Accueil> PEDRO CASARIEGO CÓRDOBA (1955-1993)

PEDRO CASARIEGO CÓRDOBA (1955-1993)

Par |2020-03-06T08:24:43+01:00 6 mars 2020|Catégories : Essais & Chroniques, PEDRO CASARIEGO CÓRDOBA|

INTRODUCTION ET TRADUCTION : Marceau Vasseur et Miguel Ángel Real

 

PEDRO CASARIEGO CÓRDOBA est né à Madrid en 1955. Il se consacre à l’écriture entre 1975 et 1986. En 1989 il com­mence à peindre et il réa­li­se­ra une cen­taine de tableaux. Il se sui­cide en 1993.

La plu­part de son œuvre poé­tique a été réunie dans Poemas enca­de­na­dos, 1977-1987 (Seix-Barral, 2003). Le grand poète espa­gnol Ángel González écrit dans le pro­logue de cette œuvre que Casariego est un artiste « intri­gant et mys­té­rieux », d’une grande sin­gu­la­ri­té. Son style inclas­sable et décon­cer­tant ne s’inscrit dans aucun cou­rant de la poé­sie espa­gnole contem­po­raine. Casariego lui-même affirme que sa façon d’écrire est « l’imitation d’un tor­rent » et qu’elle consiste sim­ple­ment « à ouvrir un robi­net et à en lais­ser jaillir tous les liquides et tous les chants chi­miques pos­sibles ».  Son lyrisme sur­git d’une écri­ture à l’apparence auto­ma­tique, mais médi­tée et au ser­vice d’un besoin d’infini, et son carac­tère avant-gar­diste n’est qu’un che­mi­ne­ment de très grande exi­gence artis­tique. Son ambi­tion créa­tive se mêle à une décep­tion per­ma­nente et à un non confor­misme qui prête une atten­tion obsé­dante au « je », figure cen­trale de son œuvre. Mais l’oeuvre de Casariego n’est nul­le­ment nom­bri­liste : Francisco Umbral signale en effet la « timi­di­té et la sagesse qui se trouvent dans sa façon de ne pas par­ler de lui sans par­ler d’autre chose ». Esther Ramón indique, dans l’avant-propos de Poemas enca­de­na­dos, que Pedro Casariego Córdoba, ou Pe Cas Cor, comme il aimait signer ses tra­vaux, était « por­teur d’une dou­leur inépui­sable », mais qu’il était éga­le­ment doué d’un grand « sens de l’humour, mêlé de ten­dresse, ». Il s’agissait d’un poète dont la vision « inflexible et péné­trante des choses » mérite une atten­tion par­ti­cu­lière dans la poé­sie espa­gnole du XXe siècle

Autres publi­ca­tions : La vida puede ser una lata (1988), tra­duit en fran­çais par Marceau Vasseur et Loreto Casado : « C’est peut être du toc, la vie «  (Le nou­veau com­merce, 1996). En prose : Shahn (1984), Qué más da (1986). Certains de ses poèmes sont parus dans des antho­lo­gies telles que Después de la moder­ni­dad (1987), Ocho poe­tas raros (1992) et Poesia espan­ho­la de ago­ra (Lisboa), 1997

Site inter­net offi­ciel : http://​www​.pedro​ca​sa​rie​go​.com/

∗∗∗∗∗∗

 

Poèmes extraits de Poemas enca­de­na­dos (1977-1987), Seix Barral 2003

Barnízate

1980

barní­zate
                    te quie­ro
                                    genio del can-can
                                                                doce­na de flores.

Eres toda la tier­ra
doce­na de flores
músi­ca cie­ga,
                         eres todos los tem­plos
                        todos los tigres
                        todos los días,
                                   eres el núme­ro de telé­fo­no de Dios.

Tus ojos azules azor de los ojos
tus manos cer­ra­das y el cam­po abier­to y ama­rillo,
sólo te echo de menos
cuan­do estás conmi­go

cuan­do estás conmi­go
cuan­do bus­cas agua en el desier­to de mi boca

sólo te echo de menos
cuan­do estás conmi­go,
entonces tra­go más humo
ten­go más mie­do
veo más luces.

