Jean Pichet, Le vent reste incompris, Jean-Marie Guinebert, La Vie neuve

Par |2022-03-06T07:51:17+01:00 4 décembre 2021|Catégories : Critiques, Jean Pichet, Jean-Marie Guinebert|

Jean Pichet — Le vent reste incompris

Intro­duc­tion et tra­duc­tion par Miguel Ángel Real

Le poète se présente comme un obser­va­teur dont la réflex­ion est guidée par les élé­ments naturels (arbres, oiseaux, la lune, la lumière…), à par­tir desquels on se pose une série de ques­tions autour du temps. 

De même, les sens acquièrent une grande impor­tance dans le recueil. L’au­teur se demande si à tra­vers eux on peut acquérir une idée pré­cise du monde. Ou sommes-nous trompés par nos sen­sa­tions ? On nav­igue alors à la fron­tière entre réal­ité, sou­venirs et songes, sans qu’on puisse définir leurs lim­ites de façon franche, comme l’indique le dernier poème, qui donne son titre à l’oeuvre.

La voix posée de l’au­teur essaye de trou­ver une har­monie dans l’in­stant présent, en déploy­ant une sen­si­bil­ité à la thé­ma­tique proche des haïkus japonais. 

 

 

Jean Pichet — Le vent reste incom­pris,  Coll. Les cahiers, © Ed. Illador 2021.

LE CHÊNE ET LE RUISSEAU 

Le chêne est vieux ; très vieux. 

Mille ans. Plus, peut-être. 

Ses feuilles ont quelques jours 
à peine. Et le ruisseau 
à ses pieds coule 
comme depuis toujours. 

 

 

EL ROBLE Y EL ARROYO

 El roble es viejo; muy viejo.

 Mil años. Más, tal vez.

 Sus hojas tienen unos días
ape­nas. Y el arroyo
a sus pies fluye
como siempre.

 

LE TOUT PETIT PEU 

L’om­bre du tilleul 

pèse sur l’ab­sence. 

Étouffe le silence. Pro­tège 
quelques fleurs fanées. 

Ce sont elles, peut-être bien,
qui savent
le tout petit peu 
qu’il faut savoir pour con­tin­uer. 

 

 

LO POCO

 La som­bra del tilo

 pesa sobre la ausencia.

 Ahoga el silen­cio. Protege
algu­nas flo­res marchitas.

 Son ellas, acaso,
quienes saben
lo poco
que hay que saber para seguir.

 

 

 

 

 

IMPRESSION 

Le bruit des moteurs sur la route, 
le bruit du vent 
dans les roseaux du lac, 
le bruit des voix autour 
du bruit de mes pas — Un  goé­land 
passe. 

Tout devient silen­cieux. 

Comme oublié.

 

 IMPRESIÓN

 El rui­do de los motores en la carretera,
el rui­do del viento
en los jun­cos del lago,
el rui­do de las voces en torno
al rui­do de mis pasos – Una gaviota
pasa.

 Todo se vuelve silencio.

 Como olvidado.

 

 

TOUSSAINT 

Soleil et ciel bleu 
ren­dent  le vil­lage pareil à celui 
que  mon­trent les cartes postales 
sur le tourni­quet  du tabac-presse. 

Mais un vent  froid 
comme l’eau du puits 
découpe dans l’air des masques 
de mélan­col­ie. 

D’énormes bam­bous feu­lent 
au-dessus des tombes. 

Si vives les images du souvenir!
Mais inaccessibles.

 

 

TODOS LOS SANTOS

Sol y cielo azul
hacen que el pueblo se parezca
al que mues­tran las postales
en el expos­i­tor gira­to­rio del estanco.

Pero un vien­to frío
como el agua del pozo
cor­ta en el aire más­caras 
de melancolía.

Bam­bús enormes bufan
sobre las tumbas.

¡Qué vivas las imá­genes del recuerdo!
Pero inaccesibles

 

 

∗∗∗

Jean-Marie Guinebert, La Vie neuve

Dans la pre­mière par­tie du recueil, “Chants méta­physiques”, l’au­teur mène une réflex­ion sur le sens de la poésie, de l’ex­is­tence et du temps, écrite notam­ment autour de l’en­fance, très présente.

On observe un cer­tain désen­chante­ment (ou est-ce tout sim­ple­ment la réal­ité ?) dans lequel les ani­maux ont une grande impor­tance, comme si l’écrivain voulait for­mer une seule entité avec eux pour mieux com­pren­dre le monde.

La par­tie cen­trale, au titre explicite (“Le cycle court des amours douce-amères”) présente ce “piètre ragoût amoureux” qui sem­ble tout de même indis­pens­able dans notre exis­tence. Le pes­simisme côtoie la lumière dans une recherche qui fait appa­raître un va-et-vient d’é­mo­tions et qui cul­mine dans un éro­tisme qui sem­ble apporter du sens.

Pour finir, « Après-dire » est écrit à l’om­bre de l’Il­i­ade. Ici, la vie est con­sid­érée comme un voy­age dans lequel la dialec­tique sens – non-sens sem­ble être le moteur. Une cer­taine ironie transparaît égale­ment, comme pour nous encour­ager à nous accrocher aux petites choses afin de con­tin­uer notre périple existentiel.

