> Bonnes feuilles Po&Psy : Eva Maria Berg

Bonnes feuilles Po&Psy : Eva Maria Berg

Par |2018-01-25T13:14:05+00:00 14 juin 2015|Catégories : Essais|

 

Eva-Maria Berg, née en 1949 à Düsseldorf (Allemagne), a fait des études d’allemand et de fran­çais à l´université de Fribourg en Brisgau. Domiciliée avec sa famille à Waldkirch, en Forêt Noire, elle séjourne régu­liè­re­ment en France.
Outre des livres de poé­sie, sou­vent en dia­logue avec des artistes, et dont cer­tains sont publiés en édi­tions bilingues ou dans leur tra­duc­tion en trois langues (fran­çais, anglais, espa­gnol), elle écrit de la prose, des essais, des articles et des cri­tiques lit­té­raires. Elle par­ti­cipe à de nom­breuses mani­fes­ta­tions inter­dis­ci­pli­naires et trans­fron­ta­lières : expo­si­tions, ins­tal­la­tions, lec­tures, concerts de poé­sie.
Elle est col­la­bo­ra­trice régu­lière de la revue Les Carnets d’Eucharis et des revues en ligne Recours au Poème et Levure lit­té­raire.

*

Ce recueil d'une cin­quan­taine de poèmes est le fruit de plu­sieurs rési­dences de l'auteur dans le midi de la France, sur les rives de la Méditerranée. Rives dont le poème est la méta­phore : un point de départ sans but, tou­jours ren­voyé au silence, dans le mou­ve­ment inver­sé de sa quête.
Eva-Maria Berg dit elle-même explo­rer " l'espace, la dis­tance ou le lien, entre les hommes et les mots, le pal­pable – qui n'a pas ou plus de sens -, l'impalpable – qui n'est pas le vide -, la trace et le fugi­tif, l'éphémère, l'échange pour sor­tir du cadre qui fige et déshu­ma­nise (…) afin de don­ner la pré­ci­sion à l'indéfinissable, m'insurger frag­ment après frag­ment, témoi­gner, essayer de res­ti­tuer sens au mot, sen­si­bi­li­té à la langue, authen­ti­ci­té à l´existence ".

 

 

*
Extraits :

 

die alten begriffe
him­mel und erde
spie­geln sich noch
im was­ser wie­der
ver­sch­wom­men
die kon­tu­ren
die linien das mus­ter
landüber him­me­lun­ter

 

les vieilles notions
de ciel et terre
se reflètent encore
dans l’eau
vagues
les contours
les lignes le motif
terre des­sus ciel des­sous

 

* * *

 

hol dir die nachricht
in deine stille
blick übers was­ser
so himm­lisch blau
schrei einer möwe
gel­lend dein schwei­gen
wie nur erreicht es
die andere seite

 

va cher­cher la nou­velle
dans ton silence
regard par-des­sus l’eau
d’un bleu si céleste
cri d’une mouette
stri­dent ton mutisme
com­ment peut-il atteindre
l’autre rive ?

 

* * *

 

und die hel­le­ren tage
ver­sch­wim­men
im ohr die laute klage
singt zwi­schen wel­len
von licht und gezei­ten
statt von not und
ster­ben irgend­wo
auf see wird
der tod bes­tat­tet

 

et les jours plus clairs
se brouillent
dans l’oreille la haute plainte
chante entre les vagues
de lumière et marées
au lieu de souf­frir et
de mou­rir quelque part
en mer est
ense­ve­lie la mort

 

* * *

 

irgend­wo auf see
die men­schen
leere erin­ne­rung
an ufer die flucht
ver­suche fort
aus der enge
ein hori­zont
makel­los
sein kli­schee
gibt die linie
vor sie überschreiten
zu kön­nen stürzen
die augen
dem kör­per davon

 

quelque part en mer
sou­ve­nir
sans humains
vague sou­ve­nir
du rivage la fuite
ten­ta­tive loin
de l’étroit
un hori­zon
sans défaut
son cli­ché
donne la ligne
pour pou­voir
la fran­chir les yeux
se jettent
en avant du corps

 

 

* * *

 

zwi­schen die län­der
gera­ten vielzüngig
spre­chen ler­nen
namen und orte
far­ben und ziele
ver­gleiche kon­traste
stand­punkte
bezie­hen hier
oder dort immer
zwei­fel bewah­ren
sich nicht ver­lie­ren
ans blosse wort

 

se retrou­ver entre
les pays apprendre
à par­ler plu­sieurs langues
des noms des lieux
cou­leurs et des­ti­na­tions
com­pa­rai­sons contrastes
prendre
posi­tion ici
ou là tou­jours
gar­der le doute
ne pas se perdre
dans les mots

 

* * *

Traduit de l'allemand par Inge Kressner et Danièle Faugeras
https://​poetp​sy​.word​press​.com/

mm

Po&Psy

Danièle Faugeras, poète et tra­duc­trice, vit et tra­vaille à Anduze (Gard).

Pascale Janot vit et tra­vaille en Italie, à Trieste. Elle est lec­trice de langue fran­çaise à l’École Supérieure de Langues Modernes pour Traducteurs et Interprètes (uni­ver­si­té de Trieste) et tra­duc­trice.

Elles codi­rigent la col­lec­tion de poé­sie PO&PSY, aux édi­tions Erès (Toulouse), qu’elles ont elles-mêmes fon­dée en 2008 et dans laquelle, à ce jour, une quin­zaine de poètes ont été publiés dont Ancet, Bohi, Cabarrot, Garcia Lorca, Guillevic, Issa, Kiarostami, Migeot, Porchia, Rôshan, Universo, Sôgi-Shôhaku-Sôshô : poetp​sy​.word​press​.com

D. Faugeras et P. Janot ont tra­duit à « quatre mains » :

  • Patrizia Cavalli, Mes poèmes ne chan­ge­ront pas le monde, Éditions des Femmes/​Antoinette Fouque, Paris 2007 (de l’italien) ;
  • Kobayashi Issa, Pas simple en ce monde d’être né humain, haï­ku, Editions Erès, col­lec­tion PO&PSY, Toulouse 2008 (du japo­nais) ;
  • Paolo Universo, La bal­lade de l’ancien asile, Editions Erès, col­lec­tion PO&PSY, Toulouse 2008 (de l’italien).

Elles ont éga­le­ment tra­duit l’œuvre com­plète de Paolo Universo, en attente de publi­ca­tion.

X