Van Gogh quiere pin­tarte los labios antes de morir.

Eres un bosque de un solo árbol,
                                               cuan­do me miras
                                               estoy quie­to y soy quie­tud
                                               pero cuan­do no me miras
                                               bai­lo tan sal­va­je­mente
                                               cla­vo tan­tas nava­jas
                                               pien­so tan poco en ti

                                    te echo de menos cuan­do estás conmi­go
                                    no exis­to cuan­do no estás,
                                    te vas y me convier­to en baile
                                    te vas y me convier­to en ala.

Si que­mas mi tris­te­za con tu risa
te enamo­rarás de mí
y deja­ré de subir
tan­tos montes de amar­gu­ra.

Te escri­bo para decirte
que eres un almen­dro de fue­go

te escri­bo para decirte
que no quie­ro decirte nada
que sólo quie­ro abra­zarte
bus­car el calor de tu vida.

 

 

Vernis-toi

 

ver­nis-toi

                        je t’aime

                                               génie du can-can

                                                                                   dou­zaine de fleurs.

 

Tu es toute la terre

dou­zaine de fleurs

musique aveugle,

                                   tu es tous les temples

                                   tous les tigres

                                   tous les jours

                                               tu es le numé­ro de télé­phone de Dieu.

 

Tes yeux bleus éper­vier des yeux

tes mains fer­mées et le champ ouvert et jaune,

tu ne me manques

que quand tu es avec moi

 

quand tu es avec moi

quand tu cherches de l’eau dans le désert de ma bouche

 

tu ne me manques

que quand tu es avec moi,

alors j’avale plus de fumée

j’ai encore plus peur

je vois plus de lumières.

 

Van Gogh veut peindre tes lèvres avant de mou­rir.

 

Tu es une forêt d’un seul arbre,

                                                   quand tu me regardes

                                                   je suis calme et je suis le calme

                                                   mais quand tu ne me regardes pas

                                                   je danse si sau­va­ge­ment

                                                   j’enfonce tel­le­ment de cou­teaux

                                                   je pense tel­le­ment peu à toi

 

                                   tu me manques quand tu es avec moi

                                   je n’existe pas quand tu n’es pas là,

                                   tu t’en vas et je deviens danse

                                   tu t’en vas et je deviens aile.

 

Si tu brûles ma tris­tesse avec ton rire

tu tom­be­ras amou­reuse de moi

et je ces­se­rai de gra­vir

tant de mon­tagnes d’amertume.

 

Je t’écris pour te dire

que tu es un aman­dier en feu

 

je t’écris pour te dire

que je ne veux rien te dire

que je veux juste t’enlacer

cher­cher la cha­leur de ta vie.

 

 

Pedro Casariego Córdoba – Falsearé la leyenda

 

 

Te quie­ro porque tu corazón es bara­to

                                                                                   1980

Te quie­ro.
Te quie­ro
porque tu corazón es bara­to.

Yo soy un actor secun­da­rio
que se siente muy débil
porque no come lo sufi­ciente.
Estoy ahí sen­ta­do,
sen­ta­do en una silla ama­rilla ;
el sue­lo es ama­rillo,
está hecho de hojas muer­tas.
He olvi­da­do mi papel.
Algún pája­ro ha escri­to en mi silla
el nombre de un actor impor­tante.
El públi­co está for­ma­do por miles de pája­ros muy cultos
y espe­ra ver algo grande.
Yo he olvi­da­do mi papel
y mi piel de actor está lle­na de hon­gos ;
estar pla­ga­do de hon­gos
y no com­prar un tubo de poma­da en la far­ma­cia
hace que me sien­ta como un sal­vaje.

Pienso en la pelí­cu­la
« Sangre sabia » de John Huston.
Pensar es muy tra­ba­jo­so,
pen­sar es muy tra­ba­jo­so.
Se me ocurre una frase boni­ta :
« La pri­me­ra letra de tu nombre
es la letra de una can­ción,
y tus ojos son la músi­ca de esa can­ción ;
tú estás muy gua­pa can­tan­do la can­ción,
ni siquie­ra nece­si­tas mis aplau­sos. »
Quisiera que mi sangre fue­ra sabia.
Mi sangre, todos los vera­nos,
bus­ca heri­das para salir a tomar
el sol.
Entonces, cuan­do las encuen­tra,
se seca,
como se secan las hojas de los
árboles y de los libros.

