Slađan Lipovec est né en 1972 à Bjelo­var, en Croat­ie. Poète et auteur de textes de prose, de cri­tique lit­téraire et d’es­sais, il est rédac­teur de la revue lit­téraire Quo­rum et dirige des ren­con­tres de poésie et mul­ti­mé­dia dans la région de la ville de Čaz­ma, où il vit. Ses recueils de poésie, dont le présent vol­ume pro­pose une antholo­gie en pre­mière ver­sion française, ont été récom­pen­sés par plusieurs prix.

 

 

*

 

KVART JE MOJ

 

ned­jel­ja
vre­lim vjetrom
mete sve pse
i nji­hove bijesne ljude
na uzdama
balkoni zjape
prazne su staze
jedi­no se glasaju ptice
jedi­no se drveće u krošn­ja­ma giba
i dječaci lijeno
pokatkad
udare lop­tu
sparušen kvart usisao je ljude
sa svim kro­ničn­im boleštinama
i para­no­ja­ma od sunca
sparušen kvart izvire
iz smrdljivih kontejnera
sparušen kvart poz­dravl­ja me
danas je napokon moj

 

 

LE QUARTIER EST A MOI

 

le dimanche
d’un vent brûlant
bal­aie tous les chiens
et leurs humains furieux
au bout des laisses

 

les bal­cons sont béants
les chemins déserts
que les cris des oiseaux
que le mou­ve­ment des feuillages
et des garçons qui paresseusement
de temps à autre
touchent le ballon

 

le quarti­er gril­lé a aspiré les gens
avec toutes leurs mal­adies chroniques
et leurs para­noïas de soleil
le quarti­er gril­lé émerge
des con­tain­ers puants
où je jette la poubelle
le quarti­er gril­lé me salue
aujourd’hui enfin il est à moi

 

 

*

 

ZAPAMTI OVO

 

za nama žmirkaju
zad­nji semafori
kliz­imo prema
istoku
tam­na naobla­ka pretječe
noć
ljud­sko je tije­lo točka
nasađe­na na brze kotače
i kao i svakoj sit­noj čestici
nemoguće mu je precizno
odred­i­ti stanje
brz­inu i položaj
ali vri­jeme je
da se gibamo
u uši­ma struje
kilo­metri prostora
zapamti mi ovo
nebo zapamti
ovaj tam­ni trenutak
pri­je nego nas
poje­du razdaljine
već na ulazu
u sljedeći grad
poprim­it ćemo
sasvim nove
uloge

 

 

RETIENS BIEN CECI

 

der­rière nous clignotent
les derniers feux
nous glis­sons vers
l’est
un ciel som­bre nuageux double
la nuit
le corps humain est un point
plaqué sur des roues rapides
et comme à toute par­tic­ule minuscule
il lui est impos­si­ble de définir
avec pré­ci­sion son état
sa vitesse et sa position
mais le temps est
au mou­ve­ment
dans nos oreilles vibrent
des kilo­mètres d’espace
retiens moi bien ce
ciel retiens
cet instant sombre
avant que nous ne soyons avalés
par les distances
déjà à l’entrée
de la prochaine ville
nous serons affublés
de tout nouveaux
rôles

 

 

*

 

DOBRO JUTRO

 

poz­dravl­jao je spiker
s radi­ja kiša se lijepila
za pro­zore auto­busa i svjetlucala
po asfal­tu doima­lo se
svježe i doima­lo se
umjesto na posao
da pono­vo idemo
na neki nesvakidašnji
put samo je tre­ba­lo odabrati
pravu rekla­mu
i zalet­jeti se u njene idealne
pred­jele prati­ti smjernice
skre­tan­ja sig­nal­izaci­ju i nijeme
nezain­tere­sir­ane jastrebove
poredane po ogradi
uz autop­ut

 

 

 

BONJOUR

 

salu­ait la voix
à la radio la pluie adhérait
aux vit­res du car et fai­sait luire
l’asphalte don­nant l’impression
de frais et l’impression
qu’au lieu d’aller travailler
nous par­tions de nouveau
pour une des­ti­na­tion inhabituelle
il suf­fi­rait de choisir
la bonne publicité
et de se ruer vers ses idylliques
con­trées suiv­re les indications
détours et sig­nal­i­sa­tions et les faucons
muets indif­férents
alignés sur les rails
de l’autoroute

 

 

*

 

EMILY DICKINSON U MOM GRADU

 

u gluho doba
još jedne noći
bez vedrine
ona se budi
baš u trenutku
kada san­ja
svo­je šareno biće
naviklim
pokre­ti­ma odijeva
gaćice
grud­n­jak
čarape
kom­bine
vezenu košulju
sukn­ju
pre­gaču obuva
lagane cipele i
kroz
muk­lu tišinu zidova
gus­to­ga mraka
samo
prosi­ja­va prozirna
bjeli­na njenih
ruku dok piše
grafite

 

 