Jean-Marie Guinebert, La Vie neuve. Coll. Les cahiers, © Ed.Illador 2021.

NIHILISME CANIN 

Je refuse  — je repousse
L’in­dif­férente vibration
Des étoiles lointaines

Ain­si hurlait le chien
Sa plainte longue
Com­prise de lui seul

À la nuit.

 

NIHILISMO CANINO

Me niego – rechazo
La indifer­ente vibración
De las estrel­las lejanas

Así aulla­ba el perro
Su larga queja
Que sólo él entendía

A la noche.

 

L’en­fance était profonde
Autant que la mare
Com­mune et noire
Au cen­tre du  vil­lage —
Piquée de nénuphars
Mêlés
Dans l’ob­scure profondeur
Aux reflets des étoiles
Elle attirait
Accueil­lante et froide
Les bêtes inapprivoisables
Et les amants abandonnés

 

La infan­cia era tan profunda
Como la charca
Común y negra
En el cen­tro del pueblo -
Pic­a­da por nenúfares
Mezclados
En la pro­fun­di­dad oscura
Con los refle­jos de las estrellas
Atraía
Acoge­do­ra y fría
A las bes­tias indomables
Y a los amantes abandonados

 

Com­bi­en de temps
Encore
Com­bi­en d’années
De saisons
Te fau­dra-t-il livrer
Ta face ravagée
Retournée comme terre meuble
À la semaison
Des amours mort-nés
Sans espoir de moisson.

 

Cuán­to tiempo
Aún
Cuán­tos años
Y estaciones
Nece­si­tarás para entregar
Tu ros­tro devastado
Revuel­to como tier­ra mollar
En la siembra
De los amores que nacieron muertos
Sin esper­an­za de cosecha

 

Présentation de l’auteur

Jean-Marie Guinebert

Jean-Marie Guinebert est en 1966 en Char­ente. Il vit à Paris et tra­vaille à Ver­sailles. C’est en marchant dans les jardins parisiens qu’il cherche (et trou­ve par­fois) les rythmes de son écri­t­ure. Il y croise par­fois son dou­ble, Ratapoil. 

© Crédits pho­tos Gas­ton Bergeret.

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

mm

Miguel Angel Real

Né en 1965, il pour­suit des études de français à l’Université de Val­ladol­id (Espagne), sa ville natale. Il tra­vaille en 1992 à l’Agence France Presse à Paris. Agrégé d’espagnol, il enseigne au Lycée de Cornouaille à Quim­per. En tant qu’au­teur, ses poèmes ont été pub­liés dans les revues La Gal­la Cien­cia, Fábu­la et Saigón (décem­bre 2018) (Espagne), Letralia (Venezuela), Marabun­ta, El Humo et La Piraña (Mex­ique), ain­si que dans l’an­tholo­gie de poésie brève “Gotas y hac­ha­zos” (Ed. PÁRAMO Espagne, décem­bre 2017). Les revues français­es “Le Cap­i­tal des Mots”, “Fes­ti­val Per­ma­nent des mots” “Lichen”,“La ter­rasse” et “Revue Méninge” ont égale­ment pub­lié cer­tains de ses poèmes en français, orig­in­aux ou traduits de l’es­pag­nol. Il a pub­lié en avril 2019 un recueil per­son­nel, Zoologías, aux édi­tions En Hui­da (Séville). Les édi­tions Sémaphore pub­lieront bien­tôt son recueil bilingue Comme un dé rond. Il fait par­tie du comité de rédac­tion de la revue poé­tique espag­nole Crátera. Il se con­sacre aus­si à la tra­duc­tion de poèmes, seul ou en col­lab­o­ra­tion avec Flo­rence Real ou Marceau Vasseur. Ses tra­duc­tions ont été pub­liées par de nom­breuses revues en France (Pas­sage d’en­cres, Le Cap­i­tal des mots, Mange-Monde), Espagne (La Gal­la Cien­cia, Crátera, El Colo­quio de los Per­rros) et Amérique (Low-Fi Arden­tia, Por­to Rico, La Piraña, Mex­ique). Dans cette dernière pub­li­ca­tion il dirige deux sec­tions de tra­duc­tion nom­mées « Le Piran­ha Transocéanique » (https://piranhamx.club/index.php/le-piranha-transoceanique) et « Ven­tana France­sa » (https://www.piranhamx.club/index.php/quienes-somos‑2/ventana-francesa) Tra­duc­tions pub­liées: — “Fauves” (Edi­to­r­i­al Corps Puce), poèmes de l’au­teur équa­to­rien RAMIRO OVIEDO (Traduit avec Marceau Vasseur, décem­bre 2017) — “Erra­tiques”, poèmes d’ANGÈLE CASANOVA, pho­tos de PHILIPPE MARTIN. Edi­tion bilingue. Édi­tions Pourquoi Viens-Tu Si Tard, octo­bre 2018 — “Les travaux de la nuit”, de PAUL SANDA. Édi­tion bilingue. Ed. Alcy­one, décem­bre 2018.
Aller en haut