> Les Bonnes feuilles de PO&PSY : Slađan LIPOVEC, notre morceau de planète

Les Bonnes feuilles de PO&PSY : Slađan LIPOVEC, notre morceau de planète

Par | 2018-01-25T13:14:03+00:00 31 mars 2017|Catégories : Essais & Chroniques|

 

 

Slađan Lipovec est né en 1972 à Bjelovar, en Croatie. Poète et auteur de textes de prose, de cri­tique lit­té­raire et d'essais, il est rédac­teur de la revue lit­té­raire Quorum et dirige des ren­contres de poé­sie et mul­ti­mé­dia dans la région de la ville de Čazma, où il vit. Ses recueils de poé­sie, dont le pré­sent volume pro­pose une antho­lo­gie en pre­mière ver­sion fran­çaise, ont été récom­pen­sés par plu­sieurs prix.

 

 

*

 

KVART JE MOJ

 

ned­jel­ja
vre­lim vje­trom
mete sve pse
i nji­hove bijesne ljude
na uzda­ma
bal­ko­ni zjape
prazne su staze
jedi­no se gla­sa­ju ptice
jedi­no se drveće u krošn­ja­ma giba
i dječa­ci lije­no
pokat­kad
udare lop­tu
spa­rušen kvart usi­sao je ljude
sa svim kro­nič­nim boleš­ti­na­ma
i para­no­ja­ma od sun­ca
spa­rušen kvart izvire
iz smrdl­ji­vih kon­te­j­ne­ra
spa­rušen kvart poz­dravl­ja me
danas je napo­kon moj

 

 

LE QUARTIER EST A MOI

 

le dimanche
d’un vent brû­lant
balaie tous les chiens
et leurs humains furieux
au bout des laisses

 

les bal­cons sont béants
les che­mins déserts
que les cris des oiseaux
que le mou­ve­ment des feuillages
et des gar­çons qui pares­seu­se­ment
de temps à autre
touchent le bal­lon

 

le quar­tier grillé a aspi­ré les gens
avec toutes leurs mala­dies chro­niques
et leurs para­noïas de soleil
le quar­tier grillé émerge
des contai­ners puants
où je jette la pou­belle
le quar­tier grillé me salue
aujourd’hui enfin il est à moi

 

 

*

 

ZAPAMTI OVO

 

za nama žmir­ka­ju
zadn­ji sema­fo­ri
kli­zi­mo pre­ma
isto­ku
tam­na nao­bla­ka pret­ječe
noć
ljud­sko je tije­lo toč­ka
nasađe­na na brze kotače
i kao i sva­koj sit­noj čes­ti­ci
nemo­guće mu je pre­ciz­no
odre­di­ti stanje
brzi­nu i položaj
ali vri­jeme je
da se giba­mo
u uši­ma struje
kilo­me­tri pros­to­ra
zapam­ti mi ovo
nebo zapam­ti
ovaj tam­ni tre­nu­tak
prije nego nas
poje­du raz­dal­jine
već na ula­zu
u slje­deći grad
popri­mit ćemo
sas­vim nove
uloge

 

 

RETIENS BIEN CECI

 

der­rière nous cli­gnotent
les der­niers feux
nous glis­sons vers
l’est
un ciel sombre nua­geux double
la nuit
le corps humain est un point
pla­qué sur des roues rapides
et comme à toute par­ti­cule minus­cule
il lui est impos­sible de défi­nir
avec pré­ci­sion son état
sa vitesse et sa posi­tion
mais le temps est
au mou­ve­ment
dans nos oreilles vibrent
des kilo­mètres d’espace
retiens moi bien ce
ciel retiens
cet ins­tant sombre
avant que nous ne soyons ava­lés
par les dis­tances
déjà à l’entrée
de la pro­chaine ville
nous serons affu­blés
de tout nou­veaux
rôles

 

 

*

 

DOBRO JUTRO

 

poz­dravl­jao je spi­ker
s radi­ja kiša se lije­pi­la
za pro­zore auto­bu­sa i svjet­lu­ca­la
po asfal­tu doi­ma­lo se
svježe i doi­ma­lo se
umjes­to na posao
da pono­vo ide­mo
na neki nes­va­ki­dašn­ji
put samo je tre­ba­lo oda­bra­ti
pra­vu rek­la­mu
i zalet­je­ti se u njene idealne
pred­jele pra­ti­ti smjer­nice
skre­tan­ja signa­li­za­ci­ju i nijeme
nezain­te­re­si­rane jas­tre­bove
pore­dane po ogra­di
uz auto­put

 

 

 

BONJOUR

 

saluait la voix
à la radio la pluie adhé­rait
aux vitres du car et fai­sait luire
l’asphalte don­nant l’impression
de frais et l’impression
qu’au lieu d’aller tra­vailler
nous par­tions de nou­veau
pour une des­ti­na­tion inha­bi­tuelle
il suf­fi­rait de choi­sir
la bonne publi­ci­té
et de se ruer vers ses idyl­liques
contrées suivre les indi­ca­tions
détours et signa­li­sa­tions et les fau­cons
muets indif­fé­rents
ali­gnés sur les rails
de l’autoroute

 

 

*

 

EMILY DICKINSON U MOM GRADU

 

u glu­ho doba
još jedne noći
bez vedrine
ona se budi
baš u tre­nut­ku
kada san­ja
svoje šare­no biće
navik­lim
pokre­ti­ma odi­je­va
gaćice
grudn­jak
čarape
kom­bine
veze­nu košul­ju
sukn­ju
pre­gaču obu­va
lagane cipele i
kroz
muk­lu tiši­nu zido­va
gus­to­ga mra­ka
samo
pro­si­ja­va pro­zir­na
bje­li­na nje­nih
ruku dok piše
gra­fite