Tengo 25 años.
Si te reve­lo
este secre­to de calen­da­rio
    es para que com­pren­das
      que estoy doblan­do una cur­va
      y que tú puedes estar des­pués de la cur­va
      hacien­do auto-stop.

Soy un hombre puro y huraño,
pero no soy ami­go de Dios.
Reconozco, sin embar­go,
que me gus­taría hacerme una foto con Él,
aunque sólo fue­ra para salir en el per­ió­di­co
y dejarte boquia­bier­ta a ti.
Mírame :
debería estar fun­dan­do un hogar
                                                y quie­ro ser atra­ca­dor de ban­cos.
                                                Tápame con una man­ta
                                                y rompe el termó­me­tro :
                                               ten­go fiebre
                                               y ten­go frío.

Soy puro y soy huraño,
pero no soy ami­go de Dios :

Sus bar­bas me pare­cen dema­sia­do
blan­cas, como si hubie­ran roba­do
a la nieve toda su bel­le­za sin
dejar nada a cam­bio ;
Dios es un juga­dor de ven­ta­ja,
un juga­dor muy impor­tante,
un juga­dor
impre­vi­sible.
Dios cas­ti­ga y per­do­na porque sí :
puede que me ame
más que a los que Le aman.

Alguien ha gra­ba­do en mi espal­da una boca azul.
Una risa que se der­rum­ba cae desde la boca azul.
Pagaré una for­tu­na a quien borre el tatuaje.
Hoy pre­fie­ro una boca roja de mujer pro­hi­bi­da.

Estoy lle­no de tatuajes :
mis recuer­dos son tatuajes,
has­ta mi pasa­do es un tatuaje,
cada mano en la mía es un tatuaje.

Me apar­to cuan­do alguien se
acer­ca a mí.
A veces quie­ro que se acer­quen los
A veces quie­ro que mi madri­gue­ra esté
                                                            vacía
                                                            porque mi corazón está vacío :
yo la vacio per­so­nal­mente todas las maña­nas.

Yo ya no ten­go espe­ran­za,
yo ya soy deses­pe­ra­ción.
Veo cómo lle­gan los bor­ra­chos ;
me asus­to y me ocul­to
entre las botel­las vacías, entre
los bares y sus luces per­di­das  para siempre.
Que olvi­den, que olvi­den :
yo no olvi­do ;
que per­do­nen, que per­do­nen :
yo no pue­do per­do­nar
la muerte agria de mis días.

Tengo mie­do :
todos los bom­be­ros lle­van chis­te­ra
en este pla­ne­ta de locu­ra.
Aquí nadie puede escri­bir la pala­bra « flor »
sin que­rer cor­tar­la.

Estoy sen­ta­do
y soy un actor mediocre.
El públi­co es un cie­lo
que lla­ma a las nubes
para dejar de ser azul.
Miro. Aquella pape­le­ra vacía
cor­rom­pi­da por su tris­te­za
quiere hablar con alguien.
Centenares de papeles rotos
hablan con el sue­lo ama­rillo.

Soy huraño. No soy puro.
No soy puro.
Odio.
Estoy har­to de pasear entre ladri­dos,
de paseos entre ladri­dos
y semen en el pija­ma.
Confieso que soy
sole­dad sola.

Ella era una pros­ti­tu­ta negra ves­ti­da con el peor de los gus­tos, era
grande como un hotel.
Reía con fuer­za.
Yo no la había alqui­la­do para que rie­ra.
Ella esta­ba lle­na de salud.
Yo no estuve a su altu­ra.
Me fui
humil­la­do
con las manos en los bol­sillos
fuman­do y juran­do un poco
                                           (quería pare­cer un héroe moder­no):
cada esqui­na de la calle me dolía.

Las estrel­las ilu­mi­nan pero no ven ;
su tra­ge­dia es dar luz y ser cie­gas ;
yo no sé si ilu­mi­no ;
creo que a mi lado
todo se oscu­rece.
Espero que la noche que yo hago
sea una noche cla­ra,
con una pare­ja de hogue­ras
y con un leo­par­do.
Estoy mila­gro­sa­mente.
Estoy mila­gro­sa­mente.
Estoy entre mis lla­gas.

