Bonnes feuilles de la collection PO&PSY

 

Abbas KIAROSTAMI

Des mil­liers d’arbres soli­taires

tra­duit du per­san par Tayebeh Hashemi & Jean-Restom Nasser, et par Niloufar Sadighi & Franck Merger

 

 

Cet ouvrage à paraître en juin 2014 dans la col­lec­tion PO&PSY in exten­so ras­semble la tota­li­té des poèmes publiés à ce jour en Iran par Abbas Kiarostami.

Les trois recueils déjà parus en ver­sion fran­çaise (Avec le vent, P.O.L. 2002, Un loup aux aguets, La table ronde 2008 et Havres, PO&PSY 2010) sont retra­duits ici pour consti­tuer, avec 7 heures moins 7 (recueil inédit en fran­çais), l’œuvre poé­tique com­plète de Kiarostami en ver­sion bilingue per­san-fran­çais.

Les poèmes sont accom­pa­gnés par 6 des­sins de Mehdi Moutashar, artiste fran­çais d’origine ira­kienne, dont l’intérêt pour l’épure et les aspects plas­tiques de l’écriture arabe fait déli­ca­te­ment écho au style de Kiarostami.

Abbas KIAROSTAMI est né à Téhéran en 1940. Surtout connu en Europe comme réa­li­sa­teur, scé­na­riste et pro­duc­teur de ciné­ma, il a signé plus de 40 films, par­mi les­quels : La tri­lo­gie de Koker : Où est la mai­son de mon ami (1987), Et la vie conti­nue (1991), Au tra­vers des oli­viers (1994) ) ; Close-up (1990) ; Le goût de la cerise (1997 – Palme d’or du Festival de Cannes) ; Le vent nous empor­te­ra (1999 – prix de la Mostra de Venise) ; Ten on ten (2002) ; Five (2005) ; etc. C’est aus­si un pho­to­graphe recon­nu, dont les œuvres sont expo­sées dans le monde entier. Mais à tra­vers ces modes d’expression, c’est le peintre et le poète qu’il a com­men­cé par être et conti­nue d’être, qui s’expriment.

« Être à la fois cinéaste, pho­to­graphe, poète… Tout ça, ce sont des moti­va­tions pour vivre, pour faire chaque jour quelque chose, que ce soit du ciné­ma, de la pho­to ou de la poé­sie. Ce n’est pas un choix, c’est une fata­li­té. »

Cette “fata­li­té” a pro­duit, outre ses films et pho­tos, près d’un mil­lier de poèmes très brefs, carac­té­ri­sés par une grande luci­di­té et humi­li­té (par­fois aus­si auto­dé­ri­sion) dans l’observation des com­por­te­ments humains.

Toute l’œuvre d’Abbas Kiarostami est ten­due vers le retrait et l’épure : sous­traire pour mieux mon­trer, s’abstraire de la nar­ra­tion pour inven­ter des formes d’écriture en réso­nance plus grande avec la nature qu’il asso­cie au sacré, en droite ligne des poètes et des peintres per­sans, mais aus­si des expres­sions poé­tiques tra­di­tion­nelles de la Chine et du Japon.

 

*

Un ren­dez-vous à ne pas man­quer :

Abbas Kiarostami sera l’invité d’honneur du 17ème fes­ti­val de poé­sie “Voix de la Méditerranée”, qui se tien­dra à Lodève du 16 au 20 juillet 2014.

 

mm

daniele faugeras

danièle fau­ge­ras vit et tra­vaille dans le Gard. Elle par­tage son acti­vi­té d’écriture entre poé­sie, tra­duc­tion et édi­tion.

Elle a créé en 2008 aux édi­tions ERES, et codi­rige depuis avec Pascale Janot, la col­lec­tion de poé­sie PO&PSY et l'association du même nom, qui en assure la dif­fu­sion par la ren­contre directe avec des publics variés, aux­quels elle pro­pose des mani­fes­ta­tions sou­vent mul­ti­mé­dias.

Parmi ses tra­duc­tions de poé­sie : Patrizia Cavalli, Paolo Universo, Francesco Scarabicchi, Issa (en col­la­bo­ra­tion avec Pascale Janot) ; ain­si que les œuvres poé­tiques com­plètes d'Antonio Porchia et de Federico García Lorca.

À titre per­son­nel, elle a publié une dizaine de recueils de poé­sie, depuis Ici n'est plus très loin (2001) jusqu'à À chaque jour suf­fit son poème (2018), le plus sou­vent en dia­logue avec des artistes, par exemple : Lieu dit (2010) et Quelque chose n'est (2015) avec Alexandre Hollan, Murs, avec Magali Latil, Éphéméride 03, avec Martine Cazin (2014)…