 

 

EMILY DICKINSON DANS MA VILLE

 

dans le silence pro­fond
d’encore une nuit
sans clar­té
elle se réveille
juste au moment
où elle rêve
à son être bario­lé
machi­na­le­ment
elle met
sa petite culotte
son sou­tien-gorge
ses bas
sa com­bi­nai­son
son che­mi­sier bro­dé
sa jupe
son tablier elle chausse
ses sou­liers légers et
à tra­vers
le silence assour­dis­sant des murs
de l’obscurité épaisse
il n’y a que
la blan­cheur trans­pa­rente
de ses mains qui rayonne
lorsqu’elle écrit
les graf­fi­tis

 

 

*

 

MEDUSOBNO PRIVLACENJE DVAJU

TIJELA U NEDJELJU

 

kada
nema­mo
ni ciga­re­ta
ni kave
ni soka
nema­mo
nov­ca ni mnošt­va
osta­lih stva­ri za koje
ni ne zna­mo da post­oje
pa se i ne mogu uvući
u pjes­mu kroz otvo­ren pro­zor
kao las­ta­vice koje u
paro­vi­ma pri­drža­va­ju dale­ko­vode
ili ove krošnje ras­pi­rene zele­ni­lom
cvr­ku­ta prhu­ta i vje­tra po
tre­pe­ra­voj koži naših
tije­la od brzih
vižl­jas­tih živo­tin­ji­ca kao
na arcim­bol­di­je­vim

 

 

ATTRACTION RECIPROQUE DE DEUX
CORPS LE DIMANCHE

 

quand
nous n’avons
ni ciga­rettes
ni café
ni jus de fruit
quand nous n’avons pas
d’argent ni toutes
ces autres choses dont
nous igno­rons qu’elles existent
si bien qu’elles ne peuvent s’introduire
dans le poème par la fenêtre ouverte
comme les hiron­delles qui
en couples sou­tiennent les fils élec­triques
ou les fron­dai­sons qui dif­fusent leur ver­dure
toute de pépie­ments, volè­te­ments et vent
sur la peau fré­mis­sante de nos
corps de bes­tioles
grouillantes comme
dans les tableaux d’Arcimboldo

 

 

*

 

SADNJA KRUMPIRA

 

sus­je­di
zeml­jas­tih lica i ruku
u koji­ma krum­pir pos­taje
jes­ti­va gru­da svjet­los­ti
izlaze iz van
goghove slike iz travn­ja
1885. i pomažu nam
dok polaže­mo sjeme u
braz­di­no kri­lo kao jaja
prh­ka se praši­na hva­ta
po našim zno­j­nim
lici­ma i ruka­ma pos­ta­jući
vidl­ji­va kao i živi­ca zane­se­na
zbog ptič­je­ga žago­ra u sva­koj
od pje­sa­ma anke žagar u čijem
zele­nom hla­du osmi­jeh
naše­ga umo­ra pos­taje
bjel­jim

 

 

 

PLANTATION DES POMMES DE TERRE

 

les voi­sins
visage ter­reux et mains
où la pomme de terre devient
une motte de lumière comes­tible
sortent du tableau
de Van Gogh d’avril
1885 et nous aident
quand nous dépo­sons la semence
dans le giron du sillon comme des œufs
la pous­sière friable s’attache
à nos visages et à nos mains
en sueur devient
visible aus­si la haie enchan­tée
par les mur­mures d’oiseaux dans chaque
poème d’Anka Žagar où
dans la fraî­cheur verte de l’ombre le sou­rire
de notre fatigue
s’éclaire

 

 

*

 

POGLED IZ STAKLA

 

sa suprotne strane
bli­je­dog odra­za
ukoče­no­ga pogle­da
na stak­lu noć
ostavl­ja svo­ju sje­nu

 

 

 

REGARD DE LA VITRE

 

de l’autre côté
du pâle reflet
du regard figé
sur la vitre la nuit
laisse son ombre

 

 

 

 

 

mm

Po&Psy

Danièle Faugeras, poète et tra­duc­trice, vit et tra­vaille à Anduze (Gard).

Pascale Janot vit et tra­vaille en Italie, à Trieste. Elle est lec­trice de langue fran­çaise à l’École Supérieure de Langues Modernes pour Traducteurs et Interprètes (uni­ver­si­té de Trieste) et tra­duc­trice.

Elles codi­rigent la col­lec­tion de poé­sie PO&PSY, aux édi­tions Erès (Toulouse), qu’elles ont elles-mêmes fon­dée en 2008 et dans laquelle, à ce jour, une quin­zaine de poètes ont été publiés dont Ancet, Bohi, Cabarrot, Garcia Lorca, Guillevic, Issa, Kiarostami, Migeot, Porchia, Rôshan, Universo, Sôgi-Shôhaku-Sôshô : poetp​sy​.word​press​.com

D. Faugeras et P. Janot ont tra­duit à « quatre mains » :

  • Patrizia Cavalli, Mes poèmes ne chan­ge­ront pas le monde, Éditions des Femmes/​Antoinette Fouque, Paris 2007 (de l’italien) ;
  • Kobayashi Issa, Pas simple en ce monde d’être né humain, haï­ku, Editions Erès, col­lec­tion PO&PSY, Toulouse 2008 (du japo­nais) ;
  • Paolo Universo, La bal­lade de l’ancien asile, Editions Erès, col­lec­tion PO&PSY, Toulouse 2008 (de l’italien).

Elles ont éga­le­ment tra­duit l’œuvre com­plète de Paolo Universo, en attente de publi­ca­tion.

X