Mi sangre no es sabia ;
yo bus­co un manan­tial de sangre sabia :
ríos de sangre sabia
para regar mi cuer­po.

No creo en los ovnis :
he gas­ta­do mi fe
vivien­do como una ser­piente.
Mi pan­talón es azul ;
soy extra­ño y
sien­to des­pre­cio ;
me des­pre­cio a mí mis­mo
cuan­do hablo tan­to de mí,
porque yo des­pre­cio a los que se des­nu­dan.

Lucharé contra todos los que digan
lo que yo digo.

Mujeres gra­tis, mujeres que se pagan con un beso.
Existen. Las he per­se­gui­do ;
                        son estrel­las fugaces
                            son faroles
                                son tím­pa­nos
                                      ¡valen su peso en oro !
                                   son lápices
                                        son tigres
                                            son las mujeres de los tigres
                                               son som­bras de agua
                                                     ¿qué son ?

                         porque yo soy sangre

 

 

Je t’aime parce que ton cœur est bon mar­ché

 

Je t’aime.

Je t’aime

parce que ton cœur est bon mar­ché.

 

Je suis un acteur dans un second rôle

qui se sent très faible

parce qu’il ne mange pas assez.

Je suis là assis,

assis sur une chaise jaune ;

le sol est jaune,

il est fait de feuilles mortes.
J’ai oublié mon rôle.

Un oiseau quel­conque a écrit sur ma chaise

le nom d’un acteur impor­tant.
Le public est for­mé par des mil­liers d’oiseaux très culti­vés

et il attend de voir quelque chose de grand.

J’ai oublié mon rôle

et ma peau d’acteur est pleine de cham­pi­gnons ;

être infec­té par les cham­pi­gnons

et ne pas ache­ter un tube de crème à la phar­ma­cie

me fait sen­tir comme un sau­vage.

 

Je pense au film

« Le Malin » de John Huston.
Penser est très labo­rieux,

pen­ser est trop labo­rieux.

Une belle phrase me vient à l’esprit :

« La pre­mière lettre de ton pré­nom

est les paroles d’une chan­son,

et tes yeux sont la musique de cette chan­son ;

tu n’as même pas besoin de mes applau­dis­se­ments. »

Je vou­drais que mon sang fut sage.

Mon sang, chaque été,

cherche des bles­sures pour aller prendre

le soleil.

Alors, quand il les trouve, 

il se des­sèche,

comme se des­sèchent les feuilles

des arbres et des livres.

 

J’ai 25 ans.
Si je révèle

ce secret du calen­drier

            c’est pour que tu com­prennes

            que je négo­cie un virage

            et que tu peux être après le virage

            à faire de l’auto-stop.

 

Je suis un homme pur et farouche,

mais je ne suis pas l’ami de Dieu.
J’avoue, par contre,

que j’aimerais prendre une pho­to avec Lui,

même si ce n’est que pour paraître dans le jour­nal

et te lais­ser bouche-bée.

Regarde-moi :

je devrai être en train de fon­der un foyer

                                                                       et je veux deve­nir bra­queur de banques.
                                                                      Mets sur moi une cou­ver­ture

                                                                      et brise le ther­mo­mètre :

                                                                       j’ai de la fièvre

                                                                       et j’ai froid.

 

Je suis pur et je suis farouche,

mais je ne suis pas l’ami de Dieu :

 

sa barbe me semble trop

blanche, comme si elles avaient volé

à la neige toute sa beau­té sans

rien lais­ser en échange ;

Dieu est un joueur avan­ta­gé,

un joueur très impor­tant,

un joueur

impré­vi­sible.
Dieu punit et par­donne comme ça :

il se peut qu’il m’aime

plus que ceux qui L’aiment.

 

Quelqu’un a gra­vé sur mon dos une bouche bleue.

Un rire qui s’écroule tombe depuis la bouche bleue.
Je paie­rai une for­tune à celui qui effa­ce­ra le tatouage.
Aujourd’hui je pré­fère une bouche rouge de femme inter­dite.

