Oui, conti­nuent aujourd'hui même !

Aussi ici les Jeux ne sont pas un simple ins­tru­ment ;
Ici les Jeux  – sym­boles de jeu­nesse et d'amitié –
Ressemblent plus  à une récom­pense – une récom­pense pour géno­cide !
Et pour­tant nous invi­tons la jeu­nesse du Monde Libre,
Oui, à aller à Péking !

Mais pen­dant que vous dis­pu­te­rez le Bronze et l'Argent,
Que vous recher­chez – recher­chez l'Or et la Gloire ;
Je vous en prie, je vous en prie rap­pe­lez-vous que nos lieux de culte –
Plus de six mil­lions de temples anciens –
Ont été pillés, souillés et détruits – par Péking !

Je vous en prie, je vous en prie rap­pe­lez-vous
Notre terre dévas­tées, nos mai­sons détruites et nos vies en miettes ;
Je vous en prie, je vous en prie rap­pe­lez-vous –
Plus d'un mil­lion de Tibétains ont été assas­si­nés – par Péking.

Je vous en prie, je vous en prie rap­pe­lez-vous
La nuit sombre et sans fin que les vivants subissent ;
Dont beau­coup, beau­coup
Languissent dans des cel­lules de pri­son sombres et froides.

Je vous en prie, je vous en prie rap­pe­lez-vous –
Les peuples de Mandchourie, de Mongolie du Sud et de l'Est du Turkestan –
Tous sous la domi­na­tion colo­niale de la Chine –
Souffrent et meurent juste comme les Tibétains.

Je vous en prie, je vous en prie rap­pe­lez-vous
Que le peuple ordi­naire de la Chine aus­si souffre
Souffre et meurt aus­si par mil­lions, par mil­lions !

Je vous en prie, je vous en prie rap­pe­lez-vous –
En expor­tant son savoir-faire sur les armes ato­miques et d'activiétés simi­laires
La Chine est aujourd'hui la plus grande menace contre la paix mon­diale.

Je vous en prie, je vous en prie rap­pe­lez-vous – alors que vous lisez ceci –
La Chine cause un dom­mage per­ma­nent à l'environnement fra­gile du Tibet –
Source des grands fleuves d'Asie.

Je vous en prie, je vous en prie rap­pe­lez-vous –
La Chine, détruit – détruit le Toit du Monde ;
Et ceci peut affec­ter les pluies de la mous­son qui donnent la vie !

Je vous en prie, je vous en prie rap­pe­lez-vous –
Ce même régime assas­sin règne depuis 1949 ;
Aussi je vous en prie, je vous en prie rap­pe­lez-vous –
Nul n' a réus­si à des­cendre dans les secrets –
Les secrets sombres et cachés des crimes de Péking contre l'humanité !
Mais nous savons – nous savons pour sûr que –
Que Péking 2008 est plon­gé dans le Sang –
Le sang de mil­lions, de mil­lions de vies innon­centes !

Aussi je vous en prie, je vous en prie rap­pe­lez-vous –
Gagner à Péking – Péking 2008 –
Ne peut appor­ter d'honneur – d'honneur à votre pays ;
Parce que Péking 2008 ne se tient pas
Je le répète – ne se tient pas pour la gloire du sport !

Péking 2008 n'est qu'un cache-misère –
Un cache-misère du géno­cide dans quatre pays occu­pés –
Et d'un nombre incon­nu de mino­ri­tés eth­niques !

Péking 2008 est une paro­die des Jeux Olympiques !
Péking 2008 réduit les Jeux à du simple cirque !
Péking 2008 est une cou­ver­ture pour le crime de mul­tiples géno­cides !

Alors ; ayant gagné votre Bronze et votre Argent ;
Ayant gagné votre Or tant convoi­té ;
Etant entré dans le Livre des Records ;
Vous pou­vez main­te­nant vous dres­ser pour la Justie et la Liberté ;
Oui, vous pou­vez dire “Non” à la médaille de Péking tachée de sang !

MERCI A TOUS ! MERCI ET A NOUVEAU – MERCI !

Exile House

Note : cette bro­chure fut lar­ge­ment dis­tri­buée par l'Association de la Jeunesse Tibétaine avant et pen­dant les Jeux Olympiques de Pékin.

_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​

 

 

TIBET

 

Tibet is today a coun­try –
A coun­try all alone ;
All alone although –
Although it had done nothing –
Nothing wrong.

Tibet is today a coun­try –
A coun­try under occu­pa­tion ;
Under occu­pa­tion because –
Because it was –
It was not strong.

Tibet is today a coun­try –
A coun­try conque­red ;
A coun­try conque­red because –
Because it was devo­ted –
Devoted to Peace.

Tibet is today a coun­try –
A coun­try being exploi­ted ;
Being exploi­ted because –
Because Tibet is today –
A coun­try all alone.

And so today Tibetans –
Tibetans are facing geno­cide ;
Facing geno­cide although –
Although Tibetans have done nothing –
Nothing wrong.

29 December 2011

 

 

 

 

Tibet

 

Le Tibet aujourd'hui est un pays –
Un pays tout seul ;
Tout seul bien que –
Bien qu'il n'ait fait rien –
Rien de mal.

Le Tibet aujourd'hui est un pays –
Un pays sous occu­pa­tion ;
Sous ocu­pa­tion parce que –
Parce qu'il n'était pas –
Il n'était pas fort.

Le Tibet aujourd'hui est un pays –
Un pays conquis ;
Un pays conquis parce que  –
Parce qu'il était –
Dévoué à la Paix.

Le Tibet aujourd'hui est un pays –
Un pays exploi­té ;
Exploité parce que –
Parce que le Tibet est aujourd'hui
Un pays tout seul.

Et ain­si  aujourd'hui les Tibétains
Affrontent un géno­cide ;
Affrontent une géno­cide bien que  –
Bien que les Tibétains n'aient fait rien –
Rien de mal.

29 Decembre 2011

 

 

X