> Une fenêtre sur la mer

Une fenêtre sur la mer

Par | 2018-05-23T18:35:15+00:00 29 décembre 2014|Catégories : Essais|

 

Une fenêtre sur la mer
Une antho­lo­gie bilingue de la poé­sie corse actuelle
coor­don­née par Angèle Paoli

 

 

« La poé­sie corse existe bel et bien. Qui en aurait dou­té ? Elle mérite d’être explo­rée. Connue/​reconnue, au-delà, sans doute, des fron­tières natu­relles de l’île. »

Angèle Paoli

 

 

La page du livre

 

Extraits :

 

 

Solstice d'hiver 

rien ce soir
rien au cou­chant
rien à l'aube
rien
ce soir je m'endors en prose
dans cette tré­pi­gna­tion de rage
rien qui soit poé­sie
dans la pous­sière col­lante qui s'envole
rien qui soit poé­sie
dans la danse froide des feuilles qui résistent à l'hiver
rien
les miroirs secs du gel sur le bitume
ce long soleil oblique que les nuages oublient
pour un quart d'heure
la tié­deur aux fenêtres closes
huit branches de sapin qui s'ennuient dans un vase
un dé à coudre d'alcool blanc
la nuit froide où patientent des enseignes
et cette soif de res­pi­rer la neige à pleins bras
ou de mijo­ter aux boues chaudes
demain peut-être l'eau resur­gi­ra
celle qui annule la soif
une espé­rance de juin
hori­zons gris our­lés de bleu
rien
dans dix ans il y aura encore juin
dans cent ans et dans mille
sol­stice après sol­stice après sol­stice
ce corps lui ne sera plus
par­ve­nu jusqu'au bout de la falaise
tom­bé dans l'abîme
et un peu plus tard
dans l'oubli.

 

Sulstiziu d’invernu

nien­ti sta sera
nien­ti à punen­ti
nien­ti à l’alba
nien­ti
sta sera m’addurmentu in pro­sa
in sta zam­pit­te­ra arrab­bia­ta
nien­ti chì fus­si pui­sia
in a pula picio­sa chì si ni bula
nien­ti chì fus­si pui­sia
in u bad­du ghji­la­tu di i cas­ci sfi­den­du l’invirnata
nien­ti
i spe­ch­ji asciu­ti di u cotru nan­tu à u catra­mu
stu soli lon­gu di tra­ver­su  da li nivu­li smin­ti­ca­tu
par un quar­tu d’ora
a tepi­dez­za à i bal­co­ni sar­ra­ti
ottu vet­ti di ghjal­gu chì s’annoiani in u vaset­tu
una zin­zi­ca d’acquavita
a not­ti fre­ta ind’eddi pacin­ziegh­ja­ni l’insegni
è sta seti di ris­pirà, abbra­cien­du­la, a nevi
o mis­su à mod­du in i fan­ghi cal­di
duma­ni for­sa l’aqua tur­rarà
quid­da chì stan­cia a seti
una spi­ran­za di ghju­gnu
uri­zon­ti gris­gi arric­cia­ti di ciles­tu
nien­ti
da quì à deci anni ci sarà sem­pri ghju­gnu
da quì  à cen­tu anni  è da quì a mil­li
sul­sti­ziu dopu à sul­sti­ziu dopu à sul­sti­ziu
stu cor­pu eddu ùn sarà più
ghjun­tu à can­tu à a ripa
cas­ca­tu indè l’abissu
è po' dopu
In a smin­ti­can­za

Marianne Costa

 

******

 

Levers de soleil

I

L’orient tard vêtu
Nimbé d’hiver
Encore
Impatiente nos yeux
Sans que se lassent
Pourtant
Les merles chan­teurs
Qui savent
Avant-cou­reurs
Le prin­temps
Des col­lines

 

L’oriente tri­ca­tic­ciu
Nimbu d’inguernu
Sempre
Spazienta i nos­tri och­ji
Senza puru
Stancà
E merule can­te­rine
Chì sanu
Nanzu à tut­ti
U vera­nu
Di e cullette

Jacques Fusina

 

*****

L’indifférence cisèle
une absence à toi-même
comme parle un désert

Angèle Paoli

 

 

Recours au Poème édi­teurs pro­pose aus­si deux for­mules très simples d’abonnement à ses livres

 

Cliquer ici pour décou­vrir l’abonnement décou­verte : cet abon­ne­ment per­met de rece­voir deux livres par mois

 

Cliquer ici pour décou­vrir l’abonnement de sou­tien à notre action poé­tique : cet abon­ne­ment donne accès à tous les livres parus l’année de l’abonnement

 

Recours au Poème édi­teurs

 

 

 

 

X