 

Je suis plein de tatouages :

mes sou­ve­nirs sont des tatouages,

même mon pas­sé est un tatouage,

chaque main dans la mienne est un tatouage.

 

Je m’écarte quand quelqu’un se

rap­proche de moi.

Parfois je veux que se rap­prochent les

Parfois je veux que ma tanière soit

                                                           vide

                                                           parce que mon cœur est vide :

je le vide per­son­nel­le­ment chaque matin.

 

Je n’ai plus d’espoir,

je suis déjà le déses­poir.
Je vois com­ment les ivrognes arrivent :

j’ai peur et je me cache

entre les bou­teilles vides, entre

les bars et leurs lumières per­dues à jamais.

Qu’ils oublient, qu’ils oublient :

je n’oublie pas ;

qu’ils par­donnent, qu’ils par­donnent :

je ne peux pas par­don­ner

la mort aigre de mes jours.

 

J’ai peur :

tous les pom­piers portent un haut-de-forme

sur cette pla­nète de folie.

Ici per­sonne ne peut écrire le mot « fleur »

sans vou­loir la cou­per.

 

Je suis assis

et je suis un acteur médiocre.
Le public est un ciel

qui appelle les nuages

pour ces­ser d’être bleu.
Je regarde. Cette pou­belle vide

cor­rom­pue par sa tris­tesse

veut par­ler à quelqu’un.

Des cen­taines de papiers déchi­rés

parlent avec le sol jaune.

 

Je suis farouche. Je ne suis pas pur.
Je ne suis pas pur.
Je hais.

J’en ai assez de me pro­me­ner par­mi des aboie­ments,

de pro­me­nades par­mi des aboie­ments

et de sperme dans le pyja­ma.

J’avoue que je suis

soli­tude seule.

 

Elle était une pros­ti­tuée noire habillée avec un goût exé­crable, elle était

grande comme un hôtel.
Elle riait avec force.

Je ne l’avais pas louée pour qu’elle rie.

Elle regor­geait de san­té.
Je n’avais pas été à la hau­teur.
Je suis par­ti

humi­lié

les mains dans les poches

en fumant et en jurant un peu

                                               (je vou­lais res­sem­bler à un héros moderne) :

chaque coin de la rue me fai­sait mal.

 

Les étoiles éclairent mais ne voient pas ;

leur tra­gé­die est de don­ner de la lumière en étant aveugles ;

je ne sais pas si j’éclaire ;

je crois qu’à côté de moi

tout s’assombrit.

J’espère que la nuit que je fais

sera une nuit claire,

avec une paire de feux de camp

et avec un léo­pard.

Je suis mira­cu­leu­se­ment.

Je suis mira­cu­leu­se­ment.

Je suis entre mes plaies.

 

Mon sang n’est pas sage ;

je cherche une source de sang sage :

des fleuves de sang sage

pour arro­ser mon corps.

 

Je ne crois pas aux ovnis :

j’ai dépen­sé ma foi

en vivant comme un ser­pent.
Mon pan­ta­lon est bleu ;

je suis étrange et

je sens du mépris ;

je me méprise moi-même

quand je parle autant de moi,

parce que je méprise ceux qui se désha­billent.

 

Je com­bat­trai tous ceux qui diront

ce que je dis.

 

Femmes gra­tis, femmes que l’on paye d’un bai­ser.
Elles existent. Je les ai pour­sui­vies ;

                                   elles sont des étoiles filantes

                                       des lam­pa­daires

                                               des tym­pans

                                                    elles valent leur pesant d’or !

                                                           elles sont des crayons

                                                                des tigres

                                                                       elles sont les femmes des tigres

                                                                                   des ombres d’eau

                                                                                              que sont-elles ?

 

                                   parce que je suis du sang.

 

 

 

Te quie­ro porque tu corazón es bara­to.

 

Volver a mirarte ha sido

 

1 de junio de 1985

 

Juana vol­ver a mirarte ha sido.

Una enfer­me­dad des­co­no­ci­da lame la tier­ra.

En el sem­bra­do muchos vol­canes que nun­ca se infla­ma­ron.

Un mila­gro cuan­do los colores se convier­ten en hijos.