EMILY DICKINSON DANS MA VILLE

 

dans le silence profond
d’encore une nuit
sans clarté
elle se réveille
juste au moment
où elle rêve
à son être bariolé
machi­nale­ment
elle met
sa petite culotte
son sou­tien-gorge
ses bas
sa com­bi­nai­son
son chemisi­er brodé
sa jupe
son tabli­er elle chausse
ses souliers légers et
à tra­vers
le silence assour­dis­sant des murs
de l’obscurité épaisse
il n’y a que
la blancheur transparente
de ses mains qui rayonne
lorsqu’elle écrit
les graf­fi­tis

 

 

*

 

MEDUSOBNO PRIVLACENJE DVAJU

TIJELA U NEDJELJU

 

kada
nemamo
ni cig­a­re­ta
ni kave
ni soka
nemamo
nov­ca ni mnoštva
ostal­ih stvari za koje
ni ne znamo da postoje
pa se i ne mogu uvući
u pjes­mu kroz otvoren prozor
kao las­tavice koje u
parovi­ma pridržava­ju dalekovode
ili ove krošn­je raspirene zelenilom
cvrku­ta prhuta i vje­tra po
treper­avoj koži naših
tijela od brzih
vižl­jastih živ­ot­in­ji­ca kao
na arcim­boldije­vim

 

 

ATTRACTION RECIPROQUE DE DEUX
CORPS LE DIMANCHE

 

quand
nous n’avons
ni cig­a­rettes
ni café
ni jus de fruit
quand nous n’avons pas
d’argent ni toutes
ces autres choses dont
nous ignorons qu’elles existent
si bien qu’elles ne peu­vent s’introduire
dans le poème par la fenêtre ouverte
comme les hiron­delles qui
en cou­ples sou­ti­en­nent les fils électriques
ou les frondaisons qui dif­fusent leur verdure
toute de pépiements, volète­ments et vent
sur la peau frémis­sante de nos
corps de bestioles
grouil­lantes comme
dans les tableaux d’Arcimboldo

 

 

*

 

SADNJA KRUMPIRA

 

sus­je­di
zeml­jastih lica i ruku
u koji­ma krum­pir postaje
jes­ti­va gru­da svjetlosti
izlaze iz van
goghove slike iz travnja
1885. i pomažu nam
dok polaže­mo sjeme u
brazdi­no kri­lo kao jaja
prhka se praši­na hvata
po našim znojnim
lici­ma i ruka­ma postajući
vidlji­va kao i živi­ca zanesena
zbog ptič­je­ga žago­ra u svakoj
od pje­sama anke žagar u čijem
zelenom hladu osmijeh
naše­ga umo­ra postaje
bjeljim

 

 

 

PLANTATION DES POMMES DE TERRE

 

les voisins
vis­age ter­reux et mains
où la pomme de terre devient
une motte de lumière comestible
sor­tent du tableau
de Van Gogh d’avril
1885 et nous aident
quand nous déposons la semence
dans le giron du sil­lon comme des œufs
la pous­sière fri­able s’attache
à nos vis­ages et à nos mains
en sueur devient
vis­i­ble aus­si la haie enchantée
par les mur­mures d’oiseaux dans chaque
poème d’Anka Žagar où
dans la fraîcheur verte de l’ombre le sourire
de notre fatigue
s’éclaire

 

 

*

 

POGLED IZ STAKLA

 

sa suprotne strane
bli­je­dog odraza
ukočenoga pogle­da
na stak­lu noć
ostavl­ja svo­ju sjenu

 

 

 

REGARD DE LA VITRE

 

de l’autre côté
du pâle reflet
du regard figé
sur la vit­re la nuit
laisse son ombre

 

 

 

 

 

 

mm

daniele faugeras

danièle faugeras vit et tra­vaille dans le Gard. Elle partage son activ­ité d’écriture entre poésie, tra­duc­tion et édition.

Elle a créé en 2008 aux édi­tions ERES, et codirige depuis avec Pas­cale Jan­ot, la col­lec­tion de poésie PO&PSY et l’as­so­ci­a­tion du même nom, qui en assure la dif­fu­sion par la ren­con­tre directe avec des publics var­iés, aux­quels elle pro­pose des man­i­fes­ta­tions sou­vent multimédias.

Par­mi ses tra­duc­tions de poésie : Patrizia Cav­al­li, Pao­lo Uni­ver­so, Francesco Scara­bic­chi, Issa (en col­lab­o­ra­tion avec Pas­cale Jan­ot) ; ain­si que les œuvres poé­tiques com­plètes d’An­to­nio Porchia et de Fed­eri­co Gar­cía Lorca.

À titre per­son­nel, elle a pub­lié une dizaine de recueils de poésie, depuis Ici n’est plus très loin (2001) jusqu’à À chaque jour suf­fit son poème (2018), le plus sou­vent en dia­logue avec des artistes, par exem­ple : Lieu dit (2010) et Quelque chose n’est (2015) avec Alexan­dre Hol­lan, Murs, avec Mag­a­li Latil, Éphéméride 03, avec Mar­tine Cazin (2014)…