Sombras níti­das si es posible en los cam­pa­na­rios.

Cantos cla­ros acal­la­dos por el rayo del ins­tin­to.

Brotan pie­dras ama­rillas de la sangre extra­via­da.

Algo estre­mece la edad defi­ni­ti­va de aquel tiem­po en los cris­tales.

Un ali­vio de flores se suble­va como una tor­men­ta.

Quizá ojos y acue­duc­tos fun­di­dos por la memo­ria.

En valles de savia la frial­dad ter­rible de la fati­ga.

Una vejez tor­pe­mente nue­va irrumpe en los canales del espa­cio.

 Los días del sui­ci­dio son días de un azul der­ra­ma­do.

 Antes una pla­ga de horas tristes ha labra­do el alma.

La pre­gun­ta de una lla­ma y en el fue­go una lla­ma­da.

Es vue­lo de pája­ros tibios lo que repite el aire.

Destierros sagra­dos que curan sin des­can­so.

Cirujanos y pena más altos que el tri­go y los muros.

Lentamente pro­te­gen teja­dos de escar­cha.

Amenazan las pro­me­sas sin­ce­ras de la nada.

Sobrevive lo conti­guo y luchan los bal­cones a lo lejos.

Juana vol­ver a mirarte ha sido.

 

 

 

 

 

 

 

 

Te regar­der à nou­veau c’était

 

1er juin 1985

 

Juana te regar­der à nou­veau c’était.

Une mala­die incon­nue lèche la terre.

Sur le semis beau­coup de vol­cans qui jamais ne s’enflammèrent.

Un miracle quand les cou­leurs deviennent des enfants.

Ombres nettes si pos­sible sur les clo­chers.

Chants clairs apai­sés par la foudre de l’instinct.

Des pierres jaunes jaillissent du sang éga­ré.

Quelque chose bou­le­verse l’âge défi­ni­tif de ce temps-là sur les fenêtres.

Un sou­la­ge­ment de fleurs se sou­lève comme un orage.

Peut-être des yeux et des aque­ducs fon­dus par la mémoire.

Dans des val­lées de sève la froi­deur ter­rible de la fatigue.

Une vieillesse mal­adroi­te­ment nou­velle fait irrup­tion sur les canaux de l’espace.

Les jours du sui­cide sont des jours d’un bleu ren­ver­sé.

Avant une plaie d’heures tristes a labou­ré l’âme.

La ques­tion d’une flamme et dans le feu un appel.

C’est un vol d’oiseaux tièdes ce que l’air répète.

Exils sacrés qui gué­rissent inlas­sa­ble­ment.

Chirurgiens et cha­grin plus grands que le blé et les murs.

Lentement pro­tègent les toi­tures de givre.

Les pro­messes sin­cères du néant menacent.

Ce qui est conti­gu sur­vit et les bal­cons se battent au loin.

Juana te regar­der à nou­veau c’était.

 

 

 

Pernambuco, l’éléphant blanc, publié en 2017,
Casimiro Parker, col­lec­tion Pequeña Nariz.

 

Biografía

                        si

                                   algu­na

                                               vez

                                                           mue­ro

            quie­ro aza­leas enci­ma de mí

                        quie­ro una ausen­cia de cruces

                                   aza­leas enci­ma de mí

 

                        si

                                   algu­na

                                               vez

                                                           vivo

            quie­ro aza­leas para mis bra­zos

                        quie­ro agua para las flores

                                   estrel­las enci­ma de mí

 

 

 

Biographie

 

                        si

                                   un 

                                               jour

                                                           je meurs

            je veux des aza­lées sur moi

                        je veux une absence de croix

                                   des aza­lées sur moi

 

                        si

                                   un

                                               jour

                                                           je vis

            je veux des aza­lées pour mes bras

                        je veux de l’eau pour les fleurs

                                   des étoiles sur moi

 

 

 

Anuncio por palabras

para mi madre

octubre de 1983

 

Necesito chi­ca que sepa plan­char

mis labios con los suyos y tende

r su ropa eter­na­mente jun­to a la

mía y qui­tar las man­chas de mi c

orazón con su mira­da yo pon­dré

la mesa y la cari­cia en su ramo

de lunas y tra­ta­ré de andar muy

                                               des­pa­cio

                                                           cuan­do

                                                                       ella

                                                                           no

                                                                                   ten­ga

                                                                                              pri­sa

 

 

Petite annonce

 

            pour ma mère

            octobre 1983

 

Cherche jeune fille sachant repas­ser

mes lèvres avec les siennes et éten­dr

e le linge éter­nel­le­ment près de la

mienne et net­toyer les taches de mon c

oeur de son regard je met­trai

le cou­vert et la caresse dans son bou­quet

de lunes et j’essaierai de mar­cher tout

                                                           dou­ce­ment

                                                                       quand

                                                                                   elle

                                                                                              ne

                                                                                                          sera

                                                                                                                      pas

 

Présentation de l’auteur

Pedro Casariego Córdoba

Pedro Casariego Córdoba ou Pe Cas Cor (Madrid, 1955 - 1993) était un écrivain, poète et peintre espagnol.

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

PEDRO CASARIEGO CÓRDOBA (1955-1993)

INTRODUCTION ET TRADUCTION : Marceau Vasseur et Miguel Ángel Real   PEDRO CASARIEGO CÓRDOBA est né à Madrid en 1955. Il se consacre à l’écriture entre 1975 et 1986. En 1989 il com­mence à [...]

mm

Miguel Angel Real

Né en 1965, il pour­suit des études de fran­çais à l’Université de Valladolid (Espagne), sa ville natale. Il tra­vaille en 1992 à l’Agence France Presse à Paris. Agrégé d’espagnol, il enseigne au Lycée de Cornouaille à Quimper. En tant qu'auteur, ses poèmes ont été publiés dans les revues La Galla Ciencia, Fábula et Saigón (décembre 2018) (Espagne), Letralia (Venezuela), Marabunta, El Humo et La Piraña (Mexique), ain­si que dans l'anthologie de poé­sie brève “Gotas y hacha­zos” (Ed. PÁRAMO Espagne, décembre 2017). Les revues fran­çaises “Le Capital des Mots”, “Festival Permanent des mots” “Lichen”,“La ter­rasse” et “Revue Méninge” ont éga­le­ment publié cer­tains de ses poèmes en fran­çais, ori­gi­naux ou tra­duits de l'espagnol. Il a publié en avril 2019 un recueil per­son­nel, Zoologías, aux édi­tions En Huida (Séville). Les édi­tions Sémaphore publie­ront bien­tôt son recueil bilingue Comme un dé rond. Il fait par­tie du comi­té de rédac­tion de la revue poé­tique espa­gnole Crátera. Il se consacre aus­si à la tra­duc­tion de poèmes, seul ou en col­la­bo­ra­tion avec Florence Real ou Marceau Vasseur. Ses tra­duc­tions ont été publiées par de nom­breuses revues en France (Passage d'encres, Le Capital des mots, Mange-Monde), Espagne (La Galla Ciencia, Crátera, El Coloquio de los Perrros) et Amérique (Low-Fi Ardentia, Porto Rico, La Piraña, Mexique). Dans cette der­nière publi­ca­tion il dirige deux sec­tions de tra­duc­tion nom­mées « Le Piranha Transocéanique » (https://​piran​hamx​.club/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​/​l​e​-​p​i​r​a​n​h​a​-​t​r​a​n​s​o​c​e​a​n​i​que) et « Ventana Francesa » (https://​www​.piran​hamx​.club/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​/​q​u​i​e​n​e​s​-​s​o​m​o​s​-​2​/​v​e​n​t​a​n​a​-​f​r​a​n​c​esa) Traductions publiées : - “Fauves” (Editorial Corps Puce), poèmes de l'auteur équa­to­rien RAMIRO OVIEDO (Traduit avec Marceau Vasseur, décembre 2017) - “Erratiques”, poèmes d'ANGÈLE CASANOVA, pho­tos de PHILIPPE MARTIN. Edition bilingue. Éditions Pourquoi Viens-Tu Si Tard, octobre 2018 - “Les tra­vaux de la nuit”, de PAUL SANDA. Édition bilingue. Ed. Alcyone, décembre 2018.